X

À La Une

Le conflit Aoun/Berry dans la rue : ce qu'en dit la presse locale

Liban

Les principaux quotidiens locaux s'inquiètent des répercussions de cette crise sur le gouvernement et les prochaines législatives.


30/01/2018

Les principaux titres de la presse libanaise ont allégrement commenté dans leurs éditions du jour la violente poussée de colère des militants du mouvement Amal, dirigé par le président du Parlement Nabih Berry, contre le chef du Courant patriotique libre (CPL), Gebran Bassil, s'inquiétant de ses conséquences sur les prochaines législatives, le journal al-Akhbar proche du Hezbollah parlant même de "paralysie du gouvernement".


"Bombe à retardement"
"L'explosion des tensions menace de déraper vers la sédition !", titre le quotidien an-Nahar, proche du 14 Mars, qui ne cache pas son inquiétude. "Il serait intolérable que les Libanais se réveillent aujourd'hui comme si rien ne s'était passé hier", poursuit le journal qui note, sous la plume de Hoda Chedid, le "silence de Baabda" et le "positionnement du Hezbollah aux côtés de Nabih Berry et de Saad Hariri". Pour an-Nahar, l'affrontement entre le CPL et le mouvement Amal est une "bombe à retardement".

Les propos qui ont fuité de M. Bassil, qualifiant Nabih Berry de "baltaji" (voyou) avaient provoqué une explosion de colère des partisans du président du Parlement. Des dizaines de membres du mouvement Amal avaient coupé plusieurs routes à Beyrouth, à l’aide de pneus brûlés ou de bennes à ordures enflammées, notamment à Mar Élias, Mousseitbé, Ras el-Nabeh, Mazraa, ou Chatila. Des partisans d’Amal ont également bloqué l’autoroute Riyak-Baalbeck dans la Békaa, alors que d’autres ont battu le pavé à Saïda, ainsi qu’à Tyr, au Liban-Sud.

De son côté, le journal al-Joumhouria revient sur le face-à-face entre les partisans d'Amal et ceux du parti aouniste devant le siège du CPL au centre Mirna Chalouhi, à Sin el-Fil. Dans son article relatant les événements, la journaliste Marlène Wehbé évoque "les réminiscences des slogans de la guerre". De son côté, l'éditorialiste Tarek Tarchichi se demande si les événements de la veille constituaient "un début des préparatifs du report des élections législatives".


(Lire aussi : Le conflit politique dérape, la rue se réveille)


"La fin du compromis"
Pour sa part, le quotidien al-Moustaqbal, propriété de M. Hariri, cite le conseiller et porte-parole de M. Berry, Ali Hamdan, déclarant que "ceux qui tiennent des propos irresponsables doivent quitter les affaires publiques". "Ceux qui ont commis une faute doivent en payer le prix", poursuit M. Hamdan. "C'est un minimum que de demander à M. Bassil de présenter ses excuses", conclut-il.

Le journal al-Akhbar titre sur "la fin du compromis", notant que "le gouvernement, le Parlement et le régime sont paralysés". "Il ne manquait plus que ça!", s'exclame l'éditorialiste Ibrahim el-Amine. Le journaliste Nicolas Nassif titre son article du jour : "L'erreur de Bassil, le gendre ne ressemble pas au président". De son côté, Maytham Rizk cite un proche de M. Berry : "Sans excuses, pas de gouvernement ou de régime".

Le CPL et M. Berry s'opposent sur de nombreuses questions politiques, notamment le décret d'avancement de la promotion militaire de 1994. Cette polémique envenime les relations entre le chef de l’État, Michel Aoun (fondateur du CPL), et le président du Parlement depuis des mois. Et depuis quelques jours, une nouvelle crise oppose les deux formations autour du congrès de la "Lebanese Diaspora Energy" organisé par le ministère des Affaires étrangères et prévu les 2 et 3 février prochain. Selon plusieurs sources concordantes, une grande majorité des participants chiites vont probablement boycotter ce rassemblement, "sur directives" de M. Berry.

Ce nouvel épisode dans les relations tumultueuses entre M. Berry et le chef du CPL est à mettre sur le compte de la tension croissante qui se manifeste en amont des législatives, prévues en mai prochain. Les deux hommes étaient déjà à couteaux tirés à cause notamment du refus de M. Berry d’avaliser la proposition de M. Bassil de rouvrir l’inscription des électeurs libanais résidant à l’étranger.



Lire aussi

Entre Aoun et Berry, une « guerre de cent ans » ?

À Abidjan, des menaces contre Bassil en pleine ambassade

La barbe de M. Bassil, l'édito de Ziyad Makhoul

Abidjan, nouvel épicentre de la querelle Berry-Bassil

Bassil s'en prend indirectement à Berry, se dit prêt à "payer cher" pour préserver son entente avec le Hezbollah



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Liban pays super instable on va vers la faillite et chacun cherche le sexe des anges . Triste .

Bery tus

hehe voila comment on remercie .. les gens qui ont donner une couverture depuis 12 ans

Hitti arlette

Comment qualifier un chef de parti ,ayant pour sympathisants ,adhérents ou partisans une horde de casseurs , des dealers de drogue , des voleurs à l'arrachée , autrement que baltaji . Un parti dont les membres pratiquent le vandalisme au vu et su de tous . La chaîne new tv en a eu son lot plus d'une fois . Baltaji est un gentil euphémisme par rapport à ce qui s'est passé hier .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAUVRE LIBAN ! LA CLOWNERIE, LA POLICHINNERIE ET L,HEBETUDE... AUX SOMMETS... FONT RAGE ! LE PEUPLE, LUI, RIT ET PLEURE A LA FOIS LA DERISION QU,IL VOIT ET LE MALHEUR QUI LE FRAPPE !

IMB a SPO

Un president de parlement visse sur son siege durant 25 ans, qui fait la pluie et le beau temps, qui ouvre et ferme le parlement comme il le veut, vous appelez ce mec quoi? Un democrate? un dictateu? ou un....? En fait ce im(bassil) a dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas...c est tout et comme dirait l'"autre" wa nikta 3ala al sater!

Le Faucon Pèlerin

'L'argent rend ivre d'orgueil". Je suis le gendre gâté de mon beau-père. Qui pourrait m'interdire de prendre une église pour une officine électorale ? Qui pourrait m'interdire d'insulter toutes les étoiles du firmament ? J'ai beaucoup d'argent qui me permettrait de tout acheter sauf, hélas, l'intelligence et la beauté physique ? Qui m'interdirait de voyager à travers le monde autant que je le souhaite même pour rencontrer un seul émigré à Ushuaïa ? Enfin, qui pourrait m'interdire d'insulter le chef du Parlement en le traitant de "baltaji" (voyou) ?

Sarkis Serge Tateossian

Les mots prononcés par Gebran Bassil sont condamnables certes....

Mais il faut remettre l'événement dans son juste contexte.

Il s'agit d'une réunion (meeting électoral plutôt) presque confidentielle au vu du nombre de l'assistance dans la salle. Bassil s'emporte et commet une erreur en traitant Berry de voyou. (Tout le monde sait que l'ensemble des dirigeants libanais sont honnêtes et respectables n'est ce pas) !

Alors une question cruciale me vient à l'esprit !
Qui a
Piégé Bassil en le filmant avec un portable dans le but de le dénoncer ?
Cette personne savait parfaitement qu'il s'agit d'une bombe .... Et qu'il allait créer un chaos dans le pays, le mot n'est pas fort.

Qui se cache derrière ces divisions ?
Se diviser par jalousie, par vanité ou simplement par amour du pouvoir, finira par éliminer toute la famille supposée défendre les mêmes valeurs.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué