X

Liban

Abidjan, nouvel épicentre de la querelle Berry-Bassil

Diaspora

Les Libanais de la diaspora mécontents de voir les querelles libanaises réduire leurs aspirations.

25/01/2018

On savait que l’antagonisme entre le chef du Parlement Nabih Berry et le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil avait déjà atteint son paroxysme. Ce qu’on ignorait par contre, c’est que les deux chefs de file puissent en arriver à exporter leur conflit politique, et quelque peu personnel, en territoire étranger. C’est pourtant ce qui transparaît de la petite guerre sournoise qu’ils semblent aujourd’hui mener par émigrés interposés.

Le champ de bataille se situe à Abidjan où doit se tenir le deuxième congrès organisé par le ministère des Affaires étrangères, destiné à la diaspora libanaise vivant en Afrique, après celui qui s’était tenu à Johannesburg, en février 2017. Intitulé « Lebanese Diaspora Energy », le congrès prévu à Abidjan les 2 et 3 février prochain a commencé à faire couler beaucoup d’encre avant même sa tenue.
Et pour cause : une grande majorité des participants chiites vont probablement boycotter ce rassemblement, « sur directives » de M. Berry, comme l’affirment plusieurs sources concordantes qui précisent que l’ordre a été lancé dans toutes les contrées africaines.
Contactés, plusieurs responsables du mouvement Amal n’ont pas pu être joints hier. Des sources proches du mouvement ont toutefois démenti à la LBCI les informations relatives à un mot d’ordre qui aurait été lancé à partir de Aïn el-Tiné.

 « Nous avons eu connaissance d’une campagne non officielle pour boycotter le congrès de la LDE, confie une source du palais Bustros. Plusieurs personnes vivant en Afrique ont raconté que des menaces ont été adressées à ceux qui prendraient part à cet événement », poursuit la source précitée en s’abstenant toutefois d’avancer un chiffre sur le nombre de personnes qui ont déjà confirmé leur présence.


(Lire aussi : Berry : Nous sommes entrés en période électorale)


À Abidjan, les nouvelles courent déjà sur un éventuel boycott d’une large partie de la communauté chiite qui représente en Côte d’Ivoire près de 90 pour cent des Libanais, contre 8 % de chrétiens. La bouderie annoncée d’ores et déjà dans la capitale ivoirienne risque en tous les cas d’approfondir un peu plus le clivage entre les membres de la diaspora.
 « Quand j’ai appris la nouvelle du boycott, j’ai cru qu’il s’agissait d’une plaisanterie », confie à L’Orient-Le Jour un responsable libanais qui vit à Abidjan. Il raconte que les querelles de clochers entre Libanais ont toujours existé mais qu’elles n’ont jamais atteint ce stade.
 « C’est le train-train quotidien ici. Les Libanais importent leurs problèmes même en Afrique », dit-il, expliquant que chacun d’entre eux revendique son affiliation politique qui n’est toutefois pas franchement affichée. « Elle se révèle par associations religieuses et communautaires interposées », dit-il, en citant l’association de Moussa Sadr, qui regroupe les sympathisants du mouvement Amal, l’association Ghadir, ceux du Hezbollah et la mission libanaise, pour les partis chrétiens. « Ici, le politique se dissimule derrière les portes des associations », ironise ce responsable.
Quelle que soit l’ampleur du boycott, il ne devrait pas, selon lui, affecter outre mesure le congrès « très prisé par les hommes d’affaires, les commerçants et opérateurs économiques de tous calibres ».

Plus sceptique, un homme d’affaires libanais de Guinée-Conakry, où la controverse a également trouvé des échos, estime que cette polémique risque de se répercuter négativement sur ce rassemblement ainsi que sur la réputation des Libanais « qui pourtant ont fait leurs preuves à l’étranger ». La source fait état d’un débat houleux à ce propos, qui a eu lieu, mardi, à l’ambassade du Liban à Conakry, portant sur cette affaire de boycott.
Il affirme craindre que le boycott soit largement suivi par les Libanais proches du mouvement Amal notamment. « Le message est passé dans toute l’Afrique. Beaucoup de commerçants et d’hommes d’affaires qui s’étaient engagés à venir vont se désister », dit-il.


(Lire aussi : Les FL et le PSP planchent « en profondeur » sur les législatives)


Ce nouvel épisode dans les relations tumultueuses entre M. Berry et le chef du Courant patriotique libre doit être mis sur le compte de la tension croissante qui se manifeste en amont des législatives, prévues en mai prochain. Les deux hommes étaient déjà à couteaux tirés à cause notamment du refus de M. Berry d’avaliser la proposition de M. Bassil de rouvrir l’inscription des électeurs libanais résidant à l’étranger. On reproche à ce dernier de chercher à séduire la diaspora en vue de renflouer sa position et de s’attirer les voix des émigrés. Il y a quelques jours, le député Boutros Harb avait été jusqu’à accuser le ministre des Affaires étrangères de « faire le tour du globe aux dépens du contribuable libanais, pour augmenter ses chances aux élections ». Sans oublier l’interminable polémique sur le décret de la promotion 94 qui oppose depuis plusieurs semaines le chef du législatif au président de la République.

Bref, des querelles de politique politicienne dont une large partie des émigrés n’a cure.
 « Les problèmes libanais doivent être réglés au Liban et non en territoire étranger. Il faut laisser les membres de la diaspora, qui ont à leur crédit de grandes réussites, poursuivre sur leur lancée », dit Ahmad Zein, un autre homme d’affaires résidant à Conakry.
 « Personnellement, je ne suis pas contre M. Berry, ni contre M. Bassil. Je suis simplement en faveur de ce congrès colossal qui va servir le Liban et les hommes d’affaires pour que le drapeau de notre pays flotte un peu partout en Afrique. En somme, je soutiens toute initiative susceptible de servir et d’honorer le Liban », conclut-il.



Lire aussi

Une loi électorale en rupture avec les précédentes, depuis 1943...

La candidature des femmes ralentie par la misogynie en matière de pouvoir

« Li Baladi », un mouvement politique est né


Pour mémoire

À Tripoli, la bataille des législatives ne fait que commencer...

Le collectif « Vous puez ! » se prépare à s'engager dans la bataille électorale

Bassil met en garde les ambassades contre toute ingérence dans les prochaines

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Zorkot Mohamed

Vivant moi-même à Abidjan, je peux vous assurer que les sympathisants de Amal sont très nombreux et n'hésiteront pas à suivre le mot d'ordre de Mr Berry, si cela s’avérait être ce qu'il veut.

Bery tus

il y a le PUBLIQUE et il y a le PRIVE .. malheureusement nous connaissons le PRIVE

AIGLEPERçANT

Stupide.

Les libanais de la diaspora africaine sont loin de ces genres de considérations Libano libanaises.
Même si chacun a sa façon de voir les choses .

Irene Said

Le Liban est en train de pourrir et de se flétrir, comme une plante mal entretenue.

Et maintenant nos super-responsables ne trouvent rien de mieux à faire que d'exporter leurs microbes et leur venin communautaires aussi...en Afrique, quitte à salir la réputation des expatriés libanais !
Irène Saïd



Honneur et Patrie

L'Empire colonial de Gébran Bassil étend ses tentacules dans tous les pays où se trouvent des émigrés libanais et ce, aux frais de l'Etat et de l'argent public. Je vous prie de ne pas lui signaler qu'il y a des archipels et des îles qui n'ont pas d'aéroports pour ses avions, afin qu'il n'affrète pas un paquebot, toujours aux frais des contribuables indigènes... Il y a l'îlot Clipperton à 1500 km à l'ouest du Mexique, les îles Kerguelen et l'archipel Crozet au large du Pôle-Sud, Gébran Bassile affrétera un paquebot pour visiter des émigrés libanais mais, hélas, elles toutes inhabitées !

carlos achkar

C'est vraiment dommage de mêler la diaspora libanaise d'Afrique aux conflits politiques de nos politiciens véreux au Liban.
Nous, les libanais d'Afrique, nous voulons vivre en paix dans les pays africains qui nous accueillent et nous voulons surtout pouvoir un jour rentrer et vivre tous ensemble dans notre pays natal comme on vit ensemble en Afrique.
Il est vrai que G.Bassil fait le tour du monde et surtout le tour de l'Afrique aux frais du contribuable libanais et aux frais des riches hommes d'affaires libanais d'Afrique pour son propre intérêt et celui de son parti. Il profite des riches chiites d'Afrique car son parti est l'allié du HEZBOLLAH. Il promet à certains un poste de député de l'étranger et à d'autres des postes de CONSUL HONORAIRE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON A INFECTE MEME LA DIASPOEA DU VIRUS COMMUNAUTAIRE !

Irene Said

Et voici Mini-Blanc-Bec qui affronte un coq bien musclé libanais...en Afrique...
De mieux en mieux pour l'image du Liban et de ses responsables politiques qui se ternit de plus en plus un peu partout dans le monde !

Eux, les responsables politiques s'enfoutent, leurs comptes en banque sont bien fournis, c'est le petit peuple qui paye et qui souffre !

Irène Saïd



Bery tus

Ayaya les libanais d’Afrique ont depuis fort longtemps importer les pbs libanais !! Et je dirai aussi qu’ils ne sont en aucun cas libre de choisir s’ils iront ou pas

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants