Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Affaire Marcel Ghanem : Harb va demander que le juge Mansour soit remplacé

"Le pouvoir tente d'utiliser la justice pour servir ses intérêts personnels", dénonce le député et avocat du journaliste libanais.

Le journaliste Marcel Ghanem. Capture d'écran

Boutros Harb, député et avocat du journaliste libanais Marcel Ghanem, a accusé mardi le pouvoir d'instrumentaliser la justice et indiqué qu'il allait demander que le juge d'instruction en charge de l'affaire soit remplacé.

M. Ghanem est poursuivi pour avoir laissé s'exprimer, dans son émission, Kalam el-Nass (LBCI), un journaliste saoudien qui s'est livré à notamment des attaques personnelles contre le président de la République, Michel Aoun, le président du Parlement, Nabih Berry, et le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, les accusant d'être "partenaires du Hezbollah dans le terrorisme".

Lundi, M. Ghanem n'a pas comparu devant le premier juge d'instruction du Mont-Liban, Nicolas Mansour, et M. Harb s'est présenté seul à l'audience pour déposer un recours pour vices de forme. Mais le magistrat a rejeté ce recours et ordonné la comparution personnelle de Marcel Ghanem, qu'il a fixée au 4 janvier. "C'est bien la première fois, en 52 ans de carrière, qu'un juge d'instruction ordonne une comparution personnelle au moment de la présentation d'un recours pour vices de forme", avait déclaré M. Harb à sa sortie du Palais de justice.

 

(Pour mémoire : Marcel Ghanem à « L'OLJ » : « Je ne me rendrai pas à l'audience prévue aujourd'hui »)

 

"Aujourd'hui cette affaire va au-delà de Marcel Ghanem, a déclaré M. Harb mardi. Elle détermine le sort de notre système politique. Le pouvoir tente d'utiliser la justice pour servir ses intérêts personnels", a-t-il lancé.

"Nous n'abandonnerons pas le droit de Marcel Ghanem à présenter un recours pour vices de forme avant l'enquête et nous sommes prêts à comparaître devant la justice, a déclaré M. Harb affirmant que le mandat d'amener  "a pour objectif d'insulter M. Ghanem". L'avocat a dans ce contexte indiqué qu'il a décidé "de porter plainte contre le juge Mansour et de demander qu'un autre juge soit nommé pour la suite de l'enquête".

Plusieurs personnes étaient présentes à la conférence de presse de M. Harb en signe de soutien à Marcel Ghanem. Parmi elles, l'ancien président Amine Gemayel. "Je suis ici pour exprimer ma profonde inquiétude concernant l'avenir du Liban et les libertés".

 

Lire aussi
Ghanem vs Jreissati : attention, danger... 

Le climat des libertés s'étiole-t-il au Liban?

Harb à « L'OLJ » : Porter plainte contre un média, c'est adopter une politique de musellement

Boutros Harb, député et avocat du journaliste libanais Marcel Ghanem, a accusé mardi le pouvoir d'instrumentaliser la justice et indiqué qu'il allait demander que le juge d'instruction en charge de l'affaire soit remplacé.
M. Ghanem est poursuivi pour avoir laissé s'exprimer, dans son émission, Kalam el-Nass (LBCI), un journaliste saoudien qui s'est livré à notamment des attaques...
commentaires (4)

LA SAUVEGARDE DE LA LIBRE EXPRESSION DOIT PREVALOIR !

LA LIBRE EXPRESSION

17 h 57, le 19 décembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LA SAUVEGARDE DE LA LIBRE EXPRESSION DOIT PREVALOIR !

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 57, le 19 décembre 2017

  • Se prétendre innocent parce qu'on est journaliste c'est facile. Faut répondre de ses actes.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 31, le 19 décembre 2017

  • On aimerait voir notre justice suivre avec une telle ténacité d'autres affaires bien plus importantes, comme tant de crimes horribles perpétrés et dont on entend plus parler ! Où en sont les promesses faites un certain 31 octobre 2016 ? Irène SaïD

    Irene Said

    17 h 17, le 19 décembre 2017

  • En matière de justice on doit rester impartial. La justice est l'Alpha et l'oméga de toute démarche dans une démocratie. Prenons garde pour ne pas succomber aux tentations de vengeance et d'instrumentalisation de l'appareil judiciaire. La liberté de la presse doit rester intact, il y va de la crédibilité de notre république et de notre démocratie.

    Sarkis Serge Tateossian

    16 h 53, le 19 décembre 2017

Retour en haut