X

À La Une

Téhéran menace de revenir à l'uranium hautement enrichi si Washington quitte l'accord nucléaire

Diplomatie

"Si les Etats-Unis décident de quitter l'accord, cela se retournera contre eux notamment en ce qui concerne leurs efforts pour freiner le développement des programmes balistiques et nucléaires nord-coréens", avertit le chef de l'OIEA.

OLJ/AFP
22/08/2017

L'Iran pourrait reprendre rapidement sa production d'uranium hautement enrichi si les Etats-Unis quittaient l'accord nucléaire, a averti mardi le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA).

"Si nous prenons la décision, nous pouvons commencer dans cinq jours un enrichissement de 20% (dans la centrale nucléaire de) Fordo", a affirmé Ali Akbar Salehi à la télévision d'Etat Irib. "Bien entendu, nous ne voudrions pas que cela arrive car nous avons fait beaucoup d'efforts pour aboutir à l'accord nucléaire", a-t-il ajouté. "Notre plus grande priorité est de maintenir l'accord mais bien sûr pas à n'importe quel prix".

Conclu en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances, cet accord prévoit une levée progressive et conditionnelle des sanctions internationales en échange de garanties que l'Iran limite son programme nucléaire à des usages civils et ne se dotera pas de l'arme atomique.

Hautement enrichi, l'uranium peut servir à fabriquer la bombe atomique. Faiblement enrichi, il sert de combustible aux centrales pour produire de l'électricité. Malgré ses démentis, l'Iran a été accusé de chercher à se doter de l'arme nucléaire.

Le président américain Donald Trump, hostile à cet accord négocié sous la houlette de son prédécesseur démocrate Barack Obama, a menacé à plusieurs reprises de déchirer le texte. Il a également imposé récemment une série de sanctions juridiques et financières à l'Iran, non liées aux activités nucléaires.

Téhéran avait déjà menacé la semaine dernière de quitter très rapidement l'accord nucléaire si les Etats-Unis continuaient leur "politique de sanctions".

 


Mais pour M. Salehi, si les Etats-Unis décident de quitter l'accord, cela se retournera contre eux notamment en ce qui concerne leurs efforts pour freiner le développement des programmes balistiques et nucléaires nord-coréens.
"S'ils renoncent à l'accord nucléaire, la Corée du Nord va dire qu'ils ne respectent pas leurs engagements. La crédibilité des Etats-Unis s'effondrera", a-t-il déclaré.

Dans un rapport trimestriel rendu public en juin 2017, l'Agence nucléaire de l'ONU a affirmé que l'Iran respectait bien ses engagements dans le dossier nucléaire. Téhéran n'a pas enrichi d'uranium à des degrés prohibés, ni constitué de stocks illégaux d'uranium faiblement enrichi ou d'eau lourde.

 

 

Repère
L'accord historique sur le nucléaire iranien de 2015

 

Lire aussi
« Attaquer l’Iran de front ne sert qu’à l’unifier »

Accord sur le nucléaire iranien : où en est-on ?

Les Américains veulent pousser l'Iran à la faute

L'Iran accuse Washington de violer l'accord nucléaire

Pourquoi les Américains considèrent-ils l'Iran comme la source du terrorisme ?

Entre l'Iran et les Etats-Unis, près de 40 ans de relations conflictuelles

Fragilisé, l'accord sur le nucléaire tient toujours

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS EUX... ILS NE VEULENT OU N,OSENT PAS QUITTER L,ACCORD !

AIGLEPERçANT

On commence même à plaindre ses amerlocks humaines a la tête de qui se demène un clown, tellement ils ne savent plus où donner la tête avec les différentes baffes qu'ils se reçoivent.

Et avec des armes de destructions massives entre leurs mains en plus .
Pauvre petite puissance malmenée et prise en otage .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants