X

À La Une

Salamé et Geagea à Jubeir : Pas de blanchiment d'argent du Hezbollah via les banques libanaises

Polémique

"Le secteur bancaire libanais bénéficie d'une légitimité internationale concernant ses activités financières et bancaires", assure le gouverneur de la Banque du Liban.

OLJ
02/12/2017

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, et le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, ont démenti samedi les propos du chef de la diplomatie saoudienne, Adel al-Jubeir, qui affirmait la veille que le Hezbollah blanchissait de l'argent via des banques libanaises.

Dans des propos accordés à la chaîne LBCI, M. Salamé a dit : "Le secteur bancaire libanais bénéficie d'une légitimité internationale concernant ses activités financières et bancaires".

"Le Hezbollah instrumentalise les banques libanaises pour blanchir de l'argent issu du trafic de drogue", avait affirmé Adel al-Jubeir, lors d'une conférence de presse à Rome vendredi. Le chef de la diplomatie saoudienne avait également prévenu qu'il "ne peut y avoir de paix au Liban sans le désarmement du Hezbollah".

"J'apprécie les propos de M. Jubeir, mais je suis d'un avis contraire concernant le secteur bancaire libanais", a souligné M. Geagea, lors d'un entretien à l'agence d'information "Akhbar al-Yom" rapporté par le site des FL.

"Les banques libanaises se conforment totalement aux directives de la Banque centrale, qui coordonne parfaitement avec le Département du Trésor américain (...). Je ne crois pas qu'il y ait des fonds du Hezbollah qui transitent via le système bancaire libanais", a ajouté Samir Geagea.

Le 25 octobre, la Chambre des représentants américaine a adopté la proposition de loi intitulée Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act of 2017 (Hifpa 2017) – qui étend le champ d'application de la loi actuellement en vigueur (Hifpa 2015). Le texte prévoit notamment d'étendre les sanctions visant les soutiens financiers du parti chiite à toute personne physique ou morale liée directement ou indirectement au Hezbollah ou à ses institutions affiliées. Il doit encore être approuvé par le président américain Donald Trump.

 

Lire aussi

Hasbani : La campagne contre les FL vise à occulter la distanciation

Crise : Les bavardages libanais font vaciller les chances de compromis

La distanciation, une innovation libanaise contre les guerres par procuration, le commentaire d'Antoine Messarra

Les silences du verbe, l'édito de Issa Goraieb

Le renflouement du gouvernement... et la position saoudienne, le décryptage de Scarlett Haddad

Séance houleuse au Congrès US sur le Liban

Geagea : Les voies de communication sont rouvertes avec Hariri

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Triste de tourner toujours en rond autour du Liban pour régler le conflit saoudo iranien .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE JUBEIR SE LE METTE EN TETE ET ARRETE LES INEPTIES CONTRE LE LIBAN... SI LES SAOUDIENS ONT DES PROBLEMES AVEC LES IRANIENS... FEKHAR I KASSER BA3DOU !

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué