Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Rifi : "Machnouk a remis ses lettres de créance au Hezbollah pour la prochaine étape"

La tension montre entre l'ancien ministre et l'actuel ministre de l'Intérieur, après une polémique autour de la destruction d'une affiche représentant le prince héritier saoudien à Tripoli.

L'ancien ministre libanais de la Justice, Achraf Rifi, et le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk. Photos ANI

L'ancien ministre libanais de la Justice, Achraf Rifi, a critiqué dimanche le ministre de l'Intérieur Nohad Machnouk qui avait demandé le retrait des portraits du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane des rues de Tripoli, dans le nord du Liban. Avec cette décision, "Nohad Machnouk a remis ses lettres de créance au Hezbollah pour la prochaine étape", a-t-il accusé.

Samedi, les deux hommes s'étaient déjà affrontés sur Twitter après qu'un portrait du prince héritier saoudien placardé à l'entrée de la ville de Tripoli a été brûlé.

"La destruction du portrait de Mohammad Ben Salmane est criminelle et préméditée. Le coupable est connu. Le ministère de l'Intérieur doit l'arrêter sans tarder pour le juger", avait déclaré M. Rifi sur son compte Twitter. Ce portrait restera accroché à Tripoli car il reflète la relation amicale et historique entre le Liban et le royaume", avait-il poursuivi.

 

 

Ce à quoi M. Machnouk avait répondu, après avoir condamné cet acte : "Nous, le portrait de Mohammad Ben Salmane, nous l'accrochons sur notre poitrine, et pas dans les rues, pour éviter qu'un rancunier ne vienne la brûler".

 

 

Son message a ensuite été effacé.

L'ancien ministre Rifi, fortement implanté à Tripoli, a répondu : "Au ministre de l'Intérieur, nous disons : Il n'y a pas de rancunier là où nous avons accroché le portrait. Mais si vous voulez enlever des portraits, commencez par la route de l'aéroport. Lorsque le tour de Tripoli arrivera, on en reparlera".

 

 

M. Rifi faisait ainsi référence aux portraits des dirigeants iraniens, notamment l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique, qui longent la route menant à l'aéroport international de Beyrouth, dans la partie sud de la capitale.

Dimanche après-midi, l'ancien ministre a appelé ses partisans et les habitants de Tripoli à ne pas improviser de manifestations pour protester contre l'incendie du portrait du prince héritier saoudien, annonçant l'organisation prochaine d'un "rassemblement pacifique".

Cette montée de tension intervient une semaine après l'annonce de la démission à Riyad du Premier ministre Saad Hariri, qui a déstabilisé la rue sunnite au Liban dans un contexte d'une grande tension entre l'Arabie saoudite et l'Iran. Aucune date n'a été fixée pour son retour au Liban afin d'y présenter sa démission officiellement. Et ce malgré les appels unanimes de la classe politique libanaise, y compris de la part du Courant du Futur, le parti de M. Hariri, à ce qu'il rentre au Liban. Dans ce contexte, nombreux sont ceux qui estiment que le Premier ministre est retenu contre son gré à Riyad.

 

Lire aussi

La démission de Hariri exacerbe les divisions au sein du courant du Futur

Au Liban, la rue sunnite oscille entre sympathie, colère et... lassitude

Quand Riyad se tire une balle dans le pied au Liban

« Il faut comprendre les raisons de la démission de Hariri », affirme le mufti Chaar

MBS prêt à la guerre totale contre l’Iran

Riyad peut-il former un bloc sunnite contre Téhéran ?

 


L'ancien ministre libanais de la Justice, Achraf Rifi, a critiqué dimanche le ministre de l'Intérieur Nohad Machnouk qui avait demandé le retrait des portraits du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane des rues de Tripoli, dans le nord du Liban. Avec cette décision, "Nohad Machnouk a remis ses lettres de créance au Hezbollah pour la prochaine étape", a-t-il accusé.
Samedi, les...

commentaires (4)

Il y a quelques jours je commentais ainsi : Attention, nous sommes en orient, chaque mot de travers, de plus ou de moins, peut déclencher une querelle dont on ne connait pas son dénouement. Finalement l'exemple est venu du haut ...des ministres considérés (en principe) l'élite du pays Pauvre Liban

Sarkis Serge Tateossian

16 h 51, le 12 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Il y a quelques jours je commentais ainsi : Attention, nous sommes en orient, chaque mot de travers, de plus ou de moins, peut déclencher une querelle dont on ne connait pas son dénouement. Finalement l'exemple est venu du haut ...des ministres considérés (en principe) l'élite du pays Pauvre Liban

    Sarkis Serge Tateossian

    16 h 51, le 12 novembre 2017

  • Ces 2 hommes montrent publiquement leur allégeance au royaume saoudien, mais vont se rabattre demain sur l'iranité du Hezbollah. C'est pathétique.

    Zorkot Mohamed

    16 h 46, le 12 novembre 2017

  • Seul le drapeau libanais devrait être lever partout. À bas tout les portraits et photos autre que le drapeau!

    Wlek Sanferlou

    11 h 16, le 12 novembre 2017

  • Messieurs les "ministres et ex-ministres" vous nous faites honte...plus d'honneur, de dignité et de patriotisme dans ce pauvre pays ? Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 40, le 12 novembre 2017

Retour en haut