interview express

Liban : le HCR dément s’opposer au retour des réfugiés syriens

Suite à la décision du ministère libanais des Affaires étrangères de bloquer les demandes de permis de séjour du HCR, qu'il accuse d'entraver le retour volontaire de réfugiés syriens, la porte-parole de l'organisation onusienne au Liban, Lisa Abou Khaled, répond aux questions de L'Orient-Le Jour. 


La porte-parole du HCR au Liban, Lisa Abou Khaled. AFP / Joseph EID


Le gouvernement libanais vous accuse d'entraver le retour des réfugiés, et particulièrement de poser des questions aux éventuels candidats au retour, leur faisant peur, quelle est votre réponse?


"Le HCR respecte toujours les décisions individuelles des réfugiés de rentrer chez eux, ne les décourage pas de rentrer et ne s’oppose pas aux retours basés sur une décision individuelle. C’est leur droit.
Quand les réfugiés expriment l’intention de retourner chez eux, le HCR tente d’accompagner leur préparation. Par exemple, s’il leur manque des documents importants, le HCR les aide à les obtenir –des certificats de naissance, de mariage ou de décès certifiant que de tels événements se sont produits en exil, ou encore des dossiers scolaires. Tous ces documents aident les réfugiés à se réinstaller chez eux et à avoir accès aux écoles et aux services. Ce travail est une responsabilité globale du HCR sur la base des standards internationaux, et c’est quelque chose qui est au cœur de notre mission dans toutes les situations où il y a des réfugiés.

Mener des entretiens avec les réfugiés qui ont l’intention de retourner chez eux aide également le HCR à continuer de suivre leur situation en Syrie. Cela fait partie de la responsabilité du HCR, de trouver des solutions durables, d’accompagner les réfugiés dans le processus de retour dans leurs foyers.
Le HCR a systématiquement réaffirmé qu’il respecte la politique du gouvernement libanais selon laquelle l’intégration n’est pas une option pour les réfugiés au Liban, et n’œuvre pas en vue de l’intégration des réfugiés au Liban. L’objectif du HCR est de trouver des solutions à long terme pour les réfugiés hors du Liban, sous la forme d’une relocalisation dans des pays tiers ou d’un rapatriement conforme aux standards internationaux. Le HCR est une organisation humanitaire apolitique dont le rôle est de soutenir les Etats accueillant des réfugiés et s’assurer que des solutions sont trouvées pour la situation temporaire des réfugiés."


(Lire aussi : Le Liban œuvre avec Damas au retour de milliers de réfugiés)


 
Quelle est votre réaction à la suite de la décision des autorités de ne plus délivrer de permis de séjour aux employés du HCR au Liban?
 
Le HCR n’est pas en mesure de répondre à cette question car nous n’avons pas été informés de ces mesures.


Pouvez-vous confirmer que le retour de quelque 3000 réfugiés de Ersal (Békaa) est prévu la semaine prochaine, et est-ce que vous vous y opposez? 

Le HCR n’a pas de chiffres confirmés sur le nombre de réfugiés qui ont décidé de rentrer en Syrie depuis Ersal. Nous respectons les décisions individuelles des réfugiés de rentrer chez eux.
 


Lire aussi

Aoun : Le retour des réfugiés syriens chez eux est dans l’intérêt national

S. Gemayel plaide pour un retour des réfugiés en collaboration avec Moscou


Pour mémoire

Réfugiés syriens : le Liban accuse la communauté internationale de mettre le pays en danger

La représentante du HCR convoquée aux AE, Merhebi qualifie Bassil de « raciste »





Le gouvernement libanais vous accuse d'entraver le retour des réfugiés, et particulièrement de poser des questions aux éventuels candidats au retour, leur faisant peur, quelle est votre réponse?


"Le HCR respecte toujours les décisions individuelles des réfugiés de rentrer chez eux, ne les décourage pas de rentrer et ne s’oppose pas aux retours basés sur...

commentaires (5)

Quel soucis de parfaire de la part de l'ONU et de ses organisations humanitaires ! Ce même effort est-il déployé pour assurer le bien-être des résidents (pratiquement prisonniers) de l'enclave de Gaza de 350 km² avec près de 2 millions d'habitants ? Deux poids et deux mesures ! De plus, même après leur retour chez eux (en Syrie) le Liban continuera probablement à accueillir 200 à 300 000 ouvriers syriens dont les membres de leurs familles n'est pas très loin du nombre des refugiés actuels. C'est le verre à moitié vide ou celui à moitié plein ! A bon entendeur onusien salut !

Khalil

17 h 00, le 14 juin 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Quel soucis de parfaire de la part de l'ONU et de ses organisations humanitaires ! Ce même effort est-il déployé pour assurer le bien-être des résidents (pratiquement prisonniers) de l'enclave de Gaza de 350 km² avec près de 2 millions d'habitants ? Deux poids et deux mesures ! De plus, même après leur retour chez eux (en Syrie) le Liban continuera probablement à accueillir 200 à 300 000 ouvriers syriens dont les membres de leurs familles n'est pas très loin du nombre des refugiés actuels. C'est le verre à moitié vide ou celui à moitié plein ! A bon entendeur onusien salut !

    Khalil

    17 h 00, le 14 juin 2018

  • Lisa Abou-Khaled : "Nous respectons les décisions individuelles des réfugiés de rentrer chez eux." Ce qui veut dire que vous ne respectez pas le retour massif de tous les réfugiés chez eux dont le nombre est largement supérieur à un million et demi dans un pays de quatre millions d'habitants dont la superficie n'est que 10.452 km2 tandis que la Syrie a une superficie 18 fois plus grande que le Liban. Chère Lisa Abou-Khaled, permettez-moi de vous donner les superficie de quelques pays susceptible d'accueillir tous les réfugiés syriens et palestiniens du Liban : L'Arabie 2.149.690 km2, l'Iran 1.648.195, l'Egypte 1.001.450, l'Irak 435.152, la Jordanie 89.342 km2. Avec mes respects et ma considération.

    Honneur et Patrie

    15 h 45, le 09 juin 2018

  • Les réfugiés syriens hésiteront beaucoup avant de rentrer en Syrie Rien qu'aujourd'hui, et au criminel bombardement russe, , entre 38 et 44 civils tués Les triomphes régionaux du boucher de Damas ressemblent à ceux divins du Hezbollah Ce qui est certain c'est qu'on n'est pas prêt de voir la paix revenir en Syrie, tant que les parrains (Russie et Iran) sont présents Le HCR devrait oublier les mensonges de Bassil

    FAKHOURI

    16 h 59, le 08 juin 2018

  • Pourquoi notre ministre des affaires étrangères Gebran Bassil ne s'adresse-t-il pas directement et aussi fermement au dirigeant de la Syrie, principal pourvoyeur des réfugiés syriens sur notre sol: Bachar el-Assad ? C'est plus facile de s'attaquer au HCR...et bien plus vendeur dans les médias ? Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 15, le 08 juin 2018

  • SE METTRE LES NATIONS UNIES SUR LE DOS EST UNE ERREUR IMPARDONNABLE ! NE PAS RENOUVELER LE SEJOUR DU PERSONNEL DU HCR EST UNE GAFFE MAJEURE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 44, le 08 juin 2018