X

Liban

Le conflit politique dérape, la rue se réveille

Reportage

Au siège du CPL, au centre Mirna Chalouhi, à Sin el-Fil, des tirs d’armes automatiques en l’air ont été entendus.

30/01/2018

Dimanche soir, les Libanais ont compris que le bras de fer entre le Courant patriotique libre et le mouvement Amal ne tenait plus qu’à un mot. Il a fallu que le président du CPL et ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, accuse le président de la Chambre, Nabih Berry, de pouvoir abusif et le qualifie de « baltaji », terme qui en dialecte égyptien signifie « voyou », pour que la tension se concrétise dans la rue.

Des dizaines de membres du mouvement Amal ont ainsi coupé plusieurs routes à Beyrouth, à l’aide de pneus brûlés ou de bennes à ordures enflammées, notamment à Mar Élias, Mousseitbé, Bir Hassan, Ras el-Nabeh, Mazraa, Chatila, le secteur de Cola en direction de la Cité sportive et au niveau du pont Salim Salam. Des partisans d’Amal ont également bloqué l’autoroute Riyak-Baalbeck dans la Békaa, alors que d’autres ont battu le pavé à Saïda, ainsi qu’à Tyr, au Liban-Sud.

Mais au centre Mirna Chalouhi, à Sin el-Fil, devant le siège du CPL, les partisans d’Amal n’étaient pas seuls dans la rue. Alors qu’ils brûlaient des pneus et que des tirs nourris d’armes automatiques en l’air étaient entendus, des partisans du courant aouniste étaient rassemblés devant le siège de leur parti. Des membres de la brigade anti-émeutes se sont aussitôt déployés dans la région. En réponse à une question de L’Orient-Le Jour sur la durée de leur présence dans la rue, un cadre aouniste lance sans hésitation : « Nous ne sommes pas dans la rue, nous sommes chez nous ! C’est la “milice” d’Amal qui est dans la rue. »

Au moment même où ce partisan CPL prononce ces mots, les partisans Amal veillent à ce que le feu qui brûle les pneus au beau milieu de la rue ne s’estompe pas et que la fumée qui s’échappe du caoutchouc atteigne les nuages. Les protestataires enragés, bandeaux enroulés autour du visage et photos de Nabih Berry et de Moussa Sadr brandis, ne manquent pas de lancer, en hurlant, des insultes à l’encontre de Gebran Bassil. « Nous sommes dans la rue aujourd’hui parce que c’est la moindre des choses que nous pouvons faire pour Nabih Berry, un des piliers de la patrie », souligne un jeune partisan d’Amal. « Allez, il est temps de rentrer parce que vous avez fait ce qu’il fallait et même plus », lance de son côté un homme plus âgé que le groupe de jeunes a fini par suivre. Derrière eux, le feu brûle toujours.


(Lire aussi : Entre Aoun et Berry, une « guerre de cent ans » ?)


Un accrochage, deux versions
Dans un communiqué, le CPL a indiqué que « les partisans d’Amal ont tenté d’attaquer le siège du parti, ont jeté des pierres, brûlé des pneus et tiré en l’air, obligeant les officiers chargés de la sécurité des bâtiments à se défendre et à appeler l’armée libanaise », exhortant ses militants à « éviter les ripostes » et à « laisser les forces de sécurité régler la situation ».  Pour sa part, Amal a démenti les informations selon lesquelles des tirs ont visé le siège du CPL à Mirna Chalouhi. Dans un communiqué, le mouvement affirme œuvrer au contraire à calmer ses partisans.

Dans la soirée, le leader du CPL s’est rendu sur les lieux, tout comme plusieurs cadres du parti, ainsi que le ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf. M. Bassil n’a fait aucune déclaration en quittant le siège du CPL. « L’affaire des tirs à Mirna Chalouhi est désormais entre les mains de la justice », a déclaré dans ce cadre le ministre de la Justice, Salim Jreissati, qui s’est également rendu sur place.

En milieu de soirée, les miliciens d’Amal s’étaient retirés des rues et un important déploiement des forces régulières était signalé dans les secteurs chauds.



Lire aussi

À Abidjan, des menaces contre Bassil en pleine ambassade

La barbe de M. Bassil, l'édito de Ziyad Makhoul

Abidjan, nouvel épicentre de la querelle Berry-Bassil

Bassil s'en prend indirectement à Berry, se dit prêt à "payer cher" pour préserver son entente avec le Hezbollah

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

Ah qu'elle est douce la loi du plus fort... lorsqu'on est en manque d'argument rationnel.

LA VERITE

Le vrai probleme n'est pas ce que l'un ou l'autre ont dit
le vrai problem est : COMBIEN D'ARRESTATIONS ONT ETE EFFECTUES CONTRE LES PERSONNES QUI ONT IMMOBILISE LA VILLE PENDANT DES HEURES ? probablement aucune
Sur MTV un responsable de Amal a declare On a arrette suite a des ordres mais on reste en stand by pour un autre ordre
C'est clair qui est derriere le desordre, qui peut l'ordonner et l'arretter
c'est clair qui dirige ce pauvre pays et aucun autre commentaire est necessaire car meme l'armee ou la police sont restees inactive jusqu'au moment ou la base du CPL etait attaquee

ON DIT QUOI ?

Le LIBAN un pays vivant et vibrant.
2 caïds de cour de récré qui s'affrontent.

gaby sioufi

il n'y a aucune raison qui justifie la reaction des partisans de l'un ni de l'autre.
mais les reactions de deputes,ministres et autres personnes en vue - tes cpl est a noter fortement , de part leur "insouciance" , leur refus de reconnaitre la-les TRES GROSSE(s) BOURDE(s) DE bassil, meme s'il est leur patron en second.
que pr ex- SI CELA ETAIT VRAI - le VP du cpl n sehnaoui sorte une autre betise comme par ex : en s;adressant a bassil : dis ton mot et poursuit ton chemin !
comme jreissati qui trouve a excuser bassil arguant d'un raison enfantine !
et l'on se veut vouloir reformer le systeme !
BEN DANS CE CAS, BON COURAGE LES LIBANAIS. NOUS FAUDRA BEAUCOUP DE PATIENCE EN ATTENDANT

ps. les gens de la rue de amal eux ? ben c des gens de la rue pas des "responsables"- meme s'ils etaient guides par ceux la

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DEUX MULETS CHEMINAIENT, L,UN D,AVOINE CHARGÉ,
L,AUTRE PORTANT L,ARGENT DE LA GABELLE.
CELUI-CI, GLORIEUX D,UNE CHARGE SI BELLE,
N,EUT VOULU POUR BEAUCOUP EN ETRE SOULAGÉ.
IL MARCHAIT D,UN PAS RELEVÉ,
ET FAISAIT SONNER SA SONNETTE.
............

- AMI, LUI DIT SON CAMARADE,
IL N,EST PAS TOUJOURS BON D,AVOIR UN HAUT EMPLOI :
SI TU N,AVAIS SERVI QU,UN MEUNIER, COMME MOI,
TU NE SERAIS PAS SI MALADE !

LA FONTAINE

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

COMME QUOI DES DECISIONS IRRESPONSABLES D,UN COTE ET UN VOCABULAIRE PAREIL DE L,AUTRE POURRAIENT METTRE LE FEU AUX POUDRES DANS LE PAYS !

George Khoury

avis a tout ceux qui cherchent le changement, tu touche a un de leur patrons et la rue "s'exprime"

la corruption ne s'arretera pas de bientot

Christian Samman

Lamentable...
De part et d'autre, CPL et Amal du pareil au même: du nombrilisme!
Et nous voulons (re)construire une patrie?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Macroéconomie

Plus d'un million de pauvres

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants