X

À La Une

Nasrallah : La clé de Jbeil et du Kesrouan est aux mains de Michel Aoun et du patriarche

Liban

"La résistance est complémentaire et n'est pas une menace pour l'armée libanaise", a déclaré le leader du Hezbollah.

23/04/2018

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé lundi que la clé de Jbeil et du Kesrouan était "aux mains du président Michel Aoun et du patriarche maronite Béchara Raï", après le tollé provoqué par la remise symbolique la veille de cette clé -sous forme de trophée- par le président de la fédération des municipalités du Kesrouan-Ftouh, Juan Hobeiche, au leader du parti chiite.

Cette affaire avait créé une vive émotion dans la région et sur les réseaux sociaux, alors que le Hezbollah présente une liste dans la circonscription du Mont-Liban I (Jbeil-Kesrouan). Cette cérémonie, qui s'est déroulée dans la localité de Mouaysra, un village chiite dans le jurd du Kesrouan, a été vivement critiquée, principalement par les opposants du parti chiite dans cette région majoritairement chrétienne.

"La clé de Jbeil et du Kesrouan est aux mains du président Michel Aoun et du patriarche maronite", a déclaré Hassan Nasrallah lors d'un meeting électoral de soutien, dans la banlieue sud de Beyrouth, à la liste du Hezbollah dans la circonscription du Mont-Liban I (Jbeil-Kesrouan) qui compte sept sièges maronites et un siège chiite. "Ce qu'a fait M. Hobeiche n'était qu'un geste symbolique", a déclaré le chef du parti chiite.

Le président de la municipalité de Mouaysra, Zouhair Omro, a assuré lundi que M. Hobeich, n'était pas au courant que le trophée était une clé du Kesrouan. "Nous sommes à l'origine de cette confusion à l'égard de ce trophée qui devait symboliser l'attachement et l’ouverture entre les citoyens", a ajouté le président de la municipalité du village chiite dans le Jurd du Kesrouan.

Dans la circonscription du Mont-Liban I, le Hezbollah présente un candidat, Hussein Zeaïter, dans une liste qui comprend notamment de l'ancien ministre Jean-Louis Cordahi, qui affronte quatre autres listes, dont celle du Courant patriotique libre. La liste "L'alliance nationale" comprend également les indépendants Carlos Abi Nader, Zeina Kallab, Joseph Sfeir, Michel Keyrouz et Joseph Zayek dans le Kesrouan ; ainsi que Bassam Hachem, ex-CPL, à Jbeil. L'élection du cheikh Zeaïter est loin d'être assurée.

"Nous saluons le courage le courage de Jean-Louis Cordahi et de ses partenaires qui se sont joints à notre liste dirigée par notre candidat du Hezbollah et du mouvement Amal", a-t-il déclaré. Dans son allocution télévisée, Hassan Nasrallah a également assuré que la liste du Hezbollah à Jbeil-Kesrouan était également celle du pouvoir, en référence au CPL. "Nous sommes attachés aux amitiés et aux alliances que nous avons bâties ces dernières années", a-t-il souligné.


(Lire aussi : Nasrallah au Courant du Futur : Votre politique économique a échoué)


Démographie et résistance
Le chef du Hezbollah a dénoncé l'idée, portée par certaines formations politiques, selon laquelle le Hezbollah cherche à modifier la démographie des régions chrétiennes. "Ces discours n'ont aucun sens, sont provocateurs et n'ont aucune valeur", a-t-il déclaré sur ce sujet.

"Nous pensons que le Liban ne peut être bâti que par l'intermédiaire d'un véritable partenariat avec l'ensemble des composantes, tant sur les plans politique et religieux. Je tiens à dire qu'aucun dignitaire chiite, ou sunnite d'ailleurs, ne cherche à s'imposer. Ceci est terminé", a-t-il déclaré. "Nous sommes en faveur de la coexistence, que personne ne vienne nous accuser de communautarisme", a-t-il lancé, dénonçant ceux qui "rêvent de la sédition". "Nous devons traiter avec prudence les sujets sensibles car il est important que nous préservons la paix interne", a déclaré

Le chef du Hezbollah a également défendu les armes de la résistance, jugeant qu'elles ont "protégé le Liban de l'ennemi israélien et des groupes terroristes takfiristes aux côtés de l'armée libanaise". "La résistance est complémentaire et n'est pas une menace pour l'armée libanaise. Elle est l'une des composantes essentielles de la sécurité et la stabilité du Liban", a-t-il déclaré, réaffirmant son attachement au triptyque peuple-armée-résistance.

Par ailleurs, Hassan Nasrallah a réaffirmé sa préférence pour le scrutin proportionnel. "Pour notre part, nous avons toujours milité pour le scrutin à la proportionnelle avec le Liban comme circonscription unique, ou de grandes circonscriptions. Cette loi reprend ce principe et c'est sous l'égide de cette loi que se dérouleront le 6 mai l'une des plus importantes élections législatives de l'histoire du Liban".

Selon la nouvelle loi électorale, adoptée en juin 2017, les législatives se baseront sur un mode de scrutin proportionnel, les électeurs ne pouvant voter que pour une seule liste politique, au sein de laquelle ils pourront accorder un vote préférentiel à un candidat se présentant au sein de leur caza.

Par ailleurs, le leader du Hezbollah n'a pas évoqué la violente agression dont a été victime dimanche le journaliste Ali el-Amine, qui a formé une liste d’opposition au parti chiite dans la circonscription du Liban-Sud III, dans le caza de Bent Jbeil, par une trentaine de partisans du Hezbollah.



Lire aussi

L’apartheid du Hezbollah, l'édito de Ziyad Makhoul 

« La victoire de Zeaïter léserait les chrétiens à 200 % », avertit Mahmoud Awad

Le Hezbollah met tout son poids dans la balance pour la victoire de Zeaïter

Législatives 2018 : les duels à suivre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Pas de communautarisme ?! Êtes vous sûre ?! Pq ce ne sont que les chiites ou personnes ne relevant que de votre commandement qui ont le droit de porter des armes militaire ???

gaby sioufi

Tout ca et le bla bla habituel devient ennuyeux tellement repetitif.
UNE NOTE AU WALI FAKIH LIBANAIS: LE HEZB N' A JAMAIS ETE UNE MENACE A L ARMEE NATIONALE. C PLUTOT ELLE QUI REPRESENTE UNE MENACE AU HEZB.
Qu'il se le rienne pour dit.

Le Faucon Pèlerin

Malgré toute ma sympathie ainsi mon respect pour la personnalité de Hassan Nasrallah, je ne peux accepté que la moitié de sa vérité, l'autre moitié est que la clef du Kesrouan est aux mains du Patriarche maronite et du peuple kesrouanais. N'est pas Kesrouanais qui veut comme n'est pas Banlieusard qui veut.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué