X

Moyen Orient et Monde

Les Américains veulent pousser l’Iran à la faute

Décryptage

L'hypothèse d'une remise en question de l'accord nucléaire semble inenvisageable.

04/08/2017

La tension monte entre l'Iran et les États-Unis. Téhéran a considéré, hier, que l'accord nucléaire conclu en 2015 avec les grandes puissances (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) avait été « violé » avec l'adoption par le Congrès de nouvelles sanctions économiques contre la République islamique, mercredi.

D'après la télévision iranienne, le gouvernement a fait savoir, par l'intermédiaire du ministre des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, qu'il « réagirait en conséquence, de manière appropriée » au vote américain. Il a ajouté que la haute commission chargée de surveiller l'application de l'accord nucléaire, dans laquelle siège le président Hassan Rohani, « a adopté 16 mesures (...) qui comprennent une série de réactions contre l'action des États-Unis » sans en préciser la teneur.
« Les Américains sont transparents sur leur volonté de pousser l'Iran à la faute, commente Thierry Coville, spécialiste de l'Iran et chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS). Les experts internationaux se rejoignent pour dire que le pays respecte ses engagements pris lors de la signature de l'accord nucléaire en 2015. »

 

(Lire aussi : Pourquoi les Américains considèrent-ils l’Iran comme la source du terrorisme ?)

 

« Le ciblage des Pasdaran n'est pas nouveau chez les Américains »
Le Parlement iranien a commencé l'examen d'un projet de loi visant à renforcer le programme balistique national et le corps des gardiens de la révolution. Ces derniers constituent une organisation paramilitaire directement dépendante du guide de la révolution, Ali Khamenei. L'Iran accuse les États-Unis d'avoir directement visé ces forces lors de l'adoption des sanctions.
« Le ciblage des Pasdaran n'est pas nouveau chez les Américains », commente Thierry Coville. Selon le chercheur, Washington poursuit un double objectif : « Ces forces interviennent sur tous les théâtres d'opérations extérieurs, précise-t-il. À travers eux, c'est l'ensemble des opérations menées par l'Iran au Moyen-Orient que le Congrès cherche à sanctionner. De plus, ils représentent une force économique dont la déstabilisation pourrait nuire à l'ensemble du pays. »

 

(Repère : Entre l'Iran et les Etats-Unis, près de 40 ans de relations conflictuelles)

 

L'hypothèse d'une remise en question de l'accord nucléaire semble cependant inenvisageable. « Cela contraindrait l'Iran à retrouver sa situation diplomatique d'avant 2015, souligne Thierry Coville. Le pays ne peut plus rompre ses relations avec les Européens. De plus, une telle décision serait économiquement mauvaise. » La signature de l'accord avait notamment permis la levée de l'embargo pétrolier contre l'Iran, qui n'exportait alors que 50 % de ses réserves.

L'Union européenne a estimé, hier, que les sanctions américaines ne contrevenaient pas à l'accord signé avec l'Iran. « À ce stade, nous considérons que toutes les parties ont mis en œuvre leurs engagements découlant de l'accord », a déclaré l'une des porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Cette dernière doit d'ailleurs se rendre à Téhéran, demain, pour assister à la prestation de serment du président iranien Hassan Rohani. Réélu en mai, il a officiellement pris ses fonctions hier.

 

Lire aussi 

L'Iran ripostera aux sanctions américaines, avertit Rohani

L'Iran dit poursuivre son programme balistique, condamne les nouvelles sanctions américaines 

Accord sur le nucléaire iranien : où en est-on ?

Deux ans après, les ailes de Téhéran au M-O sont encore intactes

Lire aussi à la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE CHAPEAU DU PRESIDENT ROHANI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.