X

À La Une

L'électricité au centre de l'avant-dernière réunion du gouvernement Hariri

Liban Le Conseil des ministres tiendra sa dernière réunion lundi. 
C.G. | OLJ
16/05/2018

Le gouvernement libanais, réuni mercredi au palais de Baabda pour un avant-dernier Conseil des ministres, a approuvé la prolongation pour une durée d'un an du contrat de location de deux navires-centrales turcs, un sujet polémique par excellence, ainsi que la création d'une nouvelle université orthodoxe.

Pour terminer l'étude de l'ordre du jour qui était constitué de 86 articles, le gouvernement tiendra sa dernière réunion lundi prochain, le jour de l'expiration du mandat du Parlement, après lequel il deviendra un cabinet chargé des affaires courantes. 

A l'issue de la réunion, le ministre des Affaires sociales, Pierre Bou Assi, a annoncé la prolongation, pour une durée d'un an, du contrat de location des deux navires-centrales turcs, installés le long de la côte libanaise afin de pallier au déficit de production d'électricité dans le pays.  Le ministre Bou Assi a également annoncé que le gouvernement avait approuvé les modifications présentées par le ministre de l'Energie, César Abi Khalil, concernant les contrats régissant l'achat d'électricité produite par des éoliennes, via trois sociétés privées, et l'alimentation des centrales électriques du pays en gaz. Ce projet de construction de parcs éoliens avait été approuvé en novembre dernier.

Les ministres des Forces libanaises et le ministre de l'Education, Marwan Hamadé, ont exigé que cet approvisionnement en gaz soit étudié par la commission des adjudications, avant toute attribution de marché. 

Fin avril, le gouvernement s'était opposé à la reconduction pour trois ans du contrat des deux navires-centrales, et à la location de deux autres. Le projet de location de nouveaux navires-centrales avait fait l'objet d'un appel d'offres lancé en avril – amendé en cours de route, mais le dossier avait ensuite été saisi par le procureur financier. Plusieurs composantes gouvernementales s’étaient ouvertement opposées à ce projet, notamment les Forces libanaises, le Parti socialiste progressiste, les Marada (de Sleiman Frangié) et le tandem Amal-Hezbollah, contestant le coût de ce plan ainsi que la méthode d'attribution du contrat.


(Pour mémoire : Réforme du secteur de l’électricité : que proposent les partis politiques libanais ?)


Une nouvelle université orthodoxe
Un autre point de l'ordre du jour, le projet de décret accordant un permis à l’archevêché grec-orthodoxe à Beyrouth pour construire l’Université Saint-Georges à Achrafieh, a été approuvé par le gouvernement.  Ce projet était en suspens depuis un an et demi, en raison d'un conflit entre le patriarche de l’Eglise orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient, Mgr Youhanna Yazigi, et le métropolite de Beyrouth, Mgr Élias Audi.

Une source proche de la communauté avait indiqué à L'Orient-Le Jour que le projet était réclamé par Mgr Audi, soucieux de développer un complexe universitaire propre à la communauté orthodoxe au cœur de la capitale, mais aussi de faire montre d’indépendance par rapport à l’Université de Balamand, jugée trop proche de Damas, tout comme Mgr Yazigi.

Par ailleurs, le diplôme du brevet, dont l'annulation devait être discutée par le gouvernement et avait fait polémique ces derniers jours dans le secteur de l'enseignement, sera finalement maintenu. A son arrivée à la réunion, le ministre de l'Education, Marwan Hamadé, avait affirmé que le brevet ne sera pas annulé.

Les ministres ont par ailleurs approuvé les décrets d'exploitation des biens-fonds maritimes dans les régions de Zouk Mosbeh (Kesrouan) et du Chouf. Les biens-fonds publics situés dans la région de Dbayé (Metn) ont fait l'objet de discussions entre les ministres et leur approbation a été temporairement reportée. Les ministres des Forces libanaises se sont toutefois opposés à ces exploitations des biens-fonds, partant du principe que "le peuple libanais devrait pouvoir profiter de ces espaces". 

Sur un autre plan, le ministre de l'Energie a profité du Conseil pour annoncer qu'un deuxième round d'attribution de licences pour l'exploration et l'exploitation des ressources offshore sera prochainement lancé. 


(Pour mémoire : Un litige entre Yazigi et Audi à l’origine du report du débat sur l’Université Saint-Georges)


"Crimes israéliens"
Au début de la séance, et après une minute de silence observée en hommage aux victimes palestiniennes tombées depuis le début de la semaine, le chef de l'Etat a fortement condamné "les événements qui ont eu lieu dans les territoires occupés", affirmant que le Liban "condamne la décision de faire de Jérusalem la capitale d'Israël". Il a annoncé que le Liban répondra à l'invitation qu'il a reçue de participer au sommet exceptionnel de l'Organisation de la Coopération islamique à Istanbul en y dépêchant le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil.

Evoquant les élections législatives du 6 mai, M. Aoun a affirmé que ce scrutin avait "réalisé ce que les Libanais attendaient, même si certains doutent de la façon dont elles se sont déroulées et de la loi électorale". Le chef de l'Etat a tenu à saluer le travail effectué par les forces de l'ordre lors du scrutin, regrettant toutefois que certains Libanais aient tiré en l'air lors de l'annonce des résultats, faisant des victimes.

De son côté, le Premier ministre Saad Hariri a déclaré que le gouvernement avait accompli de nombreuses réalisations, grâce à l'élection de Michel Aoun à la tête de l'Etat et de l'entente politique. "Tout ce que nous avons accompli a été fait au Liban, grâce à nos efforts et sans aucune intervention" externe, a-t-il ajouté. Il a par ailleurs stigmatisé les "crimes israélien" de ces derniers jours, estimant que ces violences "entrent dans le cadre du complot qui a lieu depuis des années pour grignoter toujours plus de territoires palestiniens".


Avant la réunion, le Premier ministre sortant Saad Hariri a eu un aparté avec le président Aoun.


Lire aussi
La location de navires-centrales définitivement enterrée ?

Hydrocarbures offshore : le Liban prépare un 2e round

Hydrocarbures offshore libanais : les dés sont jetés

Sur le tapis rouge de Cannes, l'actrice libano-française Manal Issa dénonce le massacre de Gaza

Israël face à une vague de réprobation après le bain de sang à Gaza

Transfert de l'ambassade US à Jérusalem : les dirigeants libanais de tous bords condamnent

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

Que l'on nomme, dans le prochain gouvernement, ministre des ressources hydrauliques électriques, Assaad Nakkad. Il pourra appliquer au pays entier ce qu'il a réalisé à Zahlé (et ce, en passant outre à l'opposition des ministres dont tout spécialement Gibran Bassil).

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVEC L,ARGENT DE LA PROLONGATION DU LOUAGE DES BARGES FERRAILLES TURQUES ON AURAIT PU FINANCER UN PROJET REEL D,ELECTRICITE EN ACHETANT POUR UNE FRACTION DU MONTANT DES UNITES MOBILES TOUTES PRETES A GENERER L,ELECTRICITE ET PALLIER DEFINITIVEMENT ET EN COMPLET A LA PENURIE DU COURANT ELECTRIQUE !

Antoine Sabbagha

La loi des loyers a été reportée à la St Glin Glin . Triste .

Dernières infos

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué