X

Liban

Le collectif « Vous puez ! » se prépare à s’engager dans la bataille électorale

Société civile

« Nous ne sommes pas une association antidéchets mais anticorruption », explique l'un des membres fondateurs du groupe.

05/01/2018

Après avoir été l'un des fers de lance du mouvement de protestation contre les atermoiements dans le règlement de la crise des déchets en 2015, le collectif « Vous puez ! » prévoit de faire partie d'une coalition regroupant 20 autres mouvements de la société civile, qui souhaitent porter leur voix aux prochaines élections législatives, prévues en mai.

Le collectif s'alliera avec d'autres groupes issus de la société civile, afin de présenter des candidats. Le projet est encore au stade embryonnaire, mais le principe est acquis. L'objectif, selon Claude Jabre, un des fondateurs de « Vous puez ! », est de « renverser » à long terme ce qu'il appelle la « mafiocratie ».
Si la volonté de participer à un système pourtant décrié peut prêter à confusion, le militant se défend en recourant à une métaphore ménagère : « Imaginons que notre maison est sale, comment pourrons-nous la nettoyer depuis l'extérieur ? Nous devons y entrer pour faire le ménage. Cela ne veut pas dire que nous sommes nous-mêmes sales », explique Claude Jabre, qui souhaite pour le moment ne pas donner de détails sur la coalition qui envisage de présenter une liste aux élections, en attendant que le projet avance.
Il insiste toutefois sur le fait que, contrairement à une idée qui a pu se développer au fil du temps, surtout depuis que la vague de protestation contre la gestion officielle du dossier des déchets s'est tassée, « Vous puez ! » n'est pas mort. Le collectif s'est fait connaître lors de l'émergence de mouvements de contestation en 2015 en pleine crise des déchets. Suite à la fermeture de la décharge de Naamé et à l'amoncellement des ordures ménagères dans les rues, en juillet 2015, les manifestants avaient commencé à manifester, notamment place Riad el-Solh, non loin du Sérail et du Parlement.

Au-delà de la question environnementale, celle de « la corruption » dont la classe au pouvoir est accusée par le mouvement a rapidement émergé au sein des protestations. Et c'est elle qui a inspiré son nom au collectif. Le « vous puez ! » s'adresse essentiellement à la classe politique. Le collectif avait organisé la première protestation le 21 juillet 2017, avant de devenir l'un des mouvements de la société civile les plus prééminents avec une insistance sur l'incapacité des politiques à régler les questions qui intéressent la population.

 

(Lire aussi : Une toute nouvelle coalition pour la gestion des déchets voit le jour)

 

La formation du mouvement
Le mouvement est né sur une page Facebook grâce à l'action de personnes appartenant déjà à différentes organisations. « Cela a commencé spontanément. Après la fermeture de la décharge de Naamé, le 17 juillet 2015, nous avons pris la voiture pour voir l'état des rues et nous avons vu un camion jeter des déchets sous un pont », explique Claude Jabre. « Nous sommes allés sur la côte, entre Zalka et Jal el-Dib, là où il y a une décharge. Un panneau de la police en interdit l'entrée. L'odeur n'est pas supportable. Ce sont les tas de poubelles que nous sommes en train de filmer. Nous avons pris un petit bateau pour voir si ces ordures ne sont pas déversées dans la mer, comme l'assurent les autorités. Mais on voit qu'il suffit d'une vague pour que ces déchets finissent dans la mer. Les conseils municipaux du secteur disent qu'ils sont en train de nettoyer les rues. Mais regardez où sont les ordures, qu'est-ce qu'on attend encore ? » entend-on dans une vidéo du 21 août 2015 publiée sur la page du mouvement, montrant des détritus sur la côte et dans les rues.

Aujourd'hui encore, « Vous puez ! » continue de militer sur sa page Facebook pour une meilleure gouvernance. « Le problème de la pollution est le résultat d'une politique, et non pas une cause », avance Claude Jabre, avant d'ajouter : « "Vous puez !" n'est pas une association antidéchets, mais anticorruption. » Après le succès de la grande manifestation d'août 2015, le collectif a commencé, selon ses membres, à être attaqué par les forces au pouvoir. Ses rassemblements ont été régulièrement noyautés par des fauteurs de troubles qui procédaient à des actes de vandalisme, assurent ses membres. « De nombreuses rumeurs ont également été véhiculées par la classe politique afin d'étouffer le mouvement : liens avec l'État islamique, le Mossad, la CIA. Toutes les pistes ont été avancées, mais les gens n'ont pas écouté et notre mouvement a continué à grandir », insiste le militant.
Les entraves à l'activité militante sont nombreuses. Claude Jabre raconte qu'il a plusieurs fois été invité à « prendre un café », c'est-à-dire à être interrogé, dans un poste de gendarmerie. « En 2015, ils nous appelaient presque chaque semaine, une à deux fois, pour nous poser les mêmes questions », décrit-il, avant d'ajouter avec une pointe d'ironie : « Nous avions créé une sorte de jeu pour savoir quel jour ils appelleraient. »

En février prochain, Claude Jabre doit comparaître devant la justice pour diffamation contre l'ancien chef de gouvernement Tammam Salam. « C'est parce que durant une des manifestations, j'avais dit que ce gouvernement était un gouvernement de déchets (...). Je l'ai également traité de menteur », relate le militant, qui a déjà comparu plusieurs fois devant la justice pour diffamation. « En février 2016, le Premier ministre disait que les déchets avaient été enlevés des rues et que les gens fabriquaient des histoires », justifie-t-il, avant d'ajouter : « Au poste de gendarmerie, je leur ai dit que Tammam Salam avait menti, et ils m'ont répondu qu'il était le Premier ministre, ce à quoi j'ai répliqué qu'effectivement il était Premier ministre, mais qu'il avait menti. »

 

Pour mémoire

Des activistes du collectif "Vous Puez!" brièvement arrêtés pour avoir distribué des tracts

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

Nous ne sommes pas une association antidéchets mais anticorruption »,
TRES BON CA .
comme de bien entendu, corrompu ET corrupteur sont a combattre egalement.

il reste que l'historique de cette assiociation et les qqs autres doivent vite assainir leur " politique " en vue d'aboutir a un SOP clair net et precis a commencer par annoncer les noms des organisateurs , chefs et direction.
car pr ex, le nom de l'ex ministre pro CPL , ch nahas, "communiste" , anarchiste n'est pas pour encourager les libanais .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT BEAUCOUP PLUS QUE LE SLOGAN DE VOUS PUEZ POUR BRADER LES LEGISLATIVES !

Bery tus

VOUS n’etes pas encore mûre !!! Qui corromp l’autre l’homme ou le pouvoir ?!?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants