X

À La Une

Réveillés par les explosions, des partisans du régime à Damas affichent leur défiance dans la rue

Syrie "On a gagné. C'est fini. On a battu le terrorisme. C'est la dernière frappe qu'ils mèneront", assure Yaman Qiblawi, 59 ans. 
OLJ/AFP/Rim HADDAD
14/04/2018

Les Damascènes ont été réveillés samedi au petit matin par les éclairs, le bruit et les secousses des missiles. Imperturbables, certains sont sortis à leurs balcons pour observer les frappes occidentales sur des installations militaires du régime syrien.

Vers 04h00 du matin, durant 45 minutes, la capitale syrienne a résonné du bourdonnement des avions et du fracas des missiles qui s'abattaient sur les faubourgs. Le ciel encore noir s'est retrouvé strié d'éclairs.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, qui accusent le régime d'avoir mené le 7 avril une attaque chimique sur le bastion rebelle de Douma, ont mis leurs menaces à exécution en frappant des installations chimiques et militaires proches de Damas et Homs, dans le centre du pays. Le bruit a sorti Saoussen Abou Tableh de son lit. "J'ai regardé sur internet et j'ai vu: +attaque éhontée des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni+", raconte-t-elle.

L'armée syrienne, soutenue par son allié russe, a affirmé avoir abattu avec ses défenses anti-aériennes la plupart des 110 missiles tirés par les Occidentaux.

Nedher Hammoud était sur son toit pour "regarder les missiles se faire descendre comme des mouches", sourit ce fervent partisan du régime, âgé de 48 ans.

Dans le quartier de Jermana, Rahmeh Abou Hamra, elle, s'était postée sur son balcon. Et "quand j'ai vu vers 05h30 que des gens allaient vers la place des Omeyyades, j'ai pris un taxi pour y participer avec mon fils", explique-t-elle.  Cette dame de 49 ans affiche sa défiance: "Nous nous fichons de Trump ou de tous les gens comme lui. Nous nous fichons des missiles. Nous leur tenons tête avec notre armée". 


(Lire aussi : Frappes occidentales en Syrie : le conflit généralisé évité)


"On a gagné"

Le soleil à peine levé, plusieurs dizaines de personnes se sont retrouvées sur l'emblématique place de Damas, ralliée à pied, à vélo ou dans des voitures décorées aux couleurs rouge, noire et blanche du drapeau syrien. Autour de la fontaine monumentale qui orne la place, un petit embouteillage s'est même créé.

Souriants, certains font le V de la victoire, agitent des drapeaux syriens, prennent des selfies devant la statue géante du Sabre damascène, ou dansent et chantent sur la chaussée au son d'airs de musique à la gloire du président Bachar el-Assad. "Dieu te protège, Damas!", entend-on.

"Trump pensait que nous serions à l'abri des bombes, mais nous sommes sur la place des Omeyyades", lance Amina al-Fares, 58 ans, tout de noir vêtue après avoir perdu au combat son fils et des neveux. "Tous pour Bachar el-Assad!".

Les frappes occidentales sont pour eux le signe de la victoire du régime, qui a notamment repris le bastion rebelle de la Ghouta orientale, situé aux portes de la capitale.

Les insurgés du groupe islamiste Jaich al-Islam ont accepté d'évacuer la ville de Douma, au lendemain de l'attaque chimique présumée. 

"On a gagné. C'est fini. On a battu le terrorisme. C'est la dernière frappe qu'ils mèneront", assure Yaman Qiblawi, 59 ans. "Qu'ils (les Occidentaux) fassent ce qu'ils veulent, qu'ils tuent qui ils veulent", affirme Nedher Hammoud: "L'histoire retiendra que la Syrie a abattu des missiles, mais pas seulement. Elle a abattu l'arrogance américaine."



Lire aussi

Aoun : Ce qui s'est passé en Syrie n'aide pas à trouver une solution politique

Frappes en Syrie : les Occidentaux ont privilégié l’option la plus modérée

Frappes occidentales en Syrie : les principales réactions

Les principaux extraits du discours de Trump à l'annonce de l'opération militaire en Syrie

Il n'y aura pas de guerre totale en Syrie, estime le n°2 du Hezbollah

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

S'ils étaient réveillés ils auraient changer de président... Doux rêves quand même

Sarkis Serge Tateossian

Méfions nous des loups ... (Petit sourire tout de même)

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MOUTONS DANS LA RUE !

Sarkis Serge Tateossian

Voilà chacun trouvera une satisfaction dans ces "frappes".

L'Amérique s'honore de ces missiles intelligents ...
La Syrie de ses performances (sept sur dix des missiles neutralisés...)
Marcon, heureux de faire son entrée dans le cercle fermé des présidents "chevronnés" ...(sa première guéguerre)
Erdogan jubile du fait qu'on a oublié ses crimes, l'occupation de la Syrie, et le massacre des kurdes...
Riyad, se trouve aux anges.... (Jouissance au goût d'un café corsé...)
La Russie crie au crime de guerre et convoque le conseil de sécurité de l'ONU....


Ainsi va l'orient..... Depuis la nuit des temps ...!

Au fait, et le Liban ? Heureux ou malheureux ?


Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants