X

À La Une

Les Saoudiennes n'ont pas l'obligation de porter l'abaya, selon un religieux

Religion

"Plus de 90% des femmes pieuses dans le monde musulman ne portent pas d'abaya", a souligné le cheikh Abdullah al-Mutlaq, un des membres de la plus haute instance religieuse du pays, le Conseil des hauts érudits.

OLJ/Reuters
11/02/2018

Les Saoudiennes ne devraient pas être contraintes de porter l'abaya, une robe ample destinée à masquer leurs formes, lorsqu'elles sont dans des lieux publics, a estimé un haut dignitaire religieux saoudien bousculant un des dogmes de ce royaume ultraconservateur.

"Plus de 90% des femmes pieuses dans le monde musulman ne portent pas d'abaya", a souligné le cheikh Abdullah al-Mutlaq, un des membres de la plus haute instance religieuse du pays, le Conseil des hauts érudits.
"Nous ne devrions donc pas forcer les gens à porter des abayas", a-t-il ajouté lors d'un programme télévisé diffusé vendredi.

En Arabie saoudite, la loi oblige les femmes à porter une abaya dès qu'elles sortent en public, une des nombreuses restrictions qui leur sont imposées dans ce royaume régi par une version rigoriste de l'islam.
Elles doivent aussi solliciter l'autorisation d'un membre masculin de leur famille proche pour des démarches de la vie quotidienne: intervention médicale, voyage à l'étranger, études...

Mais Riyad a commencé à assouplir sa politique, annonçant que les femmes auront l'autorisation de conduire cette année et leur permettant d'assister à des événements dans trois stades du pays.

Le gouvernement saoudien n'a pas réagi aux propos du religieux sur les abayas, les premiers de ce type de la part d'un dignitaire d'un tel rang.

Les commentaires de cheikh Mutlaq ont par contre suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, dont celles d'autres religieux approuvant son point de vue. "La chasteté et la moralité ne dépendent pas d'un bout de tissu", a notamment souligné un Saoudien sur Twitter.


Lire aussi

Le déclin de la police religieuse saoudienne suscite des débats

Quand Mohammad ben Salmane met la police religieuse au pas

MBS cherche-t-il à mater l’establishment wahhabite ?

Buthaina al-Nassr, une figure de la lutte pour les droits de la femme en Arabie saoudite

Quand Riyad veut se convertir à la société de divertissement

En Arabie, une jeune femme apparue en minijupe interrogée par la police

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Mais qu'est ce que mbs et la bensaoudie ont à voir avec les chiites et le hezb et l'Iran NPR ?

Incroyable ce qu'on lit , autant d'ignorance dans les nuances !!!!!!! Et ça parle fort en plus .

ACE-AN-NAS

On dit l'abaya , mais et la burqa ? On a obligation ou pas ?

Irene Said

Si un pays ultraconservateur comme l'Arabie Séoudite commence à s'extraire, grâce à MBS, du carcan de lois vestimentaires imposées par des "hommes religieux" aux femmes, pourquoi ne le ferait-on pas aussi chez nous au Liban ?

Je me souviens qu'avant la guerre civile de 1975-1990, les femmes chiites n'étaient pas couvertes de noir ou de couleur foncée des pieds à la tête.
Il est vrai aussi qu'à cette époque, l'obscurantisme imposé par l'Iran en tout via le Hezbollah n'avait pas encore atteint notre Liban...
Irène Saïd


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOILA UNE BONNE NOUVELLE POUR LES FEMMES SAOUDIENNES ! LES CHANGEMENTS DE MBS CONTINUENT POUR TIRER PETIT A PETIT LE PAYS DE L,OBSCURANTISME QUI PREVAUT...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué