Rechercher
Rechercher

À La Une - Conflit

Netanyahu : Pas de place pour la moindre présence militaire iranienne en Syrie

Le Premier ministre israélien se rendra en France et en Allemagne du 4 au 6 juin, afin d'évoquer notamment la décision américaine de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien et la présence iranienne dans la région.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le secrétaire du gouvernement israélien Tzachi Braverman (droite) lors d'un Conseil des ministres à Jérusalem, le 27 mai 2018. Reuters / Menahem Kahana/Pool

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé lundi qu'il allait plaider auprès des dirigeants français et allemand afin qu'ils le soutiennent dans son combat contre la présence militaire iranienne en Syrie.

M. Netanyahu se rendra en France et en Allemagne du 4 au 6 juin pour des discussions qui devraient porter sur la décision américaine de se retirer de l'accord nucléaire iranien et sur la présence militaire iranienne en Syrie, voisine d'Israël. "Je présenterai notre position sur la nécessité d'empêcher l'Iran de développer le nucléaire et de s'installer au Moyen-Orient", a déclaré M. Netanyahu lors d'une réunion avec des députés de son parti à la Knesset, le Parlement israélien. "En ce qui concerne la Syrie, notre position est claire: il n'y pas de place pour la moindre présence militaire iranienne dans aucune partie de la Syrie", a-t-il ajouté. 

Benjamin Netanyahu doit rencontrer le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel. M. Netanyahu a ajouté lundi qu'il rencontrerait peut-être la chef du gouvernement britannique Teresa May et qu'il participerait au lancement de la Saison croisée France-Israël, une manifestation destinée à stimuler les relations culturelles et scientifiques entre les deux pays. 


(Lire aussi : Lavrov : Seule l'armée syrienne devrait être déployée à la frontière sud du pays)


L'armée israélienne a frappé le 10 mai ce qu'elle a présenté comme des dizaines de cibles militaires iraniennes en Syrie, en représailles au tir, par les forces iraniennes selon elle, de roquettes contre ses positions sur la partie du Golan occupée et annexée par Israël. Vingt-sept combattants prorégime syrien avaient été tués, dont au moins 11 Iraniens, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Cette opération avait suscité une vive inquiétude internationale quant au risque de confrontation ouverte entre Israël et l'Iran. 

Benjamin Netanyahu avait salué la semaine dernière la politique américaine à l'égard de l'Iran, ennemi juré de l'Etat hébreu, et appelé la communauté internationale à la soutenir.
Israël se considère comme la cible désignée d'un Iran qui serait doté de l'arme atomique, et M. Netanyahu a mené une vigoureuse campagne contre l'accord de 2015. 

Selon Chagai Tzuriel, directeur général du ministère du Renseignement israélien, les récents évènements dans la région ont convaincu certains pays, comme la Russie, que permettre à l'Iran de s'établir militairement en Syrie n'était pas une stratégie payante. Si les différents acteurs ne saisissent pas cette occasion pour repousser l'Iran, "nous allons au devant de la confrontation" avec la République islamique, a prévenu M. Tzuriel lundi devant des journalistes.  

La Russie soutient le régime de Bachar el-Assad en Syrie et M. Netanyahu s'est entretenu plusieurs fois avec le président russe Vladimir Poutine à propos de la présence iranienne chez son voisin syrien. 


Lire aussi
En Syrie, la fin de la lune de miel entre Moscou et Téhéran

En Syrie, guerre et déplacements massifs redessinent la carte démographique    

Des dépôts d'armes du Hezbollah en Syrie visés par des missiles, selon l'OSDH

Frappes contre des positions du régime syrien attribuées à la coalition US qui dément

« Pour Assad, nous, opposants, ne sommes même plus syriens »    

Comment le régime est en train de redessiner la carte de la Syrie


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé lundi qu'il allait plaider auprès des dirigeants français et allemand afin qu'ils le soutiennent dans son combat contre la présence militaire iranienne en Syrie. M. Netanyahu se rendra en France et en Allemagne du 4 au 6 juin pour des discussions qui devraient porter sur la décision américaine de se retirer de l'accord nucléaire...

commentaires (5)

Wlek c'est de ta présence qu'il n'y a plus de place chez nous au M.O Tu vas partir plus tôt que prévu, rejoindre ton larbin héritier du trône des bensaouds ... mais au fait OÙ EST IL ? ??

FRIK-A-FRAK

11 h 56, le 29 mai 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Wlek c'est de ta présence qu'il n'y a plus de place chez nous au M.O Tu vas partir plus tôt que prévu, rejoindre ton larbin héritier du trône des bensaouds ... mais au fait OÙ EST IL ? ??

    FRIK-A-FRAK

    11 h 56, le 29 mai 2018

  • Et une présence américaine en Israël, alors?

    Punjabi

    21 h 12, le 28 mai 2018

  • On guérit le Mal par le Mal dans un monde qui bouge mal .

    Antoine Sabbagha

    20 h 28, le 28 mai 2018

  • et la présence israélienne en Syrie, Liban et en Palestine.....cela est tout a fait normal.... bien sûr.

    HIJAZI ABDULRAHIM

    20 h 25, le 28 mai 2018

  • IL N'Y A PAS DE PLACE POUR UNE PRESENCE IRANIENNE EN SYRIE ! BONNE NOUVELLE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 18, le 28 mai 2018

Retour en haut