X

Liban

Marcel Ghanem à « L’OLJ » : « Je ne me rendrai pas à l’audience prévue aujourd’hui »

Libertés

Farès Souhaid ne sera pas entendu par le procureur général du Mont-Liban, Ghada Aoun.

Y. A. A. | OLJ
18/12/2017

Notre confrère Marcel Ghanem, animateur du talk-show politique Kalam el-Nass, poursuivi en raison des propos, violemment critiques du pouvoir en place, tenus par deux journalistes saoudiens intervenant en duplex dans son émission, est convoqué par la justice aujourd'hui. Interrogé par L'Orient-Le Jour, Marcel Ghanem assure toutefois qu'il ne se rendra pas à l'audience prévue aujourd'hui à midi devant le premier juge d'instruction du Mont-Liban. « Le député Boutros Harb (avocat du journaliste) a présenté des vices de forme sur lesquels le juge devrait plancher aujourd'hui », confie-t-il. « C'est au peuple libanais de suivre cette affaire à l'origine politique, mais dont l'épilogue sera sûrement judiciaire », indique le journaliste vedette, avant d'ajouter sur un ton empreint de détermination : « C'est une question de libertés des médias par excellence. Et nous continuerons de refuser les tentatives de contrôle et de musellement des médias, quel qu'en soit le prétexte. »

Le cas Farès Souhaid
Parallèlement, l'on apprenait hier que le procureur général du Mont-Liban, Ghada Aoun, a reporté à une date ultérieure l'audition, prévue également aujourd'hui, du président du Rassemblement de Saydet el-Jabal, Farès Souhaid. Pour rappel, une procédure judiciaire avait été lancée à l'encontre de M. Souhaid pour un terme insultant résultant d'une faute de frappe dans un tweet posté sur son compte. Cette erreur aurait modifié le tweet dans le sens d'une insulte faite au Hezbollah. Mais l'ancien député de Jbeil n'a pas tardé à s'excuser. En dépit de cela, Wafic Safa, un cadre du parti chiite, aurait demandé au ministre de la Justice, Salim Jreissati, d'adresser une note d'information au parquet dans la mesure où M. Souhaid aurait porté atteinte à « l'entité divine ». Mais, à 48 heures de l'audience, Salim Jreissati a publié un communiqué dans lequel il a démenti avoir adressé une note d'information contre l'ancien député de Jbeil.
Commentant le dossier, Farès Souhaid a fait savoir qu'« à cause d'une faute de frappe, Wafic Safa est entré en contact avec Salim Jreissati pour saisir le parquet. Mais le ministre lui a demandé de patienter, d'autant que j'ai effacé le tweet en question et que je me suis excusé auprès de la base partisane du Hezbollah ». Lors d'une conférence de presse tenue samedi à son domicile à Qartaba, M. Souhaid a ajouté : « Il semble que M. Safa n'a pas été convaincu par le point de vue de M. Jreissati, en dépit de leur appartenance à un même camp politique. Il a donc demandé à des avocats stagiaires de rédiger une note d'information à mon encontre. Le procureur général, Samir Hammoud, s'est saisi de la note et l'a transférée à la juge Ghada Aoun. Cette dernière a demandé à m'entendre, avant de reporter l'audience. » Et l'ancien député de poursuivre : « À chaque fois que la justice me convoquera, les habitants de Jbeil se mobiliseront d'une façon civilisée, parce que nous respectons l'État de droit et lui demandons de nous respecter et de nous traiter comme il traiterait n'importe qui d'autre. » Une allusion à peine voilée au Hezbollah.
Farès Souhaid s'est ensuite adressé au parti chiite en ces termes : « Vous n'êtes pas les gardiens de l'entité divine. Dieu n'appartient pas à un camp ou un parti, mais à tous ceux qui, comme nous, croient en lui, craignent pour leur dignité et respectent la Constitution. » Soulignant que « l'erreur commise ne mérite pas tout ce qui s'est produit récemment », il a appelé tous ceux qui veulent régler leurs comptes avec lui à ne pas faire usage de la justice, mais de lui répondre sur le terrain politique.
À noter également que le réalisateur Ziad Itani, arrêté le 24 novembre dernier pour collaboration avec Israël, est également convoqué aujourd'hui par la justice.

 

Lire aussi

Ghanem vs Jreissati : attention, danger... 

Le climat des libertés s'étiole-t-il au Liban?

Harb à « L'OLJ » : Porter plainte contre un média, c'est adopter une politique de musellement

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Tout ça est inquiétant le Hezbollah avec l'Iran veulent détruire le Liban , j' espère que les attentants ne reprennent pas

Bery tus

on ne touche pas aux medias, ni aux journalistes meme si celui ci est dans l'erreur on lui répond par de preuves, qui pourrait le discréditer a jamais ... mais employé la justice pour le museler ne lui ferai que le plus grand bien et montrera au contraire que ce qu'il dit est vrai dans le meme il montre que les gouvernements employant ce procéder sont fasciste .. bande d'ignare

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BAS LES MAINS DES MEDIAS !

Fredy Hakim

Certains croient encore qu’en se posant en victimes,
Ils gagneraient quelques voix!
Mr Souhaid est désespéré, pour exister il est prêt à tout.

Sarkis Serge Tateossian

Le journalisme devient de plus en plus risqué.

Fredy Hakim

Correction: ...que ses invités lui VOLENT la vedette.
Merci

Fredy Hakim

C’est le genre de Mr Loyal qui ne supporte pas
que ses invités lui vole la vedette!

George Khoury

Marcel Ghanem devrait etre arrete pas parcequ'il a fait une seule emission qui a critiqué le pouvoir mais plutot parcequ'il en a fait 400 pour masser l'ego des politiciens, aucune question difficile, juste une discussion gentille pour les mettre en valeur. Voila a quoi cela sert d'etre de connivence avec ces verreux et corrompu.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué