X

Moyen Orient et Monde

MBS prêt à la guerre totale contre l’Iran

Crise régionale

Le prince héritier se trouve aujourd'hui sur tous les fronts.

08/11/2017

Le dauphin est décidement sur tous les fronts. Et il semble résolument prêt à en découdre avec l'Iran. Alors qu'il a lancé une purge anticorruption inédite depuis samedi en Arabie saoudite, le prince héritier Mohammad ben Salmane, dit MBS, est en effet monté au créneau hier contre Téhéran, s'invitant dans cette guerre des mots contre son adversaire chiite. « L'implication de l'Iran dans la fourniture de missiles aux houthis est une agression militaire directe par le régime iranien et pourrait être considérée comme un acte de guerre contre le royaume », a déclaré hier Mohammad ben Salmane, cité par l'agence officielle saoudienne SPA. Lundi, les autorités saoudiennes avaient accusé l'Iran d'être derrière un tir de missile de rebelles yéménites intercepté au-dessus de l'aéroport international de Riyad, qui pourrait, selon elles, « équivaloir à un acte de guerre ».

Depuis mars 2015, Riyad est à la tête d'une coalition de pays sunnites aidant les forces gouvernementales yéménites dans leur guerre contre les houthis et leurs alliés, maîtres de la capitale Sanaa depuis septembre 2014. Le prince Mohammad, également ministre de la Défense, est considéré comme l'instigateur de l'intervention saoudienne au Yémen. Sa prise de parole, hier, reflète sa détermination à vouloir poursuivre une diplomatie agressive, notamment depuis qu'il a obtenu « carte blanche » pour gérer les affaires du pays, lors de sa nomination comme prince héritier en juin dernier. Et il n'hésite pas à asseoir son pouvoir en gérant tous les fronts, internes comme externes.

Lundi, Riyad avait en outre estimé que le Liban lui avait déclaré la guerre en raison de ce qu'il considère comme des agressions commises contre le royaume par le Hezbollah, soutenu par l'Iran. Le gouvernement libanais sera « traité comme un gouvernement qui a déclaré la guerre à l'Arabie saoudite », a affirmé le ministre saoudien des Affaires du Golfe, Thamer al-Sabhane, dans un entretien à la chaîne de télévision al-Arabiya. Dans le communiqué annonçant sa démission, Saad Hariri faisait état d'un complot en vue de l'assassiner et accusait l'Iran et le Hezbollah d'entretenir les tensions dans le monde arabe.

 

(Lire aussi : Qui sont les hommes visés par la purge en Arabie ?)

 

 

Tweet de soutien de Trump
Le Pentagone a salué lundi l'initiative saoudienne qui a « révélé » le rôle de l'Iran au Yémen et la fourniture de systèmes de défense aérienne aux milices chiites houthies par Téhéran. Hier, c'est le président américain lui-même qui est allé jusqu'à apporter un soutien appuyé à l'action anticorruption du roi Salmane et de son fils. « J'ai entière confiance dans le roi Salmane et le prince héritier d'Arabie saoudite, ils savent exactement ce qu'ils font », a-t-il écrit sur Twitter. « Certains de ceux qu'ils traitent durement "saignent" leur pays depuis des années ! » a-t-il ajouté. L'Arabie saoudite et les États-Unis partagent la même politique agressive contre l'Iran. Pour l'un comme pour l'autre, la priorité est de contrer l'influence iranienne dans la région. Donald Trump avait réaffirmé ces liens en choisissant de se rendre à Riyad pour son premier voyage présidentiel à l'étranger, en mai. Il y avait d'ailleurs accusé Téhéran de « soutenir le terrorisme » et appelé à l'« isoler ».

La signature de l'accord sur le nucléaire le 14 juillet 2015 entre l'Iran et les 5+1 avait déjà irrité Riyad. Mais c'est bien davantage l'interventionnisme iranien sur la scène régionale, en Syrie ou au Yémen, qui a accéléré la montée des tensions. Une escalade qui a provoqué une rupture des relations diplomatiques entre les deux pays le 4 janvier 2016, suite à l'incendie et au sac partiel de l'ambassade saoudienne à Téhéran en janvier 2016, survenus au lendemain de l'exécution d'un dignitaire chiite saoudien à Riyad. Mais l'escalade est encore montée d'un cran ces derniers jours, après ce qui s'apparente de plus en plus à de véritables déclarations de guerre. Mais pour l'heure, nous ne sommes confrontés qu'à une guerre des mots. Un affrontement direct entre les deux puissances ennemies semble peu probable, au vu des conséquences désastreuses pour l'un comme pour l'autre. En mai déjà, MBS avait déjà menacé l'Iran de manière extrêmement virulente. « Nous savons que nous sommes la cible principale du régime iranien. Nous n'attendrons pas que la bataille se passe en Arabie saoudite, mais nous travaillerons pour que cette bataille puisse se dérouler en Iran, et pas en Arabie saoudite », avait déclaré le prince. Ce à quoi le ministère iranien des Affaires étrangères avait répondu : « Nous conseillons aux Saoudiens de ne pas prendre une décision ignorante. Mais, s'ils le font, nous ne laisserons rien intact à part La Mecque et Médine », avait-il prévenu. En revanche, les deux puissances auraient davantage l'opportunité de mener une guerre par procuration sur tous les terrains au Moyen-Orient, en Syrie, au Yémen ou au Liban. Riyad peut renforcer son engagement sur le terrain yéménite. Mais après deux ans et demi, il se montre incapable de venir à bout des houthis ou de proposer une solution politique permettant une sortie de crise. Les houthis ont d'ailleurs menacé hier de riposter au durcissement du blocus contre le Yémen par des tirs de missiles contre les aéroports et les ports saoudiens et émiratis. « Nous ne resterons pas les bras croisés et étudierons des options plus importantes et plus radicales pour empêcher le renforcement du blocus contre le peuple yéménite et (les mesures) visant à l'affamer et à l'humilier », ont souligné les rebelles dans un long communiqué.

La confrontation entre les deux mastodontes chiite et sunnite pourrait se faire au Liban. Riyad serait-il prêt à appuyer une attaque contre le Hezbollah, profitant de la convergence d'intérêts avec Israël et les États-Unis? « Lorsque les Israéliens et les Arabes sont d'accord sur une chose, il faut que le monde soit attentif », a rappelé dimanche Benjamin Netanyahu. Une telle offensive ne ressemblera pas à la guerre de 2006, puisque l'État hébreu se dit prêt à engager le plus de forces possible dans la bataille terrestre qui s'inscrira probablement dans la durée. La guerre contre la République islamique a clairement été déclarée par Mohammad ben Salmane. Mais on ignore encore comment elle se fera, où, et surtout, avec qui.

 

Lire aussi

Riyad peut-il former un bloc sunnite contre Téhéran ?

Purge en Arabie : quand les réseaux sociaux se mêlent de politique

Israël va-t-il s'inviter dans la danse de mort régionale ?

Mohammad ben Salmane, ou l'hubris du pouvoir

Purges : une pierre et deux gros coups pour Mohammad ben Salmane

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

DAMMOUS Hanna

Nicolas Machiavel a dit...“On fait la guerre quand on veut, on la termine quand on peut.”

Bery tus

ET ÇA ÉTONNE DES GENS QUE LARABIE ET L’IRAN SERONT EN GUERRE !!! DEPUIS QUON VOUS LE DISAIT DEPUIS LE TEMPS MAIS NON LES MOUMANA3iste PENSAIENT QUE LARABIE NAURA PAS LE COURAGE DE SE METTRE EN FACE DE L’IRAN IMPÉRIALISTE DE LA BOUCHE MÊME DE ROHANI QUE LES AEDENTS DÉFENSEUR DE LA RESISTENCE AIMENT À OCCULTER .... MR ROHANI NON LE LIBAN NE FAIT PAS ET NE FERA JAMAIS PARTI DE LA PERSE MÊME SI CERTAINS LIBANAIS MOUTON LE VEULENT ... NOUS SOMMES UNE NATION ARABE POINT BARRE

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MBS PRET A LA GUERRE... ROHANI PRET A LA GUERRE...
MESSIEURS LES INCAPABLES VONT EN GUERRE... LES FORTS VONT A LA PAIX !

HABIBI FRANCAIS

La republique islamique d Iran merite bien cette declaration de guerre de la part de MBS...Dans le seul but imperialiste de controler le moyen orient,les mollahs ont soutenu un regime genocide a Damas qui a crucifie son propre peuple et il s agit d une tache indelebile pour l Iran tout comme le fut le nazisme pour l Allemagne.

Marionet

Le titre sensationnaliste de ce papier n'est étayé par aucune analyse sérieuse. Cà et là quelques bouts de phrases tronquées et parfois sorties de leur contexte. On joue à se faire peur?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAUVRE LIBAN PRIS ENTRE L,ENCLUME ET LE MARTEAU !

Saliba Nouhad

Pauvre Liban, pris entre l’enclume et le marteau.
Analyse réaliste, car il devient clair que le jeune et impulsif MBS, a déclaré la guerre ouverte à l’Iran, sans nécessairement réaliser qu’il y va trop vite, sans plan précis, se crée plein d’ennemis à l’intérieur même du Royaume, et qu’il pourrait bien se brûler avec le feu qu’il a allumé.
Très probable qu’il se fait tirer le nez par les Américains et indirectement par les Israéliens et il pense que ces derniers feront le travail pour lui, alors qu’il patauge militairement dans le marécage yéménite...
Ça ne présage rien de bon pour le Liban, en espérant qu’il y aura assez de sagesse et d’unité nationale pour éviter une catastrophe certaine: vœux pieux?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Beyrouth I : deux listes fortes et de nombreuses inconnues

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Le vote préférentiel... aux femmes

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!