X

À La Une

Remaniement ministériel à l'accent culturel et religieux en Arabie saoudite

Arabie saoudite

Il s'agit du deuxième changement gouvernemental majeur depuis la nomination en juin 2017 du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, fils du roi Salmane et ancien ministre de la Défense. 



OLJ/AFP
02/06/2018

Les autorités saoudiennes ont annoncé samedi un remaniement ministériel avec la mise en place d'un ministère de la Culture à part entière dans le royaume ultraconservateur engagé dans des réformes sociétales. Il s'agit du deuxième remaniement depuis la nomination en juin 2017 de l'héritier du trône Mohammed ben Salmane, fils du roi Salmane et également vice-Premier ministre et ministre de la Défense. 

Selon l'agence officielle SPA, Bader ben Abdallah, un prince lié selon le New York Times à l'achat d'un tableau de Léonard de Vinci, a été nommé ministre de la Culture, un portefeuille devenu à part entière après avoir été scindé de celui de l'Information. 

Deux autres nouveaux ministres ont été nommés: Ahmed ben Souleiman al-Rajhi, un ingénieur et homme d'affaires, à la tête du ministère du Travail et du Développement social, et Abdellatif ben Abdel Aziz Al-cheikh à la tête de celui des Affaires islamiques.  Le ministère de l'Information reste régi par Awwad al-Awwad.

En 2017, le New York Times avait affirmé que le prince Bader, un proche du prince héritier, aurait passé les ordres auprès de la maison d'enchères Christie's qui a organisé la vente du tableau du Christ intitulé "Salvator mundi" (Sauveur du monde) pour 450 millions de dollars.

L'Arabie saoudite s'est engagée, sous l'impulsion du prince héritier, dans une série de réformes visant à une plus grande participation dans la vie économique et sociale des femmes, autorisées par exemple à conduire dans le royaume à partir du 24 juin mais restant sous tutelle masculine.

Le prince héritier a également levé l'interdiction des salles de cinéma, autorisé les concerts mixtes et réduit les pouvoirs de la police religieuse, longtemps redoutée dans le royaume régi par une version rigoriste de l'islam. Mais l'Arabie saoudite, qui abrite les deux premiers saints de l'islam, la Mecque et Médine, ne reconnaît pas le droit des non musulmans à pratiquer leur religion en public et punit sévèrement l'apostasie ou le blasphème. L'arrestation ces dernières semaines de plusieurs défenseurs des droits de l'Homme, dont des femmes, a en outre reflété les limites des réformes opérées.

Le royaume a par ailleurs annoncé samedi avoir mis en place une commission royale pour la ville sainte de la Mecque, qui accueillera en août des millions de musulmans pour le grand pèlerinage annuel. La commission sera présidée par le prince Mohammed. Aucun détail n'a été fourni sur cette commission. 

Vendredi, el-Qaëda dans la péninsule arabique (Aqpa) a lancé un avertissement à Mohammed ben Salmane, estimant que ses réformes sociétales constituent des "péchés".


Lire aussi

La répression mine les réformes sociétales de MBS

Sept défenseurs des droits de la femme arrêtés en Arabie saoudite

Pour les Saoudiennes, "le temps du silence est fini"    


Pour mémoire
Les Saoudiennes seront aussi autorisées à conduire des motos et des camion

L'Arabie saoudite met fin à l'interdiction des cinémas

Concert de rap inédit et réservé aux hommes en Arabie saoudite

Arabie saoudite : les premiers pas d'une libéralisation de la société

Femmes autorisées à conduire en Arabie saoudite : quelles premières retombées ?

Les Saoudiennes au volant : de nombreux préjugés à combattre

Quand Riyad veut se convertir à la société de divertissement

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA TABLE RONDE

Ça ne fera pas qu'ils bosseront plus , mais quant au prince héritier, que devient il , diantre !
Tous les journaux , réseaux sociaux etc... en parlent sauf l'olj , pourquoi donc ?

Ça ne vous fait rien qu'il ait disparu depuis 35 jours ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MBS UN HOMME DE REFORMES ET DE DECISIONS !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué