X

Moyen Orient et Monde

Fragilisé, l’accord sur le nucléaire tient toujours

Iran / Sanctions US
OLJ/Michel MOUTOT/AFP
09/08/2017

Les nouvelles sanctions américaines contre l'Iran ne menacent pas à court terme l'accord sur le programme nucléaire iranien, mais nuisent au climat de coopération internationale et renforcent les camps des ultras à Téhéran comme à Washington, estiment experts et officiels.

En promulguant, début août, un projet de sanctions économiques contre l'Iran, le président Donald Trump a voulu marquer un nouveau durcissement des relations tendues depuis 37 ans entre Washington et Téhéran, même s'il n'a pas pour l'instant formellement remis en cause l'accord sur le nucléaire, qu'il promettait pourtant de « déchirer » avant son élection. Ces nouvelles sanctions visent dix-huit personnes et entités liées au programme iranien de missiles balistiques et au corps des gardiens de la révolution.

« Elles sont destinées à augmenter l'incertitude sur les marchés, pour que l'Iran considère que respecter l'accord ne lui rapporte rien », confie Ali Vaez, spécialiste de l'Iran à l'International Crisis Group. L'expert poursuit : « En l'absence d'une claire stratégie iranienne, le but de l'administration Trump semble être de minimiser les dividendes que l'Iran peut tirer de l'accord de Vienne et de maximiser les raisons pour lesquelles Téhéran pourrait être tenté d'en sortir le premier. »

Pour Thierry Coville, spécialiste de l'Iran à l'IRIS, « l'accord lui-même n'est pas pour l'instant menacé, mais on peut estimer que ces nouvelles sanctions américaines violent l'esprit de l'accord. L'Iran s'est engagé à diminuer considérablement son programme d'enrichissement de l'uranium pour le mettre à un niveau civil, ce qu'il a fait, la carotte étant l'arrêt des sanctions votées contre le programme nucléaire iranien ». « Du côté iranien, il y a une logique qui consiste à dire : "On fait ce qui nous a été demandé, mais du côté américain on rajoute de nouvelles sanctions en disant que ce n'est pas lié au nucléaire". C'est pour cela que les durs du régime iranien disent (au président) Rohani : "Vous vous faites rouler dans la farine. Vous avez mené votre politique du sourire, comme ils disent, regardez le résultat. Les Américains se moquent de nous" », ajoute l'expert.

 

(Lire aussi : Accord sur le nucléaire iranien : où en est-on ?)

 

Pas d'alternative
Pour le principal négociateur de Téhéran sur la question nucléaire, Abbas Araqchi, les États-Unis « font preuve de mauvaise volonté en essayant de saboter la situation, d'empoisonner l'atmosphère internationale ».

Côté européen, on insiste sur l'importance historique de l'accord signé à Vienne en juillet 2015, qui doit être préservé, et sur le fait que, pour l'instant, six rapports successifs de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) ont assuré que Téhéran en respectait les termes. « Il n'y a aucune alternative crédible à l'accord de Vienne et la France ne souhaite pas qu'il soit renégocié », avait ainsi récemment assuré le ministère français des Affaires étrangères. « L'unité entre Européens et Américains a toujours permis de résoudre les difficultés de mise en œuvre de l'accord. Elle doit être préservée », avait ajouté le Quai d'Orsay.

Mais, côté américain, on estime que l'accord de Vienne fait partie d'un tout visant à pousser Téhéran à devenir « un bon voisin ». « La question de l'Iran ne commence pas et ne s'achève pas avec l'accord sur le nucléaire », avait ainsi récemment déclaré le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson. « Cet accord ne concernait qu'une petite partie des menaces iraniennes, son programme nucléaire. Or cet accord a ignoré toutes les autres activités iraniennes de déstabilisation de la région », avait-il ajouté, en référence au programme balistique (que Téhéran assure être spatial et civil), au soutien de l'Iran au Hezbollah ainsi qu'à son rôle en Syrie et au Yémen. « L'Iran n'a pas été un bon voisin dans la région, il n'a pas mis fin à son programme balistique. Donc, l'esprit de l'accord (de Vienne) a été violé », avait conclu M. Tillerson.

Ce sont ces autres activités iraniennes que Washington entend continuer à pouvoir punir par des sanctions, tout en réévaluant périodiquement sa position par rapport à l'accord de Vienne. La prochaine échéance de cette certification est prévue à la mi-octobre. Pour Thierry Coville, « les durs Américains, qui constituent la base électorale du président Trump, rejoignent en cela les durs à Téhéran. Ils sont contre l'accord. Si vous leur dites : "L'Iran est un danger", ils le croient. Ils en sont toujours à l'Iran de l'affaire des otages de l'ambassade américaine, l'Iran des séries télé américaines. La politique de Trump est basée là-dessus, malheureusement ».

 

 

Lire aussi
Les Américains veulent pousser l'Iran à la faute

L'Iran accuse Washington de violer l'accord nucléaire

Pourquoi les Américains considèrent-ils l'Iran comme la source du terrorisme ?

Entre l'Iran et les Etats-Unis, près de 40 ans de relations conflictuelles

Lire aussi à la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.