X

À La Une

L'Iran accuse Washington de violer l'accord nucléaire

Diplomatie

Le président Rohani prend ses fonctions.

OLJ/AFP
03/08/2017

L'Iran a dénoncé jeudi les nouvelles sanctions américaines comme une "violation" de l'accord nucléaire et menacé les Etats-Unis de représailles, le jour de la prise de fonctions du président Hassan Rohani qui entame sous pression son second mandat.

Lors d'une cérémonie officielle, le guide suprême Ali Khamenei a "approuvé" l'élection en mai de M. Rohani, étape formelle et nécessaire pour le début du second et dernier mandat du président modéré qui prêtera serment samedi devant le Parlement.
Malgré son élection triomphale, M. Rohani est critiqué à l'intérieur du pays, les conservateurs lui reprochant d'avoir fait trop de concessions aux grandes puissances et de ne pas avoir écouté leurs mises en garde contre les Etats-Unis, ennemi juré de l'Iran.

Conclu en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne), l'accord nucléaire prévoit que l'Iran limite son programme nucléaire à des usages civils en échange de la levée progressive des sanctions internationales.

Contrairement à la précédente administration américaine de Barack Obama, celle de Donald Trump a adopté une attitude hostile à l'Iran et a vivement critiqué l'accord nucléaire.
Elle a ainsi imposé de nouvelles sanctions contre l'Iran, qui concernent les Gardiens de la révolution, le programme balistique de Téhéran, la situation des droits de l'Homme et le soutien iranien à des groupes tel le Hezbollah libanais considéré comme "terroriste" par les Etats-Unis.

"Nous considérons que l'accord nucléaire a été violé et allons réagir de manière appropriée", a déclaré Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères, dont le pays n'entretient plus de relations diplomatiques avec les Etats-Unis depuis 1980.

 

 (Lire aussi : Pourquoi les Américains considèrent-ils l’Iran comme la source du terrorisme ?)



'Coïncidence malheureuse'
"L'objectif principal de la loi américaine est de faire peur aux grandes compagnies et d'empêcher qu'elles coopèrent avec l'Iran. Mais nous constatons que la politique des pays européens va à l'encontre de cela", a ajouté M. Araghchi.

Fin juillet, après la Chambre des représentants, le Sénat américain a adopté à la quasi-unanimité un projet de loi pour imposer des sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord. La loi des sanctions a été promulguée mercredi par Donald Trump.

La haute commission iranienne pour surveiller l'application de l'accord nucléaire, qui comprend M. Rohani, "a adopté 16 mesures contre l'action des Etats-Unis", a dit M. Araghchi sans détailler ces "mesures".
Le Parlement iranien examine un projet de loi visant à renforcer le programme balistique de l'Iran et la force Qods des Gardiens de la révolution, armée d'élite du régime, "pour lutter contre les actions de Washington". Il devrait l'adopter bientôt.
"C'est une coïncidence malheureuse", a déclaré Ellie Geranmayeh, analyste à l'European Council on Foreign Relations, en évoquant la promulgation de la loi des sanctions et la prise de fonctions de M. Rohani.
"Ce qui sera absolument essentiel, c'est la façon dont les Européens vont réagir", a-t-elle ajouté en mettant en avant le développement des liens commerciaux entre l'Iran et les pays européens depuis l'accord nucléaire.

 

(Repère : Entre l'Iran et les Etats-Unis, près de 40 ans de relations conflictuelles)



'Plus fort qu'avant'
Les Européens ont exprimé leur inquiétude sur le programme de missiles de l'Iran, et l'ont maintes fois invité à ne pas mener d'essais de missiles.
Jeudi, le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères à Paris a estimé que la poursuite du programme de missiles "entre en contradiction avec la résolution 2231 du Conseil de sécurité" qui a entériné l'accord nucléaire.

Pour sa part, l'Union européenne a estimé que "toutes les parties" respectaient l'accord sur le nucléaire, après les sanctions américaines.
Lors de la cérémonie d'investiture, M. Rohani a affirmé que son pays qui peine à sortir de plusieurs années de sanctions, "n'acceptera jamais l'isolement".
"L'accord nucléaire est le signe de la bonne volonté de l'Iran au niveau international pour l'entente" avec le reste du monde, a-t-il dit.

L'ayatollah Khamenei, décideur ultime dans les principaux dossiers iraniens, a lui appelé M. Rohani à "s'occuper des problèmes des gens" et à "résister avec force face aux dominateurs" en particulier "le gouvernement américain" qualifié d'"agressif et effronté".
"Aujourd'hui, l'Iran est plus fort qu'avant malgré toutes les sanctions et les hostilités", a-t-il proclamé.
Sur le plan intérieur, M. Rohani a dit "tendre la main vers tous ceux qui veulent la grandeur du pays".

Outre les attaques du camp conservateur, M. Rohani est critiqué par les réformateurs qui lui reprochent de ne pas leur avoir accordé suffisamment de place dans son gouvernement qu'il doit présenter samedi au Parlement.

 

Lire aussi 

L'Iran ripostera aux sanctions américaines, avertit Rohani

L'Iran dit poursuivre son programme balistique, condamne les nouvelles sanctions américaines 

Accord sur le nucléaire iranien : où en est-on ?

Deux ans après, les ailes de Téhéran au M-O sont encore intactes

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

PRÊT TENSION.

De toute façon il faut être idiot fou et complétement shtarbé pour faire confiance aux amerlocks humaines .

Les kurdes commencent à se poser des questions quand ils ont vu comment ces amerlocks ont jeté leurs alliés syriens !

Bery tus

Et nous les arabes nous vous accusons de chercher à mettre ceux la en guerre entre eux, nous vous accusons aussi de chercher à federer des états indépendant envers le waliyat el fakih.... tout comme votre représentant au Liban l'affirmait il y a 30 ans (on sait tous qui c'est, d'ailleurs il y a une vidéo qui est entrain de passer sur les réseaux sociaux) .... nous vous accusons aussi de fomenter des guerres un peu partout dans les pays arabes

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN FAIT L,ACCORD NUCLEAIRE N,EST PAS ASSEZ EXPLICITE SUR LE DEVELOPPEMENT DES MOYENS DE LANCEMENT D,OGIVES NUCLEAIRES... D,OU IL FAUT LE REVOIR !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants