X

Liban

Pour Lieberman, l’armée libanaise « est devenue partie intégrante du Hezbollah »

Liban-Israël

Une source autorisée au sein de l'armée minimise les allégations du ministre israélien de la Défense et assure qu'il n'y a pas de coordination avec le parti chiite.

11/10/2017

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a estimé hier que l'armée libanaise « est devenue partie intégrante du Hezbollah ». Il a prévenu que dans le cas d'une nouvelle guerre à la frontière nord d'Israël, son pays ferait face à « un seul front » englobant le Liban et la Syrie. Des propos, cités par un communiqué, dont l'impact a été minimisé par une source autorisée au sein de l'armée libanaise qui assure qu'aucune coordination militaire n'est établie avec le Hezbollah.

« Lors de la prochaine guerre au nord du pays, le Liban ne constituera pas le seul front. Il n'y a désormais plus qu'un seul front nord composé du Liban, de la Syrie, du Hezbollah, du régime de Bachar el-Assad et de tous ceux qui aident son régime », a affirmé M. Lieberman qui s'exprimait devant les troupes israéliennes hier à Tel-Aviv. L'armée libanaise a perdu « son indépendance et est devenue une partie intégrante du Hezbollah, qui lui donne ses ordres », a-t-il ajouté.

Contactée par L'Orient-Le Jour, une source autorisée au sein de l'armée a indiqué qu' « il n'y a aucune coordination militaire entre l'armée libanaise et le Hezbollah ». « Certes, nous avons bénéficié du fait que le Hezbollah a nettoyé la partie syrienne qui faisait face au jurd de Qaa et de Ras Baalbeck en août dernier, mais l'armée a prouvé qu'elle était capable de mener ses batailles toute seule et qu'elle n'avait besoin de l'aide de personne », a déclaré le responsable. Les propos israéliens concernant l'armée auraient pour but, selon le responsable interrogé, « de discréditer la troupe au niveau international afin de porter un coup aux aides qui lui sont prodiguées ». « Israël ne veut pas que notre armée soit forte, cela ne lui convient pas. Il veut que le Hezbollah continue d'être puissant afin d'avoir toujours un prétexte pour mener sa politique actuelle », a-t-il ajouté.

Une menace continue
Concernant les préparatifs israéliens à une guerre éventuelle, le responsable souligne que les menaces israéliennes ne sont pas nouvelles. « Israël est un vieil ennemi dont nous connaissons les jeux et les tactiques. Il y a une menace continue de sa part. Mais, si jamais il y a une nouvelle guerre, ce sont les institutions libanaises, dont l'armée, qui seront les premières à être touchées, et pas le Hezbollah. Israël tient l'État et l'armée pour responsables car le Hezbollah fait partie intégrante de la vie politique libanaise. Son but sera de mettre l'État à genoux », a-t-il dit.

Le ministre israélien de la Défense a, par ailleurs, évoqué le scénario d'un affrontement simultané dans le nord et dans le sud d'Israël, avec, d'une part, le Hezbollah, et, d'autre part, le Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza. « La bataille se déroulera sur les fronts Nord et Sud. Il n'y a plus de guerre sur un seul front, c'est notre hypothèse de base et c'est ce à quoi notre armée se prépare », a dit M. Lieberman. « Tous nos efforts vont dans le sens d'empêcher une prochaine guerre. Mais la situation actuelle est fragile. Cela pourrait arriver d'un instant à l'autre, entre aujourd'hui et demain », a-t-il conclu.

 

Pour mémoire

Nasrallah : « L'Arabie saoudite représente, avec Israël, un véritable danger pour la région »

Lieberman : Assad est "sorti vainqueur" de la guerre en Syrie

Israël accuse le Hezbollah de multiplier les postes d'observation à la frontière

Netanyahu à Guterres : "Le problème le plus urgent" auquel Israël fait face, c'est le Hezbollah

Nasrallah : Si Israël déclare une guerre, des dizaines de milliers de combattants interviendront

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Des Kim Jong-un et des Avigdor Liberman, il y en a beaucoup chez nous, en Perse et dans les pays dits arabes. A tous ce monde-là, je dis inlassablement que le Liban ne veut plus que les guerres des autres se déroulent sur son territoire. Ils veulent en découdre avec l'Etat hébreux, il y le Golan syrien aux deux tiers sont devenus israéliens, il y a la frontière de Jordanie, le frontière de Gaza, il y a la frontière égyptienne, il a la mer,et il y a les airs.
Je leur dis du fond de mon coeur : Que Dieu vous comble de bonheur et vous éloigne de nous. (Allah yes'edkom wa yeb'edkom aanna).

gaby sioufi

le liban a toujours voulu la chose et son contraire, le beurre et l'argent du beurre il a consequemment paye excessivement cher cette politique , et a plusieurs reprises deja.
que repondre aux israeliens?
notre ministre de la guerre l'a fait , en les menacant de ses foudres.
voila qui va les tenir cois .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES GAFFES ET LES DECLARATIONS IRRESPONSABLES DONNENT LE DROIT AUX AUTRES DE TIRER LEURS CONCLUSIONS !

Yves Prevost

"le Hezbollah fait partie intégrante de la vie politique libanaise", et c'est bien là le problème. Admettre au parlement et au gouvernement des représentants d'une milice illégale, voilà l’aberration! Laquelle, en cas de guerre avec Israël, risque de coûter cher au pays tout entier.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Affaire des tunnels : en attendant le rapport de la Finul...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Maman a (rarement) tort

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué