X

À La Une

La présence militaire russe et son arsenal en Syrie

repère

Malgré deux retraits d'une partie "significative" du contingent russe, annoncés en mars 2016 et novembre 2017, la Russie conserve un large éventail de possibilités pour agir.

OLJ/AFP
11/04/2018

La Russie affirme avoir significativement réduit sa présence militaire et ses opérations en Syrie depuis novembre 2017, mais elle conserve diverses unités sur place, notamment sur les bases de Tartous et de Hmeimim.   

Des liens anciens 
La Syrie était déjà une alliée privilégiée à l'époque soviétique, un lien scellé le 8 octobre 1980 par un "traité d'amitié et de coopération" signé par Léonid Brejnev et Hafez el-Assad.

Après une période de froid après la chute de l'URSS, Vladimir Poutine et Bachar el-Assad se rapprochent dans les années 2000. Dès 2011 et le début d'une révolte populaire en Syrie, Moscou soutient le régime syrien et envoie en janvier 2012 des navires de guerre dans la base russe de Tartous.

Le 30 septembre 2015, la Russie lance une campagne de frappes aériennes en Syrie en soutien au régime de Damas.   

 

Combien de militaires ?
Le chiffre officiel le plus récent est celui du personnel militaire ayant voté en Syrie lors de la présidentielle du 18 mars: 2.954, à 100% pour Vladimir Poutine. La grande majorité sont déployés sur la base aérienne de Hmeimim, dans le nord-ouest de la Syrie. Une partie des soldats russes en Syrie sont des "conseillers" militaires, qui aident sur le terrain l'armée syrienne et ont joué un grand rôle dans ses derniers succès. 

A cela, il faut ajouter la police militaire, constituée en majeure partie de bataillons issus des républiques musulmanes du Caucase russe, déployés dans les localités reprises aux rebelles, comme à Alep, et dans les "zones de désescalade" instaurées dans plusieurs régions. 

L'expert militaire Pavel Felguenhauer estimait fin 2017 que "jusqu'à un millier de membres des forces spéciales" combattaient aussi aux côtés des troupes du régime.

Vladimir Poutine a révélé en décembre dernier qu'un total de 48.000 militaires russes avaient participé à l'intervention en Syrie depuis son lancement le 30 septembre 2015. 

Officiellement, plus de 80 militaires russes ont péri en Syrie depuis le début cette intervention. Mais les pertes parmi les mercenaires russes seraient plus élevées.


(Lire aussi : Trump avertit de frappes imminentes contre la Syrie : "Que la Russie se tienne prête")


Avions de chasse et bombardiers
L'aviation est le bras armé de l'intervention militaire russe. Parmi les quelques dizaines d'appareils déployés selon des experts figurent des bombardiers Su-24 ou Su-34, des avions multirôle Su-30 et même des chasseurs Su-35, derniers nés du complexe militaro-industriel russe, ainsi que des hélicoptères de combat.

La Russie a également fait décoller des bombardiers stratégiques Tu-22 et Tu-160 de Russie pour procéder à des frappes au-dessus de la Syrie, ou utilisé des missiles de croisière d'une portée de 4.500 km: une plus-value militaire minime mais un symbole pour une armée russe désireuse d'afficher sa puissance.


(Lire aussi : Raid israélien en Syrie : un tournant dans les relations avec la Russie ?)


Navires et batteries antiaériennes
Pour assurer la défense de sa base de Hmeimim, la Russie a installé en novembre 2015 ses très modernes batteries de défense antiaérienne S-400, qu'elle considère comme son fleuron. L'armée a également déployé des moyens mobiles de défense antiaérienne (Pantsir et Tor M1).

A Tartous, où l'armée russe dispose d'installations portuaires depuis plusieurs décennies, des batteries de défense antiaérienne S-300 ont aussi été mises en place. Tout ceci en dépit du fait que ni les rebelles, ni les jihadistes n'ont d'aviation, mais ce qui permet au besoin d'imposer une "zone d'exclusion aérienne" au-dessus de la Syrie.

Quant aux navires, ils se sont succédé en Méditerranée et ont procédé à plusieurs séries de frappes très médiatisées. Après des missions au large de la Syrie, l'Amiral Kouznetsov, unique porte-avions de la Marine russe, est actuellement modernisé dans une cale sèche de l'Arctique russe.


(Lire aussi : Le "Groupe Wagner", une armée de l'ombre au service de Poutine en Syrie)


Une présence sur la durée
Malgré deux retraits d'une partie "significative" du contingent russe en Syrie, annoncés en mars 2016 et novembre 2017, la Russie conserve un large éventail de possibilités pour agir.

La base militaire de Hmeimim, aménagée à la hâte en marge d'un aéroport civil à l'été 2015 pour accueillir les avions russes, est devenue une base permanente de l'armée russe en janvier 2017, après un accord entre Damas et Moscou, passant sous juridiction russe. Même chose à Tartous : ce qui était jusque là une installation portuaire destinée à la marine russe est devenu "une base navale russe permanente". 

Aux forces officielles s'ajoute également tout un contingent de mercenaires russes qui combattent aux côtés des forces pro-régime, notamment pour une société militaire privée appelée le "Groupe Wagner".

En qualité d'alliée de Damas, Moscou devrait rafler la part du lion dans le processus de reconstruction du pays ravagé, et de nombreux projets d'investissements ont déjà été évoqués dans l'énergie notamment.


Pour mémoire
Malgré le rôle russe dans la défaite de l’EI, Poutine ne peut pas tirer à lui seul tous les bénéfices

Même si la paix est loin d’être gagnée, Moscou récolte les premiers fruits de son intervention

Les avions de chasse russes en Syrie inquiètent le Pentagone

Un nouveau vrai-faux départ pour les forces russes en Syrie ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Il faut que les alliés attaquent c'est tout, faire attention de ne pas bombarder par erreur les Russes

L'Orient-Le Jour

Merci Monsieur pour votre commentaire, l'erreur a été corrigée.
Bien à vous

Wlek Sanferlou

Sachant que c'est une erreur de décrire le président russe président syrien(légende de la photo), ce n'est pas du tout loin de la vérité

Irene Said

Le simili-Tsar Poutine se sent chez lui à Hmeimim, grâce au simili-Héros Bachar !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA DANSE APPROCHE ET SERA EFFRENEE !

AIGLEPERçANT

La seule question à laquelle répondront les sionistes , c'est si l'usurpie s'en sortira sans trop de mal .

Tout le reste du monde arabe européen américain africain asiatique etc... importe peu .

Si L usurpie juge dans ses calculs égoïstes quelles en sortira , alors on aura une guerre mondiale .
Mais comme rien n'est moins sûr pour eux que pour nous tous , je pense qu'ils vont reculer .

Empoisonnement, attaque chimique wou balloutt c'est du pipeau pour naïfs ébahis.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants