X

À La Une

L'armée syrienne annonce la reprise totale de la Ghouta

Syrie

"Tous les terroristes ont quitté (la ville de) Douma, le dernier de leurs bastions dans la Ghouta orientale", a annoncé l'agence de presse officielle syrienne SANA, citant un porte-parole de l'armée. 

OLJ/AFP
15/04/2018

L'armée syrienne a annoncé samedi soir avoir repris intégralement l'enclave rebelle dans la Ghouta orientale près de Damas après l'évacuation des derniers insurgés de la ville de Douma, au terme d'une offensive dévastatrice de près de deux mois.

Cette annonce, qui constitue une importante victoire pour le pouvoir du président syrien Bachar el-Assad, intervient quelques heures après des frappes militaires menées par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, en représailles à une attaque chimique à Douma, principale ville de la Ghouta orientale, dont les Occidentaux accusent le pouvoir syrien.

"Tous les terroristes ont quitté (la ville de) Douma, le dernier de leurs bastions dans la Ghouta orientale", a annoncé l'agence de presse officielle syrienne SANA, citant un porte-parole de l'armée. Le régime utilise le terme de "terroristes" pour désigner les rebelles. La Ghouta orientale a "été totalement nettoyée du terrorisme", a également dit ce porte-parole dans une déclaration retransmise à la télévision d'Etat.

Le pouvoir de Bachar el-Assad avait lancé le 18 février une offensive pour reprendre les dernières zones rebelles dans cette région située aux portes de la capitale Damas.
Les violents combats et les bombardements dévastateurs ont tué plus de 1.700 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre. Le chef de l'ONU Antonio Guterres avait alors estimé que la situation dans la Ghouta équivalait à "l'enfer sur Terre".


(Lire aussi : Assad se nourrit de l’évanescence de l’État)



"Une farce"

Les puissances occidentales accusent les forces gouvernementales syriennes d'avoir mené une attaque chimique présumée à Douma le 7 avril, faisant plusieurs dizaines de morts selon les secouristes des Casques blancs.
Cet événement a suscité l'indignation de la communauté internationale. Le régime syrien, et son allié russe, ont démenti toute implication, dénonçant des "fabrications" et une "mise en scène" des rebelles.

Au lendemain de cette attaque, la dernière faction rebelle présente sur place, le groupe islamiste Jaich al-Islam, avait accepté un accord d'évacuation de ses combattants parrainé par Moscou, semblable aux initiatives qui avaient déjà obligé les groupes Faylaq al-Rahmane et Ahrar al-Cham à quitter d'autres zones de la Ghouta.

Le groupe Jaich al-Islam a estimé samedi que les raids menés par les Occidentaux représenteraient "une farce" tant que le président Bachar el-Assad resterait au pouvoir.
"Punir l'instrument du crime alors que le criminel est maintenu. Une farce", a estimé sur son compte Twitter Mohammed Allouche, un haut responsable du groupe qui contrôlait Douma.
Washington, Paris et Londres ont souligné que les frappes de samedi avaient visé des installations du régime liées au programme d'armement chimique syrien.


(Lire aussi : « Assad et la Russie ont essayé toutes les armes possibles contre nous, et personne n’a bougé un cil »)


Le régime a fait en début d'année une priorité de la reconquête des zones rebelles, assiégées depuis 2013 dans la Ghouta orientale, d'où les insurgés tiraient des obus sur Damas.
Le 18 février, il lance une offensive aérienne, puis terrestre, d'une intensité inédite sur l'enclave rebelle provoquant la mort de plus de 1.700 civils, selon l'OSDH, et des destructions colossales.

L'ONU avait en 2017 condamné la "privation de nourriture délibérée de civils" comme une tactique de guerre, après la publication de photos "choquantes" d'enfants squelettiques dans la Ghouta orientale.

Au début du conflit, les rebelles s'étaient regroupés sous la bannière de l'Armée syrienne libre (ASL), laissant progressivement place à une myriade de factions, allant des rebelles sans affiliation religieuse aux groupes islamistes.

Le régime de Bachar el-Assad mise sur ce qu'il appelle des accords dits de "réconciliation", qui se traduisent par l'évacuation des combattants et de leurs proches, vers des zones rebelles du nord du pays, en échange de la fin des bombardements et sièges.

Depuis le début de l'intervention militaire russe fin septembre 2015, le régime, alors en mauvaise posture, a réussi à enchaîner les victoires, reprenant plus de la moitié du territoire du pays ravagé par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts depuis mars 2011.


Lire aussi
Frappes en Syrie : un coup d’épée dans l’eau ?

Frappes occidentales en Syrie : le conflit généralisé évité    

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

La chose la plus précieuse qui manque cruellement dans toute la region est la mesure, l'équilibre dans le verbe, dans le geste et l'action.

Tout le monde veux le soutien de l'occident... Le bon, le mauvais, la victime, le bourreau...

Seulement quand sous la pulsion de certains ministres des affaires étrangères en France en Europe et meme aux USA.... Avaient favorisé les branches "wahabistes" ces derniers très vite ont perdu toute notion de lutte pour la liberté ou la dignité qu'ils étaient sensés(soutenus et payes par certains pays) defendre, et ils ont fini par se prendre pour des bons dieux, voulant égorgerd les minorités et les opposants, créer un califat et menacer le monde par le terrorismei, dailleurs ils ne se sont pas gêné.

D'où le revirement de justesse de l'occident.

Entre-temps... Certaines puissances malveillantes ont reussi a faire élire une marionnette dénommé Trump à la maison blanche pensant pouvour renverser la tendance.

Mais les jeux sont joués et l'occident, les dirigeants européens... Ne sont pas dupes !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants