Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Transfert de l'ambassade US à Jérusalem : les dirigeants libanais de tous bords condamnent

"Nous refusons que Jérusalem devienne la capitale d'Israël et considérons que le transfert de l'ambassade dans la Ville Sainte met tous les processus de paix dans la région dans l'impasse", dénonce Hariri.

Des Palestiniens du camp de réfugiés de Aïn el-Heloué, au Liban-Sud, brûlent le portrait du président américain Donald Trump, le 14 mai 2018. REUTERS/Ali Hashisho

Les responsables libanais ont unanimement condamné lundi le transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, ainsi que la répression meurtrière des manifestations palestiniennes, qui a fait plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés. Ces manifestations doivent culminer mardi 15 mai, jour anniversaire de la "Nakba" (la "catastrophe"), marquant l'expulsion de centaines de milliers de Palestiniens lors de la création de l'Etat d'Israël en 1948. Certains responsables libanais ont également commenté le retrait américain de l'accord nucléaire iranien.


Saad Hariri, Premier ministre : "Nous refusons que Jérusalem devienne la capitale d'Israël et considérons que le transfert de l'ambassade dans la Ville Sainte met tous les processus de paix dans la région dans l'impasse. Je regrette profondément cette décision qui provoque la colère de centaines de millions d'Arabes, de musulmans et de chrétiens, alimente la violence, fait couler encore plus abondamment le sang des Palestiniens et exacerbe l'extrémisme. Nous condamnons cette décision et sommes solidaires avec nos frères palestiniens. Nous invitons la communauté internationale à agir pour mettre fin à ce massacre et venir en aide aux Palestiniens, afin qu'ils puissent établir un Etat indépendant, avec Jérusalem comme capitale."


Naim Kassem, numéro deux du Hezbollah : "La décision de Donald Trump de transférer l'ambassade américaine à Jérusalem n'a aucune valeur. L'objectif actuel de la résistance est de libérer toute la Palestine. Nous voulons que les peuples de la région créent leur propre futur, de la Méditerranée jusqu'au Golfe."


(Lire aussi : L'ouverture de l'ambassade américaine à Jérusalem suscite une réprobation mondiale)



Mouvement Amal : "Nous condamnons la volonté de l'administration américaine d'appliquer sa décision de transférer son ambassade à Jérusalem et la participation de certains pays aux célébrations. Cette décision viole le droit international et est contraire à l'histoire de Jérusalem et à son identité arabe, islamique. Nous condamnons également les législations, les violations et les crimes de l'occupation, ainsi que les opérations de colonisation menées par l'occupant pour judaïser la Palestine et Jérusalem. La décision américaine est un danger et une menace pour la paix et la sécurité internationales. Nous invitons l'opinion publique, arabe et internationale, et les institutions à affirmer que Jérusalem est arabe et qu'elle est la capitale éternelle de la Palestine".
"Le mouvement Amal soutient le droit du peuple palestinien au retour et à l'établissement d'un Etat palestinien indépendant, avec Jérusalem comme capitale.


(Reportage : Des milliers de Palestiniens de retour à la frontière avec Israël, au péril de leur vie )



Fouad Siniora, ancien Premier ministre : "Nous condamnons la position immorale et partisane des Etats-Unis, qui favorise Israël au détriment des droits arabes. Aujourd'hui est une journée de tristesse, mais également de réflexion et de travail afin de réaffirmer que la première des causes arabes reste la cause palestinienne. Les peuples palestinien et arabe continuent d'insister sur les droits des Palestiniens à retourner sur leurs terres occupées et à établir un Etat indépendant, dont la capitale sera Jérusalem. Nous affirmons l'importance de la résilience et de la lutte non-violente et à l'initiative arabe pour la paix et la solution à deux Etats." 







Samir Geagea, chef des Forces libanaises : "Nous condamnons vivement les événements ayant lieu en Cisjordanie et dans la bande de Gaza et l'utilisation de balles réelles et de grenades explosives contre les manifestants palestiniens, causant la mort de dizaines de personnes. Nous appelons la communauté internationale à intervenir immédiatement afin de mettre fin au massacre qui est perpétré contre le peuple palestinien qui réclame son droit à une paix juste sur base d'une solution à deux Etats".


(Repère : L'ambassade américaine à Jérusalem, ni la première ni la dernière)



Gebran Bassil, ministre des Affaires étrangères, dans une interview à Reuters : "Les deux décisions américaines, de se retirer de l'accord nucléaire et de déménager l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem s'ajoutent à la longue liste des échecs politiques des Etats-Unis dans la région, et vont provoquer un regain de tensions et d'extrémisme dans la région. Le déménagement de l'ambassade américaine va faire échouer le processus de paix au Proche-Orient."


Nohad Machnouk, ministre de l'Intérieur, de Abou Dhabi : "Je salue la décision américaine de se retirer de l'accord nucléaire avec l'Iran, mais il s'agit bien là de ma position personnelle, qui ne reflète ni la position du gouvernement, ni celle du courant du Futur. Pour la première fois depuis des années, la décision américaine donne la possibilité d'amener l'Iran à un dialogue équilibré sur les activités nucléaires et balistiques de l'Iran et son expansion dans le monde arabe. J'espère que les Etats-Unis exerceront une pression économique sérieuse sur les sociétés européennes opérant en Iran. La politique américaine précédente, qui a prévaut pendant de longues années, a abouti à un accord nucléaire mais a ignoré l'étendue des destructions provoquées par le rôle de l'Iran dans toutes les régions où il est intervenu."



Lire aussi

Israël en pleine ferveur pro-américaine à l'aube d'une semaine à hauts risques

Acculés, les islamistes du Hamas rangent pour le moment les armes

Pourquoi le mois de mai risque de chambouler le Moyen-Orient


Les responsables libanais ont unanimement condamné lundi le transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, ainsi que la répression meurtrière des manifestations palestiniennes, qui a fait plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés. Ces manifestations doivent culminer mardi 15 mai, jour anniversaire de la "Nakba" (la "catastrophe"), marquant l'expulsion de...

commentaires (5)

Quand Saad parle on aurait envie d'entendre les bensaouds s'exprimer aussi. Quel honte de faire ça à ses frères.

FRIK-A-FRAK

22 h 16, le 14 mai 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Quand Saad parle on aurait envie d'entendre les bensaouds s'exprimer aussi. Quel honte de faire ça à ses frères.

    FRIK-A-FRAK

    22 h 16, le 14 mai 2018

  • Paroles qui ne veulent absolument rien dire. Le poids plume des dirigeants libanais ne va pas peser aucunement. Quant a Gaza, vous croyez vraiment que les Israeliens allaient recevoir ces hordes de fous hurlant et menacant avec des fleurs? Allons donc, n'importe quel autre pays aurait agit de meme.

    IMB a SPO

    21 h 18, le 14 mai 2018

  • LE MONDE EN ENTIER CONDAMNE !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    20 h 23, le 14 mai 2018

  • Vous oubliez , malheureusement, que le monde est gouverné par le sionisme international

    Eleni Caridopoulou

    17 h 35, le 14 mai 2018

  • Naïm Kassem, N°2 du Hezbollah : Nous voulons que les peuples de la région créent leur propre futur de la Méditerranée au Golfe. S'agissant du Liban, notre propre futur fut scellé en 1920 par la Société des Nations (SDN) et par l'Organisation des Nations Unies (ONU) en 1945. Quant au propre futur des autres, cela ne regarde que les autres, je veux dire que cela ne nous regarde pas.

    Honneur et Patrie

    17 h 35, le 14 mai 2018

Retour en haut