Rechercher
Rechercher

Liban - Conseil des ministres

Un litige entre Yazigi et Audi à l’origine du report du débat sur l’Université Saint-Georges

L’affaire au cœur d’une nouvelle polarisation entre 14 et 8 Mars.

Le ministre de la Santé, Ghassan Hasbani, et le métropolite de Beyrouth, Mgr Élias Audi. Photo ANI

En cette veille de législatives, un profond différend d’ordre politique serait à l’origine du report par le dernier Conseil des ministres du débat autour du projet de construction à Achrafieh de l’Université Saint-Georges des grecs-orthodoxes. Un conflit dont le point de départ se situe visiblement au sein de l’Église orthodoxe elle-même. Ce conflit oppose le patriarche de l’Église orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient, Mgr Youhanna Yazigi, et le métropolite de Beyrouth, Mgr Élias Audi. « Le premier est accusé par une partie de la communauté orthodoxe du Liban d’être inféodé au régime syrien et de vouloir remplacer au Liban tous les évêques locaux par des évêques de nationalité syrienne. Alors que le second est adepte du slogan Liban d’abord. Il n’hésite pas à proclamer ouvertement ses sympathies pour le 14 Mars et à prendre ses distances avec le régime de Damas », comme l’explique une source proche de la communauté, qui a requis l’anonymat. 

C’est dans ce cadre que naît le conflit entre pour et contre. « Un projet réclamé par Mgr Audi, soucieux certes de développer un complexe universitaire propre à la communauté orthodoxe au cœur de la capitale, mais aussi de faire montre d’indépendance par rapport à l’Université de Balamand, jugée trop proche de Damas », précise cette même source. En suspens depuis un an et demi, le dossier n’a pas tardé à être exploité politiquement au sein du gouvernement et même au Parlement, sur base du vieux clivage 14 Mars vs 8 Mars. 

Dans les détails, jeudi lors du dernier Conseil des ministres, le débat a été occulté à la hâte, sa discussion ayant été proposée en marge de l’ordre du jour par le chef de l’État, Michel Aoun. Les ministres Ghassan Hasbani, Michel Pharaon, mais aussi Melhem Riachi et Ghattas Khoury, proches du 14 Mars, réclamaient pourtant sa tenue, soucieux de voir aboutir le projet de construction de l’université. Mais la discussion de ce projet a été contrée par le ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf, grec-orthodoxe du CPL, qui s’y est ouvertement opposé sous prétexte que ce projet porte atteinte à l’Université de Balamand. De même que les ministres Ali Kanso et Ali Hassan Khalil, respectivement du PSNS et du mouvement Amal. Résultat : la question a été reportée au prochain Conseil des ministres, mais aucun motif spécifique n’a été avancé pour ce report. 

Les condamnations pleuvent
Alors que la communauté grecque-orthodoxe est connue pour sa grande discrétion concernant ses affaires internes, les condamnations de représentants politiques de la communauté n’ont pas tardé à pleuvoir. Les marques de sympathie aussi vis-à-vis du métropolite de Beyrouth. C’est ainsi que le ministre de la Santé, Ghassan Hasbani, qui a été reçu par Mgr Audi, a dénoncé le report de l’étude du dossier jusqu’à après les législatives. « Ce dossier est pourtant clair, et techniquement complet. Il s’agit aussi d’un des projets universitaires les plus importants jamais présentés en Conseil des ministres », a-t-il soutenu. Il a surtout demandé pourquoi ce dossier a été soumis et retiré de manière si hâtive, malgré l’insistance de plusieurs ministres pour qu’il soit adopté. 

Même condamnation de la part du ministre d’État pour la Planification, Michel Pharaon, qui a regretté que « ce projet d’édification de l’Université Saint-Georges à Achrafieh, présenté depuis plusieurs années déjà, n’ait pas été adopté sous prétexte que certains n’en veulent pas et n’en voudront jamais ». Et ce alors que « le métropolite de Beyrouth a présenté le dossier depuis des années, que celui-ci est complet et qu’il ne nécessite plus que l’accord du gouvernement ».

Dans une volonté de clore le débat, le ministre d’État pour la Lutte contre la corruption, Nicolas Tuéni, proche du chef de l’État, a invité toutes les parties à la retenue et les membres du gouvernement à faire preuve de discrétion quant au contenu des Conseils des ministres. Il a estimé que « les propos tenus ne sont pas dignes de la cause, qu’elle soit ecclésiastique ou universitaire ».


Lire aussi

Les ministres font le bilan du vote des émigrés et évoquent les préparatifs du scrutin local

En cette veille de législatives, un profond différend d’ordre politique serait à l’origine du report par le dernier Conseil des ministres du débat autour du projet de construction à Achrafieh de l’Université Saint-Georges des grecs-orthodoxes. Un conflit dont le point de départ se situe visiblement au sein de l’Église orthodoxe elle-même. Ce conflit oppose le patriarche de...

commentaires (6)

Mgr Youhanna Yazigi n’est pas du tout populaire surtout à Beyrouth ou Mgr Audi est le seul super proche de ses fidèles et Achrafieh est reconnaissante à cet évêque qui depuis 1982 ne cesse de restaurer églises , écoles , et cimetières , sans oublier l’exploitation saine des propriétés de la commune

Antoine Sabbagha

17 h 00, le 05 mai 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Mgr Youhanna Yazigi n’est pas du tout populaire surtout à Beyrouth ou Mgr Audi est le seul super proche de ses fidèles et Achrafieh est reconnaissante à cet évêque qui depuis 1982 ne cesse de restaurer églises , écoles , et cimetières , sans oublier l’exploitation saine des propriétés de la commune

    Antoine Sabbagha

    17 h 00, le 05 mai 2018

  • Mgr Audi est un vrai patriote. Il ne se laissera pas faire par les partisans du statu quo en Syrie (= maintien du régime de Bachar el-Assad) à commencer par le patriarche Yazigi même si ce dernier n'a pas le choix que de se plier aux exigences d'un régime qui l'autorise à siéger dans la capitale syrienne depuis très longtemps.

    Tony BASSILA

    16 h 22, le 05 mai 2018

  • YAZIGI SE MEUT SUIVANT DES ORDRES SYRIENS TANDIS QUE AUDI SUIT L,EMBLEME -LEBNEN AWALAN- ! YAZIGI N,EST PAS POPULAIRE CHEZ LES ORTHODOXES LIBANAIS...

    MON CLAIR MOT A GEAGEA CENSURE

    15 h 48, le 05 mai 2018

  • Ah voilà un papier écrit sans tabous et qui appelle un chat un chat, décrit les enjeux et le contexte sans se calfeutrer derrière des allusions et autres sous-entendus. D'autant plus que ce conflit est très politique et reflète bien la ligne qui divise communautés et partis.

    Marionet

    09 h 55, le 05 mai 2018

  • Heureusement que le ridicule n'a pas encore tué Nicolas Tuéni « ministre d'Etat pour la lutte contre la corruption »

    Tabet Ibrahim

    08 h 51, le 05 mai 2018

  • et voila comment on bloque des progets ... en voulez vous en voila

    Bery tus

    02 h 36, le 05 mai 2018

Retour en haut