Repère

Arabie saoudite : les premiers pas d'une libéralisation de la société

Une série de réformes sociétales et économiques ont été annoncées ces derniers mois sous l'impulsion du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane.

Des Saoudiennes dans une rue de Riyad. Photo d'illustration. Photo d'archives AFP

De l'autorisation de conduire pour les femmes à celle des cinémas, une série de réformes sociétales et économiques ont été annoncées ces derniers mois en Arabie saoudite sous l'impulsion du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane.

Dans ce pays ultraconservateur régi par une forme rigoriste de l'islam sunnite, les femmes doivent porter le voile intégral en public et doivent avoir l'assentiment d'un tuteur masculin --père, mari ou frère-- pour voyager ou faire des études.

 

'Vision 2030'

Le 25 avril 2016, le Conseil des ministres approuve un vaste plan de réformes, appelé Vision 2030, destiné à diversifier l'économie saoudienne, trop dépendante du pétrole. A cause de la chute des prix du brut à partir de la mi-2014, Ryad a dû fortement réduire ses dépenses publiques.

Initié par Mohammed ben Salmane, 32 ans, ce plan prévoit notamment d'introduire en Bourse une partie du géant pétrolier Aramco. Le prince dévoile aussi une série de méga-projets censés stimuler la croissance et l'emploi.

 

Tourisme

Le 1er août 2017, Ryad annonce le lancement d'un projet touristique consistant à transformer une cinquantaine d'îles de la mer Rouge en stations balnéaires de luxe.

En octobre, l'Arabie saoudite annonce qu'elle va commencer à délivrer des visas touristiques en vue d'encourager la fréquentation.

 

Femmes au stade

Le 23 septembre 2017, des centaines de Saoudiennes prennent place pour la première fois dans un stade de Riyad, à l'occasion de la fête nationale.

Depuis, les autorités ont annoncé que les femmes pourront assister à des événements sportifs dans trois stades à partir de 2018.

 

Et bientôt au volant

Le 26 septembre 2017, le dernier pays au monde à interdire aux femmes de conduire annonce qu'elles pourront prendre le volant à compter de juin 2018.

 

(Lire aussi : Pour les Saoudiennes, "le temps du silence est fini")

 

Arabie 'tolérante'

Le 24 octobre 2017, Mohammed ben Salmane promet une Arabie saoudite "modérée" et "tolérante". "Nous n'allons pas passer 30 ans de plus de notre vie à nous accommoder d'idées extrémistes et nous allons les détruire maintenant", dit-il lors d'un forum économique.

Il annonce par ailleurs la création d'une gigantesque zone de développement économique (NEOM) aux confins de l'Egypte et de la Jordanie, avec des investissements projetés à plus de 500 milliards de dollars (425 Mds EUR).

 

Purge sans précédent

Début novembre 2017, plus de 200 personnalités influentes, dont des ministres, ex-ministres et hommes d'affaires, sont arrêtées et certaines placées en détention dans un palace de la capitale.

Cette purge sans précédent intervient après la mise en place d'une commission anticorruption présidée par Mohammed ben Salmane.

En décembre, le procureur général indique que la plupart de ces personnalités ont accepté un arrangement financier en échange de leur libération.

 

Divertissements

L'Autorité générale du divertissement cherche désormais à faire oublier la réputation austère du royaume, malgré les réticences des milieux conservateurs.

Dans les premiers jours de décembre, Riyad a accueilli un festival de comédie amateur, un concert du compositeur grec Yanni, accompagné de vocalistes féminines, et le tout premier concert réservé aux femmes où s'est produit la chanteuse libanaise Hiba Tawaji.

En février, le pays avait organisé à Jeddah son premier festival de pop-culture Comic-Con.

 

Grand écran

Le 11 décembre, les autorités annoncent qu'elles vont autoriser l'ouverture de salles de cinéma à partir de début 2018.

En janvier, le mufti d'Arabie saoudite, plus haute autorité religieuse du pays, s'était insurgé contre la possible ouverture de cinémas et la tenue de concerts, estimant qu'elles seraient sources de "dépravation".

 

 

Lire aussi

Quand Riyad veut se convertir à la société de divertissement

La timide libéralisation des droits des Saoudiennes

Femmes autorisées à conduire en Arabie saoudite : quelles premières retombées ?

Les Saoudiennes au volant : de nombreux préjugés à combattre

Le défi de MBS : comment concilier désir de réformes et libertés quasi inexistantes

Buthaina al-Nassr, une figure de la lutte pour les droits de la femme en Arabie saoudite


De l'autorisation de conduire pour les femmes à celle des cinémas, une série de réformes sociétales et économiques ont été annoncées ces derniers mois en Arabie saoudite sous l'impulsion du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane.


Dans ce pays ultraconservateur régi par une forme rigoriste de l'islam sunnite, les femmes doivent porter le voile intégral en public et...

commentaires (1)

Le XXI siècle est en marché ? Tant mieux pour les futures générations de saoudiens et saoudiennes. Toute la région en sera gagnante.

Sarkis Serge Tateossian

00 h 48, le 12 décembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Le XXI siècle est en marché ? Tant mieux pour les futures générations de saoudiens et saoudiennes. Toute la région en sera gagnante.

    Sarkis Serge Tateossian

    00 h 48, le 12 décembre 2017