X

À La Une

La France à la manœuvre dans la crise libanaise

diplomatie

Pour Stéphane Malsagne, spécialiste du Liban et enseignant à Sciences-Po Paris, la diplomatie française dispose toutefois d'un "faible poids sur le jeu politique libanais essentiellement piloté aujourd'hui depuis Téhéran et Riyad".

OLJ/AFP/Valérie LEROUX
14/11/2017

La France, forte de ses liens avec tous les acteurs de la région, multiplie les initiatives pour tenter d'obtenir le retour du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri au Liban, même si ses marges de manœuvre sont ténues.

Après la Libye, le climat ou le nucléaire iranien, le président Emmanuel Macron, qui reçoit mardi le chef de la diplomatie libanaise à l'Élysée, monte ainsi une nouvelle fois en première ligne sur un dossier brûlant.
La démission surprise de Saad Hariri le 4 novembre depuis l'Arabie saoudite, d'où il a dénoncé la "main mise" de l'Iran sur son pays, a précipité le Liban dans une nouvelle crise, beaucoup s'interrogeant sur sa liberté de mouvement à Riyad. M. Hariri a toutefois de nouveau annoncé son retour "dans les deux prochains jours", mardi après une rencontre avec le patriarche maronite, Béchara Raï, à Riyad. 
L'Arabie saoudite sunnite, important soutien de M. Hariri, et l'Iran chiite, grand allié du Hezbollah, poids lourd de la politique libanaise, s'affrontent par crises régionales interposées, de la Syrie au Yémen.

Après cette démission fracassante, Emmanuel Macron a effectué une visite éclair à Riyad pour évoquer le sort du Liban avec le tout puissant prince héritier Mohammed ben Salmane. Il a également reçu mardi après-midi le ministre libanais des Affaires étrangères Gebran Bassil, dépêché par le président Michel Aoun, allié du Hezbollah, qui réclame le retour de M. Hariri à Beyrouth.


(Lire aussi : Bassil de l'Elysée : C'est le Liban qui décide de sa politique interne et externe)


Paris "parle à tous"
"Ce qui fait notre force, y compris par rapport aux États-Unis, c'est que nous parlons à tout le monde", souligne Denis Bauchard, expert du Moyen-Orient à l'Institut français des relations internationales (IFRI).
"La France a une relation privilégiée au Liban avec les trois communautés, y compris des contacts avec les chiites", relève-t-il. "Nous avons aussi d'assez bonnes relations historiques avec l'Arabie saoudite même si manifestement certains espoirs ont été déçus en matière de contrats et avons rétabli de bonnes relations avec l'Iran" depuis l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, pointe-t-il.

Cette volonté de replacer la France au cœur du jeu international coïncide "avec une politique américaine qui inquiète, une éclipse de la Grande-Bretagne pour cause de Brexit et un certain effacement de l'Allemagne pour cause aussi de politique intérieure", décrypte Denis Bauchard.

L'activisme d'Emmanuel Macron dans la crise libanaise lui vaut un satisfecit jusque chez l'ancien Premier ministre de droite Alain Juppé. "Il est bon que le président mouille sa chemise pour jouer un rôle de médiateur (...) ça va peut-être marcher", estime l'ancien chef de la diplomatie française (2011-2012).


(Lire aussi : Aoun sollicite l'aide de Macron concernant la neutralité)

 

"Limiter les dégâts"
Pour Stéphane Malsagne, spécialiste du Liban et enseignant à Sciences-Po Paris, la diplomatie française dispose toutefois d'un "faible poids sur le jeu politique libanais essentiellement piloté aujourd'hui depuis Téhéran et Riyad". Le prince héritier d'Arabie, ouvertement soutenu par Donald Trump, est déterminé à affaiblir le Hezbollah "avec la bénédiction d'Israël", analyse-t-il.

La rivalité entre Riyad et Téhéran s'est en outre accentuée depuis l'effondrement du groupe État islamique en Irak et Syrie, qui coïncide avec une progression des milices chiites pro-iraniennes.

Les moyens de pression de la France sur le régime saoudien apparaissent limités, constate Stéphane Malsagne, en notant que Paris a "perdu beaucoup de terrain sur le marché de l'armement saoudien" et attend en outre de Riyad un soutien financier pour la force militaire régionale du G5 Sahel.

Les Iraniens ne vont "pas faire non plus de compromis sur le Hezbollah", leur bras armé dans la région, renchérit le politologue franco-libanais Ziad Majed, professeur à l'Université américaine de Paris.
Dans un tel contexte, la France peut aider à apaiser les tensions et "limiter les dégâts", selon lui. "Mais pour trouver une solution durable et éviter le pire, c'est beaucoup plus à Washington que les choses peuvent se décider", esquisse-t-il.

 

Lire aussi
Le pari de Macron au Moyen-Orient

Paris insiste à son tour sur « le principe de non-ingérence »

Quelle place pour la diplomatie française dans la crise libanaise ?

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlik Sanferlou

La France n est pas intervenu dans les années 60 et 70 quand elle le pouvait. Ce n' est pas maintenant qu elle fera une différence.
Chers français, occupez vous de vos finances, de lEU et du Brexit ça vous vaut mieux le coup.

gaby sioufi

que dieu nous preserve de l'immixion maternelle de la france dans nos affaires. je prefere encore l'iran a la duplicite de leur diplomatie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL N,Y A QUE LE MASTODONTE QUI PEUT PESER DE SON POIDS !

Assad Fakhouri

Que va faire la France dans cette crise et la situation imposée par HN et l'Iran ? RIEN
Des paroles d'encouragement. Que la France obtienne les armes que Ryad a accepté de fournir moyennant finance !!!! On pourrait croire à la parole française.
La France fait rire l'Iran et HN

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

Les obligations de la classe politique libanaise

Décryptage de Scarlett HADDAD

La récente crise a renforcé les liens entre les responsables...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.