X

À La Une

Frappes contre la Syrie : quelles cibles, quels risques, quels moyens ?

Repère

"Les Etats-Unis doivent faire très attention à ne pas frapper des cibles russes ou tuer des conseillers russes, ce qui limite considérablement le nombre de leurs options car les Russes sont très souvent intégrés aux troupes syriennes", explique un expert.

OLJ/AFP
11/04/2018

Des frappes occidentales contre le régime syrien à la suite d'une attaque chimique présumée sont imminentes. Mais des questions subsistent sur les cibles potentielles, les risques que ces frappes représentent pour les Etats-Unis et les moyens à la disposition de Washington.


Quelles cibles possibles ?
Les Occidentaux ont fait savoir qu'ils viseraient des infrastructures syriennes pouvant abriter des fabriques d'armes chimiques.
Or plusieurs bases aériennes syriennes ont déjà été identifiées comme source d'approvisionnement possible en armements chimiques, notamment la base militaire d'Al-Chaayrate, près de Homs. Visée l'an dernier par 59 missiles Tomahawk en représailles à une attaque au gaz sarin, elle pourrait de nouveau être prise pour cible.

Par ailleurs, l'armée israélienne a visé par le passé une branche du Centre de recherches et d'études scientifiques de Syrie (SSRC) près de Mesyaf, dans la région de Tartous. Cet organisme est accusé par Washington et Israël d'aider à développer du gaz sarin.

Pour Jennifer Cafarella, une analyste de l'Institute for the Study of War, une des cibles potentielles pourrait être l'aéroport militaire de Doumair, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Damas, d'où l'attaque chimique de la semaine dernière pourrait avoir été lancée.
La base aérienne T-4, dans la province centrale de Homs, a été endommagée lundi par une frappe aérienne attribuée à Israël. Elle abrite des forces syriennes et iraniennes, et les Etats-Unis pourraient être tentés de la frapper de nouveau "mais cela ne répondrait pas directement à l'attaque à l'arme chimique", ajoute Mme Cafarella.


(Lire aussi : Les enjeux d’une frappe occidentale en Syrie sans l’aval de l’ONU )


Quels risques pour les Etats-Unis ?
Les Etats-Unis veulent imposer des mesures de rétorsion au régime syrien, mais ils cherchent à éviter une attaque frontale avec la Russie, qui pourrait conduire à une escalade militaire qu'il serait difficile de contrôler.
"Les Etats-Unis doivent faire très attention à ne pas frapper des cibles russes ou tuer des conseillers russes, ce qui limite considérablement le nombre de leurs options car les Russes sont très souvent intégrés aux troupes syriennes", explique à l'AFP Ben Connable, un expert du centre de réflexion Rand.

Moscou dispose de deux bases aériennes sur la côte syrienne équipées de défense anti-aérienne sophistiquée, celles de Tartous, non loin de la frontière libanaise, et de Hmeimim, au nord de Lattaquié.
Hmeimim est protégée par les très modernes batteries de défense antiaérienne S-400 et des moyens mobiles de défense antiaérienne (Pantsir et Tor M1).
A Tartous, où l'armée russe dispose d'installations portuaires depuis plusieurs décennies, des batteries de défense antiaérienne S-300 ont aussi été mises en place.

D'autre part, selon la chaîne américaine NBC, citant des responsables américains non identifiés, la Russie a réussi à brouiller les communications des drones américains de surveillance survolant la Syrie. Ces drones sont plus petits et moins résistants que les drones Predators et Reapers qui peuvent être armés de missiles, mais ces brouillages "très sophistiqués" inquiètent les responsables américains cités par NBC.


(Lire aussi : La présence militaire russe et son arsenal en Syrie)



Quels moyens ?
Une frappe aérienne contre le Syrie sera vraisemblablement menée à l'aide de missiles, comme cela a été le cas l'an dernier. Il est probable que les Etats-Unis choisissent de lancer simultanément un grand nombre de missiles, ce qui augmentera les chances de franchir les défenses antiaériennes de la Syrie et de ses alliés.

L'USS Donald Cook, un destroyer de la classe Arleigh Burke équipé de missiles Tomahawk, se trouve dans la Méditerranée orientale, de même que l'Aquitaine, une frégate française multi-missions (FREMM) équipée de missiles de croisière. Ces deux bateaux, qui pourraient être aidés par un sous-marin américain ou britannique, pourraient jouer un rôle dans cette opération. Mais des bombardiers furtifs B-2, qui volent à haute altitude, pourraient aussi être utilisés comme cela a été le cas en janvier 2017 dans une frappe contre le groupe Etat islamique (EI) en Libye.


Lire aussi
Le piège de la ligne rouge : frapper quoi et pour quels objectifs ?    

De l’intérêt d’Assad à utiliser les armes chimiques    

Bruno Tertrais : Emmanuel Macron s’est engagé assez loin, il ne peut pas ne pas réagir contre Damas

Attaques chimiques contre Douma : comment peuvent réagir Washington et Paris

Les principaux raids israéliens en Syrie depuis 2013

Raid israélien en Syrie : un tournant dans les relations avec la Russie ?

Attaques chimiques en Syrie : le piège des lignes rouges

Attaques chimiques en Syrie : Washington au pied du mur ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Le Conseil de Sécurité de l'ONU, a-t-il permis aux Russes de s'intégrer aux troupes syriennes ? Si OUI, selon quelle résolution ? Si NON, qui peut empêcher les Américains, les Français, les Anglais... de s'intégrer aux troupes libanaises, jordaniennes, saoudiennes, égyptiennes, israéliennes, chypriotes et maltaises ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI C,EST UNE REALITE LES CIBLES SONT TOUTES DESIGNEES ... SI C,EST DU PIPEAU LE BALLON VA SE DEGONFLER TOUT SEUL ET TOUS RESTERONT SUR LES PAROLES !

Bery tus

il faut faire attention la Russie est légitime car c'est Assad qui le lui a demander ... le problème reside dans le fait que Poutine lui meme a des trait d'autoritarisme qu'Assad Erdogane aussi .... on parle on parle de la russie et de la syrie faut pas non plus oublier les fautes commises par les USA, la France et autres

se sont leurs ignorances (plus des USA) dans les années 40-50-60-70 des arabes qui est rester coller comme une étiquette jusqu'auj

HABIBI FRANCAIS

Vraiment incroyable que l on se demande quelles seront les consequences d une intervention Us en syrie alors que la russie et l iran ont realise des milliers d operations militaires tuant des civils et ce en toute impunite les dernieres annees.
Si des soldats russes sont tues,ce sera la faute du gouvernement de moscou qui n a rien a faire en syrie....qu ils degagent....la russie est vraiment un Etat voyou et imperialiste avec une economie du tiers monde et qui ne sait que menacer avec son arsenal developpe grace au vol de technologie des anciens pays satellites tel que RDA ou TCHECOSLOVAQUIE et l espionage industriel des USA.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

REALITE... OU... PIPEAU ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué