X

À La Une

Malgré les efforts pour enrayer la chute de la livre, les Turcs inquiets

reportage

La dégringolade de la livre de ces derniers jours a été provoquée par des commentaires du président turc la semaine dernière, affirmant qu'il souhaitait peser davantage sur la politique monétaire s'il était réélu le 24 juin.


OLJ/AFP/Raziye AKKOC
27/05/2018

Après l'affaiblissement de la livre turque face au dollar cette semaine et malgré les tentatives du gouvernement pour les rassurer, les Turcs restent inquiets au sujet de l'économie, à un mois d'élections cruciales.

La livre turque s'est brièvement échangée à 4,92 TRY contre un dollar mais a compensé une partie de ses pertes mercredi après un relèvement inattendu d'un des principaux taux d'intérêt de la banque centrale. Mais pour beaucoup, cette mesure reste insuffisante: ne montrant pas de signe réel d'amélioration, la livre s'échangeait à 4,7 contre un dollar à la clôture vendredi et a perdu 16% de sa valeur contre le billet vert en un mois.

Dans un bureau de change situé sur l'une des principales rues commerçantes d'Ankara, les esprits sont tournés vers la dégradation de la situation et la crainte que le pays ne traverse déjà ce que des économistes de la Commerzbank ont décrit cette semaine comme une "crise monétaire".
Une journaliste de l'AFP a vu des dizaines de personnes affluer dans ce bureau de change pour convertir leurs livres en or, dollars, ou euros.

Ali Yilik, un vendeur de matériaux de construction venu changer ses livres en dollar pour son travail, se dit peu convaincu par les propos rassurants des autorités. "Qui ne serait pas inquiété par (la situation des) taux de change ? Dans des circonstances normales, cela n'arrive pas. C'est extraordinaire", affirme-t-il.
Son fils, Yahya Yilik, qui gère le bureau de change Tunali Döviz, explique que plus de Turcs viennent acheter des euros et des dollars avec l'inquiétude que la livre ne chute davantage. "Ils pensent que la livre va continuer à perdre de sa valeur", rapporte-t-il à l'AFP, ajoutant que la levée des taux d'intérêts n'est qu'une "mesure temporaire".


(Lire aussi : La Banque centrale turque tente de rassurer après une nouvelle chute de la livre )



"Très inquiet"
Les économistes appelaient depuis des mois à un redressement des taux d'intérêt pour enrayer l'inflation à deux chiffres et éviter une surchauffe de l'économie, mais le président Recep Tayyip Erdogan n'a eu de cesse de critiquer ce type de mesures, appelant au contraire à une baisse de ces taux.

La dégringolade de la livre de ces derniers jours a été provoquée par des commentaires du président turc la semaine dernière, affirmant qu'il souhaitait peser davantage sur la politique monétaire s'il était réélu le 24 juin.

Necdet Güven, un étudiant venu acheter des dollars en prévision d'un voyage aux Etats-Unis, se dit "très inquiet" de la situation économique. "Notre économie empire de jour en jour. Par le passé, la Turquie était un pays leader en termes d'agriculture et d'élevage, mais maintenant on importe de la viande de Serbie et du foin de Russie", déplore-t-il.

Afin d'apaiser les esprits, le vice-Premier ministre Mehmet Simsek, un ancien de chez Merrill Lynch qui a la confiance des milieux économiques, a déclaré, lors d'une interview télévisée, que la banque centrale "ferait tout ce qui est nécessaire".
"Il n'est pas question de reculer, que ce soit sur l'indépendance de la banque centrale ou sur une économie de marché régulée", a-t-il assuré, sur la chaine privée NTV.


(Pour mémoire : Turquie : Erdogan peste contre les taux, la livre chute)


"Puissances étrangères"
Certains sont néanmoins convaincus par la rhétorique du gouvernement qui impute la chute de la livre à un "complot" visant à affaiblir la Turquie.
Pour Orhan Albayrak, un grossiste, l'augmentation de la valeur du dollar et de l'euro est "artificielle", causée par "la pression économique des puissances étrangères". "Mais à cinq ou dix jours des élections, je pense que cette augmentation sera inversée", espère-t-il.

Après l'annonce de la décision de la banque centrale mercredi, M. Erdogan a insisté sur le fait que la Turquie continuerait d'adhérer aux principes internationaux en matière de politique monétaire. Mais il a tout de même ajouté qu'il ne laisserait pas ces principes "achever notre pays".


Pour mémoire
Les élections anticipées, une manœuvre risquée pour Erdogan ?    

L’économie turque en surchauffe, un déclencheur des élections anticipées

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RAISINS SECS

Vois voyez un pays comme la turquie de l'hypocrite erdo , par exemple , il pourrait morfler grave devant ces pressions économiques , beaucoup plus que les autres , comme la Corée du Nord ou l'Iran NPR etc... parce que la turquie fait partie de ce bloc et que ayant mangé dans leur main , il reste plus vulnérable que les autres .

Erdo tu veux un conseil mon vieux , la politique de la danse du ventre a ses limites , tu en es arrivé au bout .
Tu ne peux pas te permettre d'insulter les israéliens à Gaza, et Continuer à leur bouffer dans la main .

Sarkis Serge Tateossian

Erdogan sera réélu (une telle dictature que beaucoup d'observateurs et des medias en Europe le comparent de plus en plus à Hitler, ne peut perdre dans des élections taillée sur mesure) la livre ainsi que l'économie turque chuteront selon toute logique dans les mois à venir

Dernières infos

Les signatures du jour

Les matchs d’aujourd’hui

  • Portugal
    Maroc

    20/06

    15h00 (GMT+3)

  • Uruguay
    Arabie Saoudite

    20/06

    18h00 (GMT+3)

  • Iran
    Espagne

    20/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué