X

La Dernière

La Maison-Blanche accrochée à l’arbre de Noël

This is America

Entre les boules rouges, vertes, argentées, dorées, les guirlandes et tous les scintillements, se niche dans la plupart des arbres de Noël américains la Maison-Blanche, traitée en ornement.

15/12/2017

Chaque année depuis 1981, est créé un ornement de Noël inédit, illustrant un aspect de la Maison-Blanche et des célèbres hôtes qui, tour à tour, en ont fait leur demeure en y apposant leur cachet personnel et leur vision de l'Amérique. Cette année, honneur à l'administration du président Franklin Roosevelt, en poste de 1933 à 1945, avec une composition d'éléments ayant tissé sa vie et son legs. La forme de la décoration est une réminiscence des contours de la radio présente dans la plupart des foyers américains de l'époque, qui leur diffusait les bulletins d'informations et à travers laquelle, aussi, le président se faisait rassurant par ses célèbres « Conversations au coin du feu ». Au centre, l'aigle emblématique déploie ses ailes au-dessus de deux drapeaux comportant 46 étoiles, nombre des États existants durant ses mandats. Le tout est réalisé en cuivre recouvert d'argent et d'or 24 carats.

L'an dernier, les Américains férus de la symbolique noëlisée de la Maison-Blanche ont accroché à leur sapin une voiture de pompier. C'était en souvenir d'un incendie ayant eu lieu le 24 décembre 1929 à la Maison-Blanche, en plein réveillon organisé par le président de l'époque, Herbert Hoover, et son épouse Lou. Une fois la nouvelle sue, le couple présidentiel avait pu calmement gérer la situation grâce à l'arrivée rapide des pompiers. L'année suivante, le président avait commandé des jouets, répliques de la voiture des pompiers, et les avait offerts aux enfants pour Noël.

 

Les enfants et petits-enfants
Cette collection spéciale aux couleurs de la fête et de la patrie a été initiée par la White House Historical Association (WHHA), fondée en 1961 par la First Lady Jacqueline Kennedy dans le but de préserver la riche histoire de la demeure de l'exécutif et de la faire partager à tous les Américains, spécialement aux jeunes. Mais aussi pour promouvoir son embellissement par l'acquisition d'œuvres d'art, miroir de la culture et de l'histoire américaines. Jusqu'aujourd'hui, cet effort de partager avec tous ce haut lieu de la gouvernance et toute sa portée éducative se poursuit par le biais d'un centre de recherches et d'un programme d'activités adéquates, dont des expositions et la vente de livres et d'objets, notamment des ornements de Noël.
Ces petits objets décoratifs et attrayants se sont fait les narrateurs de grands faits du pays de l'Oncle Sam. Ils rappellent en particulier qu'au XIXe siècle, la célébration de Noël à la Maison-Blanche n'était pas une affaire d'État. La plupart des premières familles décoraient les lieux avec de simples guirlandes et couronnes et passaient tranquillement la fête.

La première Christmas party avait été donnée, en décembre 1800, par le président John Adam et son épouse Abigail pour le plaisir de leur petite-fille de quatre ans, Susanne Boylston Adam, qui vivait avec eux. Le cœur du président Andrew Jackson penchait également du côté des petits. En 1835, il avait commandé le plus élaboré des réveillons de Noël pour permettre aux enfants de tous ceux qui œuvraient avec lui, et autour de lui, de « gambader joyeusement dans la Maison-Blanche ». Au programme, danses, jeux, grand repas et bataille intérieure de flocons de neige avec des boules en coton. Le président Benjamin Harrison a fait trôner, en 1889, le premier arbre de Noël officiel dans le bureau Ovale. Il était décoré de bougies, de jouets et d'ornements spectaculaires pour impressionner ses petits-enfants.

L'électricité avait été installée à la Maison-Blanche en 1891 et, trois ans plus tard, les petites lumières électriques sont apparues sur un arbre de Noël. Ouvrant la voie à une plus grande fantaisie : durant la saison de Noël de 1903, la First Lady, Edith Roosevelt, avait convié 500 enfants à un carnaval avec dégustation du bonhomme rouge sculpté dans de la glace. Pas d'arbre décoré car son époux, le président Theodore Roosevelt, ardent environnementaliste, désapprouvait fortement qu'on touche à la nature.
Jacqueline Kennedy avait lancé, en 1961, une tradition : donner un thème à l'arbre officiel de la Maison-Blanche installé dans le Salon bleu. Elle avait opté pour le très populaire ballet-conte de Noël, Casse-noisettes, riche en éléments pour la circonstance. Et la White House Historical Association qu'elle avait mise sur pied a perpétué son esprit ouvert et innovant, en invitant tous les Américains sans exception à faire partie du Noël de la première famille en accrochant la Maison-Blanche, sous toutes ses couleurs, à leur arbre.

 

Dans la même rubrique

Pas de Noël sans son « ugly Christmas sweater »

Après la dinde, ce fameux « Black Friday »...

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.