L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

L’édito
22/01/2018

La censure au Liban est ce marronnier rance qui revient chaque quelques mois, parfois quelques semaines ou quelques jours, pourrir la vie des Libanais. De tous les Libanais, sans exception – hypocrites inclus. Et les inquisiteurs moyenâgeux sont pratiquement toujours les mêmes.

Il y a d’abord les institutions religieuses, chrétiennes ou musulmanes soient-elles : à chaque fois qu’elles interviennent, leur excès de zèle fait passer tous les Torquemada du monde pour de gentils progressistes. D’autant que des magasins en pleine banlieue sud, sur la place Sassine ou au cœur de n’importe quel caza libanais, proposent à mille ou deux mille livres libanaises une copie piratée de n’importe quel film possible et imaginable.

Il y a, surtout, les ultradémagogues, ceux qui vont de surenchère en surenchère : à les entendre aboyer, on penserait que le Liban est à deux doigts d’ouvrir une ambassade à Tel-Aviv à chaque fois qu’un Libanais entre en salle (de cinéma ou de théâtre) pour regarder, par exemple, The Post, qui ramène toutes les Amériques, notamment la trumpienne, à leurs démons et à leurs fanges et qui est un grand chef-d’œuvre, ou L’Insulte de Ziad Doueiri et Tous des oiseaux de Wajdi Mouawad, petits bijoux de réconciliation universelle et atemporelle. Encore une fois, pour la énième fois, personne ne veut, sous aucune forme, de normalisation imposée avec l’État hébreu, dont les gouvernements successifs ont saigné aux quatre veines le Liban dans sa chair, sa terre et sa pierre – même si, un jour, pour sanctuariser le terrain de vie de nos (arrière-)petits-enfants, pour en finir avec un Liban-Gaza ou un Liban-Hanoi, des âmes éclairées des deux pays devront s’asseoir et négocier.

Au lendemain du discours très Darius Ier de Hassan Nasrallah, qui avait carrément désavoué le ministre de l’Intérieur Nouhad Machnouk, des manifestations seraient en préparation devant les cinémas libanais qui ont eu l’infini culot de proposer The Post, présenté presque comme le dernier nanar d’un vague réalisateur américain qui a réuni devant sa caméra deux has been de série B, Meryl Streep et Tom Hanks.

Manifester contre The Post? Sérieusement ? Parce que les Libanais n’ont pas de réelles raisons de manifester, si tant est que cet exercice puisse encore servir à quelque chose? Manifester contre la cherté de vie ; manifester contre les administrations libanaises, corrompues jusqu’à la moelle, et follement incompétentes; manifester contre la crise des déchets, l’électricité, l’eau, l’état des routes; manifester contre les tribunaux religieux qui relèguent la femme et la mère, une fois sur deux, dans les cas de divorce, au rang de citoyenne de huitième zone; manifester contre la Sûreté générale qui nous espionne jusque dans notre lit, notre cuisine, nos smartphones ; manifester contre le report des élections législatives et cette loi bâtarde comme rarement; manifester contre le rapt par le Hezbollah, milice éminemment orwellienne, de pratiquement toute la souveraineté libanaise ; manifester contre l’état de la représentation diplomatique du Liban, littéralement bassilisée ; manifester contre les ingérences politiques, ou militaro-politiques, de l’Iran, de l’Arabie saoudite et de n’importe quel pays tiers ; manifester contre le viol systémique des libertés au Liban ; manifester contre le délabrement tous azimuts de l’appareil judiciaire libanais… Manifester, protester, revendiquer, demander des comptes, dépenser de la saine énergie pour nous, pour notre pays, pour les générations futures, pas contre un film réalisé par un génie, pas contre une pièce mise en scène par un autre, pas contre un livre ou une expo, pas contre l’art, le beau et le bon, pas contre la jeunesse de ce pays, pas contre la décision de Trump de transférer l’ambassade US à Jérusalem, mais, encore une fois, pour nous, juste pour nous, Libanais, et notre patrie définitive : le Liban.

S’il ne tue (toujours) pas, le ridicule est en train de dynamiter le peu de crédibilité qu’il reste à ce Liban pont entre tant de rives, à ce Liban laboratoire de progrès dans un monde arabe sclérosé, à ce Liban oasis. Justement, le prochain Spielberg, une dystopie qu’on dit somptueuse, Ready Player One, raconte comment l’humanité, embourbée en 2045 dans des villes-cloaques, dans la famine, le changement climatique, la pauvreté et les guerres, essaie de survivre dans un espace virtuel appelé OASIS. M. Nasrallah et consorts devraient commencer dès maintenant à œuvrer pour en interdire la diffusion au Liban.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Super!
Le ridicule c'est aussi de critiquer le film Beirut alors que l'on fait tout pour lui ressembler.

gaby sioufi

nasrallah trouve son compte a garder en haleine sa troupe ,
qu'ils reussissent a faire retirer le film des salles ou pas , peu lui importe,
l'essentiel est de les garder, ainsi que ses allies - a l'exception de certain- en etat combatif resistant .

le fait etrange que certain allie ne dit not a ce propos est en soit une preuve de leur alliance indefectible-chacun evitant de facher l;autre = accord de mar michael dixit :
je me tais rapport a tes armes-certaines fois meme que j'appuierais pubiquement,
tu te tais sur - en resumant -la "lourdeur" , les incartades repetees de mon tres cher gendre

carlos achkar

Merci Mr Makhoul pour cet excellent édito.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN ARTICLE BIEN OBJECTIF ! LES AMES ECLAIREES DES DEUX PAYS DEVRAIENT S,ASSEOIR ET NEGOCIER... OU TROUVEZ-VOUS DES AMES ECLAIREES CHEZ NOUS ?

Irene Said

Merci,
Monsieur Ziyad Makhoul !
A mettre sous tous les yeux de ceux qui ne savent que menacer et détruire "l'autre" qui ne pense pas comme eux.
Irène Saïd

Marie-Jo Abou Jaoude

Excellent

yves kerlidou

Bravo Ziad et ras la casquette de ces conseillers en culture dont leur doctrine sent la mort

Marionet

Excellent édito qui trouve les mots justes pour énumérer les mille et un maux dont souffrent les Libanais. Je ne sais pas si The Post est un chef-d'oeuvre comme l'écrit ZM (curieusement, ici il porte le titre de Pentagon Papers) puisque je ne l'ai pas encore vu, mais il est temps de s'occuper des vrais problèmes et il y en a...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES BON ARTICLE ! MAIS... DEPUIS QUAND LES MOUTONS SE REBELLENT SUR LEURS PANURGES ? ILS S,EXHIBENT UNIQUEMENT QUAND ET LA OU LEURS DIRIGEANTS LE LEUR PERMETTENT...

Houri Ziad

Merci pour ce magnifique article..qui resume l'etat de notre pays et de nos citoyens...

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué