La Dernière

Le suicide ? Parlons-en...

Beyrouth Insight

Une campagne nationale de prévention qui a démarré le 7 septembre, une marche symbolique le 10 septembre, un dîner de gala pour réunir des fonds le mardi 12 au Phoenicia et le lancement d'une « helpline ». Pour sa quatrième année, l'ONG Embrace poursuit son action pour que le suicide au Liban ne soit plus un sujet tabou.

14/09/2017

Embrace. C'est un geste d'abandon, un contact qui rassure. Un témoignage d'amitié qui se veut rassurant. C'est également le nom très approprié qui a été choisi, en 2013, pour baptiser l'ONG qui venait de voir le jour.
Quatre ans plus tard, l'association aujourd'hui indépendante de l'AUBMC continue d'œuvrer pour tenter de prévenir les suicides, rassurer les personnes vulnérables, expliquer aux familles que ce fléau n'est pas une fatalité et venir en aide aux personnes souffrant de maladies mentales. Le Dr Ziad Nahas, qui vient de quitter son poste de chef du service de psychiatrie à l'Université américaine de Beyrouth pour de nouvelles aventures dans la recherche, est l'un des fondateurs et président de Embrace Fund. Avec cette même énergie calme et une impatience enrobée de... patience, entouré d'une équipe dynamique et motivée, il a réussi à faire bouger les choses et, déjà, faire prendre conscience de l'importance de la prévention. « Nous avons voulu cette année encourager les personnes en souffrance à s'exprimer. Les aider à mettre des mots sur leur douleur et les rassurer. Plus encore, offrir un service concret avec le Embrace Life Line pour prévenir le suicide. » Ce réseau de support, qui n'existait pas au Liban et au Moyen-Orient , se fait en collaboration avec le programme de santé mentale du ministère de la Santé.

 

(Pour mémoire : Embrace aux premières loges pour la prévention du suicide)

 

Les mots pour le dire
Après « Fekko el-e3dé, Akid Ra7 Fi2 » (je vais sûrement me réveiller), le thème de cette campagne porte le slogan de « El-Hakké Bi Tawil el-Omor ». Elle sera lancée dans les médias et sur les réseaux sociaux sous forme de messages d'amour et d'espoir. « À l'occasion du lancement de la helpline, qui sera effective le 1er octobre, nous avons voulu briser les tabous et le mutisme qui entourent le suicide, spécialement dans notre société machiste », explique Nada Abi Saleh, directrice de l'agence Leo Burnett Beirut, derrière la campagne.
« Depuis le début du mois de septembre, nous avons demandé au public de poster sa propre phrase d'encouragement, qui sera utilisée comme un message d'espoir, accompagnée d'un visuel : une ligne plate, qui exprime la mort, face à une ligne qui « vibre » et exprime la vie, au son de ces mots. » Durant cette campagne qui se fera en plusieurs temps, des personnalités, artistes, comédiens, parmi lesquels Hamed Sinno et Georges Khabbaz, viendront livrer leurs témoignages.

« Notre objectif est d'encourager le geste de prendre le téléphone et de s'adresser à une personne qualifiée », souligne le Dr Nahas. « Tous les trois jours, une personne se suicide au Liban, rappelle-t-il. Et pour chaque suicide, il y a 10 à 20 tentatives. En parler pourrait être le début d'une solution. Nous ne sommes pas interventionnistes, notre action se limite à l'écoute et à diriger les personnes vers des centres de traitement, si cela est nécessaire. À trouver enfin les mots justes pour guider la personne à l'autre bout du fil. » Ainsi, Embrace, qui fait à présent partie du réseau international « Befrienders International », a invité l'un des plus grands experts dans le domaine, Brian Mishara, directeur du Centre de recherche et d'intervention sur le suicide et l'euthanasie (Crise), à établir des chartes et des procédés de travail ; donner aux volontaires qui seront en charge de la Embrace Lifeline une formation, une méthode à suivre qui comprend la manière d'aborder la personne au bout du fil, de maîtriser « l'escalade », de répondre et peut-être de trouver une solution autre que le suicide.

 

(Pour mémoire : II - Embrace brise le silence et les tabous dans sa lutte contre le suicide)

 

Une minute de silence
Dans le cadre de cette campagne, et comme à chaque édition, l'ONG Embrace a invité les personnes touchées par ce fléau à une marche aux chandelles, « Into the Dawn Walk », qui a eu lieu dimanche dernier à 5 heures, près de la Grotte aux pigeons. Un moment d'émotion, chargé de symboles, qui permet de se souvenir d'une personne perdue et surtout d'en parler. Un dîner de gala a également eu lieu le 12, à l'hôtel Phoenicia, sous le signe de la fameuse émission Dancing with the Stars, Embracing the Stars, animé par Wissam Breidy et en présence de Sandra Abbas, Mike Poladian, Assadour Euredjian, Jimmy Kantar, Chloé Hourani, Zeina Assaf et Manel Mallat.

Mission (presque) accomplie pour Ziad Nahas, qui s'envole pour le Minnesota après 6 années passées à la tête du département du service de psychiatrie de l'AUBMC. Il s'y consacrera à sa première passion, la neuromodulation clinique et toutes les recherches qu'elle engage.

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La reconstruction de la Syrie et les clivages politiques internes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.