X

À La Une

Damas tire en direction d'appareils israéliens survolant le Liban, Israël riposte

conflit

L'aviation israélienne détruit une batterie de missiles anti-aériens à l'est de Damas.

OLJ/Agences
16/10/2017

L'aviation israélienne a attaqué et détruit lundi une batterie de missiles anti-aériens à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Damas en réponse à un tir de missile syrien en direction d'appareils israéliens qui étaient en mission de reconnaissance au-dessus du Liban, a indiqué un porte-parole de l'armée. Les avions n'ont pas été touchés et ont pu regagner leur base sans encombre, a déclaré le porte-parole, le colonel Jonathan Conricus. La batterie syrienne a été "neutralisée", a-t-il dit.

L'armée syrienne citée par la télévision d'Etat n'a rapporté que des dégâts matériels et a assuré avoir atteint un appareil israélien. L'aviation israélienne a violé l'espace aérien syrien près du Liban et la défense anti-aérienne a riposté, atteignant un avion et le forçant à fuir, a dit l'armée syrienne. Israël a ensuite tiré plusieurs missiles sur une position militaire dans la province de Damas, "faisant uniquement des dégâts matériels", a-t-elle ajouté. Elle a "mis en garde contre les conséquences dangereuses de ces tentatives d'agression répétées de la part d'Israël".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a de son côté prévenu que son pays réagirait à tout acte hostile. "Aujourd'hui, on a voulu détruire nos avions, ce qui est inacceptable", a réagi M. Netanyahu. "Notre politique est claire: celui qui veut nous attaquer, nous l'attaquerons", a-t-il mis en garde dans un communiqué.

Le porte-parole de l'armée a cependant souligné qu'Israël ne recherchait pas l'escalade. "A (sa) connaissance", c'est la première fois depuis le début de la guerre en Syrie en 2011 que les Syriens tirent en direction d'appareils israéliens survolant le Liban, a dit le colonel Conricus. "Nous tenons le régime syrien pour responsable de ce tir anti-aérien et pour toute attaque provenant de Syrie", a-t-il prévenu. Mais, a-t-il ajouté, Israël considère qu'il est dans "l'intérêt commun" de préserver la "relative stabilité" dans la zone et "n'a aucune intention de déstabiliser la situation".

Les appareils israéliens, dont il n'a pas précisé le nombre, étaient en reconnaissance dans l'espace aérien libanais, "près de la frontière syrienne" quand un missile a été tiré dans leur direction, a-t-il dit, les renseignements israéliens excluant que le projectile ait été tiré par d'autres forces que celles du régime syrien. Des avions israéliens ont frappé quelque temps après la batterie syrienne située à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Damas, a-t-il précisé.

Selon le Haaretz, citant l'armée israélienne, les avions israéliens effectuaient un "vol de routine" au dessus du Liban, photographiant des sites pour les services de renseignements israéliens

Sur Twitter, un autre porte-parole de l'armée israélienne, Avichay Adraee, rapportait l'incident en assortissant ces écrits du hastag : #dontplaywithfire (Ne jouez pas avec le feu).

 

(Lire aussi : Pour Lieberman, l'armée libanaise "est devenue une partie intégrante du Hezbollah")

 

Le précédent de mars
Un porte-parole de l'armée israélienne, le brigadier-général Ronen Manelis, cité par le Jerusalem Post a par ailleurs précisé que la Russie avait été informée de l'incident et que l'affaire sera évoquée avec le ministre russe de la Défense, Sergei Choïgu, qui entame ce lundi une visite en Israël. Lors de cette visite, précise le Jesuralem Post, M. Choïgu s'entretiendra notamment avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ainsi qu'avec le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, du rôle de l'Iran en Syrie ainsi que du "transfert d'armes par Téhéran au Hezbollah via Damas".

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené plusieurs raids aériens sur ce pays dévasté par la guerre, contre les forces gouvernementales et celles du Hezbollah, qui combat aux côtés du régime de Damas.

Début septembre, Israël avait ainsi été accusé par l'armée syrienne d'avoir mené des frappes aériennes contre une infrastructure militaire, faisant deux morts, une attaque ayant pu viser un site utilisé par Damas pour produire des armes chimiques. En Israël, aucune déclaration officielle n'avait été faite sur ces frappes.

Le plus sérieux accrochage date de la nuit du 16 au 17 mars 2017, quand l'aviation israélienne avait ciblé en Syrie un convoi d'armes, présenté comme destiné au Hezbollah. L'armée syrienne avait riposté avec des moyens anti-aériens et Israël avait intercepté un missiles tiré en direction de son territoire.
L'armée syrienne avait affirmé avoir abattu un avion israélien et en avoir atteint un deuxième, ce qu'Israël avait démenti. Avigdor Lieberman avait alors prévenu que, "la prochaine fois que les Syriens utilisent leurs systèmes de défense aérienne contre nos avions, nous les détruirons sans la moindre hésitation".

 

 

Pour mémoire
Nasrallah : « L'Arabie saoudite représente, avec Israël, un véritable danger pour la région »

Lieberman : Assad est "sorti vainqueur" de la guerre en Syrie

Israël accuse le Hezbollah de multiplier les postes d'observation à la frontière

Netanyahu à Guterres : "Le problème le plus urgent" auquel Israël fait face, c'est le Hezbollah

Nasrallah : Si Israël déclare une guerre, des dizaines de milliers de combattants interviendront

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUEL TOUPET DE DOBERMAN DE SE CONSIDERER AGRESSÉ DANS L,ESPACE AERIEN LIBANAIS VIOLÉ...

Alexandre Hage

La guerre des communiqués est déclarée! Moi ce que je lis dans ces déclarations une arrogance insupportable de Netanyahu. Comme si l'espace aérien libanais est israélien et circulez il n'y a rien à voir. Netenyahu doit comprendre une chose. Churchil quand il a déclaré qu'il s'allie avec le diable si nécessaire contre le régime Nazi, il l'a copié de l'esprit fier et libre des libanais. On s'alliera non seulement avec l'Iran mais aussi avec le diable si nécessaire pour lui donner à lui et à doberman une nouvelle leçon.pendant ce temps que fait Monsieur Basille? Au lieu de se chamailler, il fera mieux de porter plainte déjà à l'Onu pour violation de notre frontière aérienne. Et Mr Hariri pourrait peut arrêter les voyages et voir avec la Russie si elle voudrait bien nous fournir des S400 qui apprendront à Netenyahu que nous on descendra toute moustique osant nous défier en survolant notre territoire sans autorisation. Et Merde quand est ce qu'on aura un vrai pays?!

Nadim Nehme

Halla' Bachar sar Tarazan?

Le Faucon Pèlerin

Guerres en Iraq, en Syrie, au Yémen, au nord du Sinaï... Je viens de lire quelques petites lignes cryptées dans an-Nahar par la plume de l'excellent chroniqueur Abbas Sabbagh : Qui va taper le premier coup dans la guerre entre Israél et Hezbollah ?
Cher Abbas Sabbagh, un proverbe dit ceci : "Peu importe que le chat soit noir ou gris, pourvu qu'il mange des souris".
Ainsi pour tous les Libanais de toutes tendances politiques ou culturelles, que ce soit le Hezbollah iranien ou Israél, pourvu que cela se passe loin très loin de nos frontières.

Antoine Sabbagha

Tension artificielle pour tâter le pouls des forces régionales .

Gros Gnon

"Damas”, le Hezbollah, et le régime Sioniste ont tous les trois BESOIN de guerres pour survivre politiquement. Pauvres de nous...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE CHAT ET LA SOURIS !

Le Faucon Pèlerin

Syrie, Liban, Israél... le Triangle des Bermudes. Les avions israéliens,venant du Liban, bombardent en Syrie. Ce combat aérien s'appelle en libanais : "Des corbeaux qui se battent sur le "kechk" des voisins." (T'étlou el-ghorban aala "kechk" el-jiran).
10.000 fois Merci, mon Dieu, que personne n'ait employé des barils de sarin.
A tous ces gens-là, nous souhaitons le bonheur mais très loin de nous.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.