X

Liban

« The Post » dans le collimateur des partisans du Hezbollah

Censure

Une campagne intitulée « Il ne sera pas diffusé au Liban » a été lancée sur les réseaux sociaux.

22/01/2018

C’est sous haute surveillance sécuritaire que le film The Post du célèbre réalisateur américain Steven Spielberg est actuellement projeté dans les salles de cinéma au Liban. Si le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, avait finalement autorisé la projection du long-métrage après de premières velléités officielles de l’interdire en réponse à une campagne menée par des associations favorables au boycott d’Israël, la polémique est loin de s’éteindre après l’anathème lancé contre M. Spielberg et son œuvre par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, vendredi dernier. Évoquant The Post, Hassan Nasrallah a rejeté la décision du ministère de l’Intérieur, rappelant que M. Spielberg figure sur la liste noire du Bureau central de boycottage de la Ligue arabe, pour avoir donné un million de dollars à Israël durant la guerre de juillet 2006 entre l’État hébreu et le Hezbollah au Liban. « Que personne ne nous accuse de vouloir nous en prendre à l’art ou de fermer les cinémas. Mais certains, sous prétexte d’encourager l’art ou le cinéma, œuvrent à la normalisation avec Israël », avait lancé le leader de la formation chiite dans son discours.

Il n’en a pas fallu beaucoup plus pour qu’une campagne, intitulée « #Il ne sera pas diffusé au Liban », soit lancée sur les réseaux sociaux pour mobiliser contre le film et sa diffusion, en prélude à des manifestations et des sit-in devant les salles de cinéma qui projettent le film pour l’interdire de facto. Un premier sit-in est ainsi prévu demain mardi à 11h devant le syndicat des journalistes dans ce but. « Il faut détruire les salles de cinéma qui diffusent un tel film et ceux qui défendent sa projection sont des collaborateurs et des traîtres qui ne valent pas un sou », écrit ainsi le journaliste Ali Hijazi, proche du Hezbollah, sur son compte Twitter, en joignant à son texte le hashtag de la campagne.

Interrogé par L’Orient-Le Jour, Mourad Ayache, membre du mouvement « Les camps (de réfugiés) boycottent », qui œuvre en coordination avec la campagne internationale « Boycott, désinvestissement et sanctions » (BDS), affirme que son mouvement se veut avant tout « populaire ». « Nous ne cherchons pas à interdire parce que cela relève de la compétence des autorités. Nous cherchons plutôt à persuader les gens de boycotter, à travers des campagnes de sensibilisation », affirme-t-il. « Cela n’empêche pas que nous souhaitons que l’État prenne une position vis-à-vis des artistes qui soutiennent Israël financièrement », ajoute-t-il. En ce qui concerne ce film en particulier, M. Ayache estime qu’étant donné que Steven Spielberg a soutenu financièrement Israël dans sa guerre contre le Liban, les autorités libanaises feraient mieux d’interdire d’elles-mêmes la diffusion du film.

Pour l’éditeur et chercheur Lokman Slim, opposant à la ligne politique du Hezbollah, « l’évocation de cette polémique par M. Nasrallah lors de son dernier discours s’inscrit dans le cadre d’une tentative de la part du Hezbollah d’élargir son mandat et son pouvoir, afin d’établir la distinction entre ce qui est licite et ce qui est illicite, le “halal” d’un côté, le “haram” de l’autre, non plus seulement dans le domaine religieux et politique, mais aussi culturel ». « Il s’agit d’une extension du contrôle du Hezbollah en tant qu’entité », insiste-t-il. Et M. Slim de préciser : « Comme le Hezbollah ne se bat pas principalement contre Israël, s’élever contre ce film est l’occasion pour lui de rappeler sa raison d’être, sa légitimité. »

Pour l’opposant chiite, la diffusion du film de M. Spielberg est dans l’intérêt du Hezbollah. « Ainsi, ils peuvent organiser davantage de manifestations pour montrer que le parti et son public font partie de ce débat », explique-t-il, avant de conclure : « Il ne faut surtout pas se contenter du débat politique suscité par cette affaire. Il convient également de s’attarder sur les messages véhiculés par le film tels que la liberté d’expression, qui ne correspondent pas aux valeurs du parti chiite. »


Lire aussi

E.T. go home !, l'éditorial de Ziyad Makhoul

Des manifestations en préparation devant les cinémas libanais projetant le film de Spielberg

Nasrallah s'oppose à la décision de projeter le film de Spielberg

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

“Si j’avais su” “mais ne s’offusque pas” oxymore? Non sense? Aveuglement?

Wlek Sanferlou

Donc le hezb n'aime pas speilberg car il a contribuer 1 million de dollars pendant la gaffe du "si je avais su" de 2006, aux juifs d'Israël ... Mais ne s'offusque pas d'avoir causer au Liban des morts par centaines et des dégâts par milliards...
Excuses pour s'accaparer du pays corps et esprit...
Akh ya baladna

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ELEMENT HEZBIOTE OBSCURANTISTE SE REPRODUIT DEVANT LES CINEMAS !

gaby sioufi

nasrallah y trouve son compte quoiqu'il advienne.
nasralllah a besoin de tels sujets a discorde de temps en temps
nasrallah doit garder ses partisans en haleine -resistante - A chaque heure de chaque jour
nasrallah ne veut pas que ses partisans s'embourgeoisent a l'occidentale
nasrallah donc reste heureux devant la beatitude des ses partisans, allies et associes.

SAUF que certains de . eux la n'osent meme pas se proncer a ces sujets de discorde, pour pas facher leur maitre
il leur suffit que leur maitre avale malgre lui une enorme couleuvre sans oser les critiquer.
VOUS EN DEVINEZ LA COULEUR BIEN SUR !

George Khoury

coup de butoir, jusqu'a ce qu'on abdique

yves kerlidou

j'adore ce type de comportement de ces personnes qui vont décider ce que je dois lire ou voir et maintenant elles menacent de détruire belle conception de la démocratie.
Désolé mais je suis la génération "il est interdit d'interdire" et de "je suis Charlie"

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,OBSCURANTISME FAKIHIQUE VA SE REPRODUIRE DEVANT LES SALLES DES CINEMAS...

Irene Said

Il faut "détruire ceux qui menacent de détruire le bien d'autrui, car eux aussi "ne valent pas un sou"", et ne sont capables que de violence gratuite, ne menant à rien d'autre que de la violence encore et toujours !
Demandons-leur d'entreprendre quelque chose de constructif pour leurs frères...on n'en trouvera aucun, car ils sont incapables d'agir positivement !
La faute à qui ? A leurs "responsables" qui les incitent par leurs discours à la haine et au rejet de tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
Irène Saïd

Yves Prevost

"Il faut détruire les salles de cinéma...". De tels propos ne tombent-ils pas sous le coup de la loi.Ceux qui épluchent les réseaux sociaux à la recherche de messages anti-gouvernementaux pour faire condamner leurs auteurs, ne devraient-ils pas s'intéresser aussi à celui-ci et ses semblables?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des menaces... et des négociations

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.