X

Liban

La déclaration de la Ligue arabe a « beaucoup fait rire » Hassan Nasrallah

Diplomatie

Le secrétaire général du Hezbollah attend le retour de Saad Hariri au Liban et se dit « ouvert au dialogue ».

Nour BRAIDY | OLJ
21/11/2017

Au lendemain de la conférence des ministres arabes des Affaires étrangères de la Ligue arabe, qualifiant le Hezbollah d'« organisation terroriste », le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a demandé aux pays de cette Ligue de « ne pas se mêler des affaires internes du Liban », affirmant avoir « beaucoup ri » à la lecture de sa déclaration finale.
Consacré en grande partie aux questions régionales, le discours du secrétaire général du Hezbollah n'a évoqué que brièvement la crise gouvernementale qui affecte le Liban depuis la démission du Premier ministre, Saad Hariri. Ainsi, Hassan Nasrallah s'est contenté de souligner qu'il attendait le retour à Beyrouth de M. Hariri, se disant « ouvert au dialogue ».
« Je ne vais pas répondre aux attaques lancées contre le Hezbollah, l'accusant de ne pas avoir respecté le compromis politique interne (en référence à l'accord politique qui a permis à Michel Aoun d'accéder à la présidence de la République et à M. Hariri à la présidence du gouvernement). La priorité est au retour de Saad Hariri », a-t-il précisé, réaffirmant qu'il ne considère pas le Premier ministre comme démissionnaire, et soulignant qu'il existe au Liban « une volonté populaire massive d'empêcher le retour à quelque forme de violence que ce soit ».

« Ces accusations ne sont pas nouvelles »
Dans son discours, Hassan Nasrallah s'est longuement attardé sur la réunion extraordinaire tenue dimanche au Caire à l'initiative de l'Arabie saoudite, et à l'issue de laquelle la Ligue arabe a accusé « le Hezbollah et les gardiens de la révolution iraniens de financer et d'entraîner des groupes terroristes à Bahreïn ».
Dans sa déclaration finale, la Ligue arabe a également « fait assumer au Hezbollah, un partenaire dans le gouvernement libanais, la responsabilité de fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques ».
« Ces accusations ne sont pas nouvelles et il n'y pas de raison pour que cela suscite une inquiétude ou une tension », a lancé le leader chiite.
« Au moment où le Hezbollah libère (la ville syrienne de) Boukamal de Daech, ils le déclarent organisation terroriste, a dénoncé le leader chiite. Ils accusent l'Iran d'être un État parrainant le terrorisme alors que l'Iran aide à combattre la terrorisme. » Et de lancer : « Et vous, qu'avez-vous fait dans le combat contre Daech ? Où l'Arabie saoudite a-t-elle combattu Daech ? Qu'on me nomme une seule bataille dans laquelle elle s'est engagée. »
Et Hassan Nasrallah de poursuivre en s'adressant aux pays arabes : « Les armes du Hezbollah constituent un facteur important pour préserver la stabilité au Liban. Laissez le Liban tranquille et ne vous mêlez pas de ses affaires si vous vous souciez de sa sécurité. N'envoyez pas les tafkiristes au Liban et ne provoquez pas Israël (afin qu'il mène une nouvelle offensive contre le Liban, NDLR). Qui protège le Liban d'Israël ? Vous et vos armes ? » a-t-il également ironisé.
On rappelle qu'il y a quelques jours, le leader chiite avait accusé Riyad d'avoir demandé à Israël de frapper militairement le Liban.
« J'ai beaucoup ri en lisant un point soulevé par La ligue arabe », a ajouté Nasrallah en lisant l'article de la déclaration qui fait assumer au Hezbollah la responsabilité de « fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques ». « Nous avons uniquement envoyé des armes en Palestine, des missiles Kornet (NDLR : missiles russes antichars) et je suis fier de le dire, a-t-il relevé. Et en Syrie, il y a les armes avec lesquelles nous combattons. » Et de poursuivre : « Nous n'avons jamais envoyé d'armes au Yémen, à Bahreïn ou au Koweït, et même pas en Irak. Nous n'avons jamais envoyé d'armes vers aucun pays arabe. »

« Est-ce cela l'honneur des Arabes ? »
Selon le leader chiite, la raison de la tenue de la réunion de la Ligue arabe est le tir, début novembre, d'un missile balistique depuis le Yémen vers l'aéroport de Riyad. Hassan Nasrallah a dans ce contexte nié toute implication dans cette opération. « Je nie catégoriquement le lien de tout homme du Hezbollah avec le tir de ce missile », a-t-il dit, soulignant que l'un des problèmes de l'Arabie saoudite, c'est de sous-estimer les capacités intellectuelles et techniques de leurs adversaires. Il a en outre dénoncé la situation humanitaire au Yémen, rappelant que des centaines de milliers de Yéménites souffrent de choléra ou sont au bord de la famine. « Y a-t-il un seul mot dans la déclaration de la Ligue arabe concernant le Yémen ? » s'est-il indigné.
Enfin, le secrétaire général du Hezbollah a abordé les conflits irakien et syrien, se disant être prêt à retirer ses combattants d'Irak après la défaite totale du groupe État islamique (EI), acculé dans ses derniers réduits. « Nous considérons que la mission a été accomplie, mais nous attendons pour nous retirer l'annonce irakienne de la victoire finale », a souligné Hassan Nasrallah.
Le chef du Hezbollah a d'ailleurs affirmé qu'après la libération totale de la ville syrienne de Boukamal, le « califat » de l'EI est « fini » en tant que structure d'État, « sans pour autant que cela signifie la fin de l'organisation jihadiste ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

si des partis politiques ayant des milices armees des pays arabes intervenaient et guerroyaient au liban... quel qualificatif les responsables libanais et le hezbollah leurs donneraient-ils... terroristes, n,est-ce pas ? rirait-on alors ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

si des partis politiques ayant des milices armees des pays arabes intervenaient et guerroyaient au liban... quel qualificatif les responsables libanais et le hezbollah leurs donneraient-ils... terroristes, n,est-ce pas ? rirait-on alors ?

gaby sioufi

FINALEMENT,
l'homme a raison d'en rire ,
le monde arabe l'effrayant encore moins que les politiques libanais.

gaby sioufi

moi aussi j'ai ri de plein coeur , lors de sa prestation TV .
car l'homme a raison de rire, de cette mascarade , aussi bien a l'echelle arabe qu'a celle - TRISTEMENT - libanaise.
car l'homme n'a jamais craint les reactions , d'ou qu'elles emanent.
car l'homme et ses patrons - tres intelligement - ont hypotheques LE LIBAN a ts petits pas depuis ..... 35-40 ans deja
car l'homme et ses patrons- tres intelligement -ont vite compris ou se trouvent l'interet de nos politiques
car l'homme et ses patrons-tres intelligement- ont su en profiter a fond, tisser leur toile ( armes repressives a l'appui) MEMES EUX ne peuvent l'infirmer.
car l'homme et ses patrons ont des lors eut le jeu facile.

Dernières infos

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Le mufti et le pape

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement entre les interférences externes et l’épineux dossier des relations avec la Syrie

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué