Dans la presse

Il n'y aura pas de guerre totale en Syrie, estime le n°2 du Hezbollah

Le parti chiite garde "toutes les options ouvertes", affirme Naïm Kassem, interrogé sur d'éventuelles frappes américaines en Syrie.

Le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, a écarté l'éventualité d'une guerre totale en Syrie, affirmant que le parti chiite gardait pour lui "toutes les options ouvertes" en cas de frappes des États-Unis sur des cibles syriennes. Photo d'archives. Anwar Amro / AFP

Le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, a écarté l'éventualité d'une guerre totale en Syrie, affirmant que le parti chiite gardait pour lui "toutes les options ouvertes" en cas de frappes des États-Unis sur des cibles syriennes.

"Si une agression contre la Syrie devait avoir lieu, elle sera localisée. De ce fait, les réactions des acteurs majeurs dans ce pays seront à la mesure de la dimension de l'attaque", a déclaré M. Kassem dans un long entretien publié vendredi par le quotidien local al-Joumhouria. "Je le dis, nous n'allons pas vers une guerre totale, sauf si (le président américain Donald) Trump et (le Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu le décidaient", a-t-il ajouté.

Les Occidentaux qui continuent d'étudier leurs options militaires pour punir le régime syrien qu'ils accusent d'avoir perpétré l'attaque chimique de Douma, sont soucieux d'éviter une escalade avec la Russie, qui brandit la menace d'une "guerre" en cas de frappes. Donald Trump a poursuivi jeudi soir les discussions avec ses alliés, semblant temporiser après avoir annoncé à plusieurs reprises en début de semaine des frappes contre le régime de Damas.

"Nous avons bien vu que les frappes n'étaient qu'une option parmi d'autres pour l'administration US. Dans ce contexte, la situation reste floue, mais j'écarte la possibilité que la Russie et les États-Unis s'affrontent de manière directe et qu'une guerre totale se déclenche, même si Dieu seul sait ce qui se passe dans la tête de Trump", a affirmé le numéro deux du parti chiite.  


(Lire aussi : Frappes en Syrie : le risque d'un clash entre Russes et Américains fait frémir)


Dans le contexte, le responsable du Hezbollah a qualifié de "fantaisistes" les agissements et les intentions du président américain dont "le résultat final pourrait bien être très maigre", prenant pour exemple la façon dont l'administration Trump a agi face à la Corée du Nord, "alors que tout le monde pensait qu'une nouvelle guerre mondiale allait éclater".

Interrogé sur la réaction du Hezbollah en cas de frappes américaines en Syrie, Naïm Kassem a déclaré : "D'un côté, nous devons garder pour nous toutes les options ouvertes, notamment afin de maintenir l'ennemi dans l'inquiétude. De l'autre, il est préférable de ne pas évoquer des hypothèses qui pourraient ne pas avoir lieu. Mais ce qui est sûr, c'est qu'Israël sait très bien ce que peut faire le Hezbollah en cas d'agression".



Lire aussi
Des frappes tardives auront-elles toujours un sens ?

Frappes occidentales en Syrie : Moscou est-il prêt à riposter?

Les enjeux d’une frappe occidentale en Syrie sans l’aval de l’ONU

Frappes contre la Syrie : quelles cibles, quels risques, quels moyens ?

La présence militaire russe et son arsenal en Syrie

Le piège de la ligne rouge : frapper quoi et pour quels objectifs ?


Le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, a écarté l'éventualité d'une guerre totale en Syrie, affirmant que le parti chiite gardait pour lui "toutes les options ouvertes" en cas de frappes des États-Unis sur des cibles syriennes.

"Si une agression contre la Syrie devait avoir lieu, elle sera localisée. De ce fait, les réactions des acteurs majeurs dans ce pays seront à la...

commentaires (8)

Je pense que le Hezbollah n'a pas compris qu'Israel combat bien ils ont des avions et tant d'autres choses ils vont être massacrés, il y a un proverbe qui dit quand il y a le feu même l'herbe verte brûle, ça veut dire même les innocents

Eleni Caridopoulou

19 h 18, le 13 avril 2018

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Je pense que le Hezbollah n'a pas compris qu'Israel combat bien ils ont des avions et tant d'autres choses ils vont être massacrés, il y a un proverbe qui dit quand il y a le feu même l'herbe verte brûle, ça veut dire même les innocents

    Eleni Caridopoulou

    19 h 18, le 13 avril 2018

  • La "Déclaration de Baabda" sur la distanciation du Liban. Elle est signée par tous y compris par le Hezbollah, elle interdit à quiconque résidant sur le territoire national, de se mêler de tout ce qui se passe chez les autres, guerres, sarin, chlore et tout autre gaz de combat et ce, que se soit en Syrie, au Yémen ou en Corée-du-Nord. Le Liban n'est pas un pays guerrier. Le Liban est un message de paix et un exemple de liberté.

    Honneur et Patrie

    17 h 43, le 13 avril 2018

  • Mme Irma, merci.

    Je partage mon avis

    16 h 01, le 13 avril 2018

  • Le Liban, pays de tous les prophètes...et diseurs de bonne...ou mauvaise aventure ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 41, le 13 avril 2018

  • Le seul calcul que fera israel pour déclencher une guerre totale est si ce pays usurpateur s'en sortira intact. Jusqu'à cette minute , c'est pas le cas , parce que l'usurpie sait ce que ça va lui coûter une gaffe pareille . Donc ce que dit ce grand résistant est very relevant.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 51, le 13 avril 2018

  • hehehehe oui il n'y aura pas de guerre totale c'est vrai ... mais PAS POUR LES MEMES RAISONS QU'ILS AIMENT A REPETER

    Bery tus

    14 h 46, le 13 avril 2018

  • Ooooooh, l'ennemi tremble d'inquiétude en prenant connaissance des prophéties du No 2 du Hezbollah ! Et les troupeaux de moutons-suiveurs-bêleurs peuvent retourner brouter tranquillement dans leurs verts pâturages printaniers. Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 30, le 13 avril 2018

  • L,ORACLE S,EST PRONONCE (SIC) !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 18, le 13 avril 2018