À La Une

Avant-première de L'Insulte, de Ziad Doueiri : Quand la culture obtient gain de cause

Cinéma
C.K. | OLJ
13/09/2017

« Full house » hier dans les quatre salles de Cinemacity Beirut Souks où avait lieu l'avant-première du film de Ziad Doueiri L'Insulte. Après le mauvais accueil accordé au cinéaste dans son pays, tout semblait oublié et balayé hier soir. À condition d'omettre la présence assez conséquente de représentants des services d'ordre qui rappelait les nuages de ces deux derniers jours, à savoir la convocation du réalisateur devant le tribunal militaire de Beyrouth.
Mais au bout du compte, l'art dépasse toute limite et toute contrainte. Il est triomphateur. Hommes politiques, notamment Nadim Gemayel, Michel Moawad ou encore le ministre des Affaires sociales, Pierre Abou Assi, mais aussi hommes du milieu cinématographique entre réalisateurs et acteurs, gens de la presse... ils étaient nombreux à venir appuyer et soutenir Ziad Doueiri, qui a bénéficié d'un non lieu lundi, après avoir été interrogé au sujet de son déplacement en Israël, il y a 5 ans, lors du tournage de son précédent film, L'Attentat.
Hier soir, sur le tapis rouge, le producteur Antoun Sehnaoui accueillait les invités alors que tout le casting encadrait le réalisateur. De Adel Karam à Kamel el-Bacha, lauréat ce week-end de la coupe Volpi à Venise pour la meilleure interprétation masculine, en passant par Diamand Abou Abboud, Rita Hayek, Camille Salamé ou Julia Kassar, la culture a eu gain de cause. Après le mot de Frédéric Domont, directeur général de la boîte de production Ezéchiel qui a présenté le film « comme une invitation à la détente mais aussi au débat », Ziad Doueiri a pris la parole pour remercier son extraordinaire casting. « C'est l'expérience la plus fabuleuse que j'ai vécue », a-t-il dit, avant de poursuivre: « Attention de croire que ce qui s'est passé est une publicité pour le film. L'Insulte n'a pas besoin de publicité négative de la sorte. Il parle de lui-même. » Le film sera en salles à partir de jeudi.

 

 

 

 

Lire aussi

L'insulte (faite aux Libanais), l'édito de Ziyad Makhoul

Ziad Doueiri à « L'OLJ » : Le Liban vous donne beaucoup de déceptions, mais en même temps beaucoup d'espoir

L'affaire Doueiri, une tentative d'intimidation perdante... et perdue

"Les lois régissant les contacts entre Libanais et Israéliens sont problématiques à plusieurs niveaux"

La Mostra de Venise récompense Kamel el-Bacha pour son rôle dans L'Insulte de Ziad Doueiri

Le Liban présente le film « L'Insulte » de Ziad Doueiri aux Oscars 2018

Tout ce qui brille est Diaman(t)d

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DECUS LES DETRACTEURS !

Sarkis Serge Tateossian

Bonne chance un réalisateur courageux, talentueux et qui a des idées.

NAUFAL SORAYA

Magnifique!!!!

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.