Liban

L’offensive militaire à Ersal : un pari raté pour le Hezbollah ?

Éclairage
04/08/2017

En dépit de son issue positive, puisqu'elle a permis de refouler les jihadistes de Fateh el-Cham (ex al-Nosra) en Syrie, l'opération militaire du Hezbollah dans le jurd de Ersal n'a pas eu et n'aura pas le retentissement espéré par la formation chiite. Elle ne pourra sûrement pas renflouer le triptyque « peuple-armée-résistance » si cher au cœur des responsables du parti de Hassan Nasrallah.

Ce constat a été fait par des personnalités politiques chrétiennes qui reconnaissent pourtant que les Libanais ne peuvent que se féliciter de tout ce qui peut nettoyer leur pays de la présence de terroristes. Ils relèvent cependant dans le même temps les retombées négatives de cette opération. La plus importante à leurs yeux est que face à la montée de la puissance du Hezbollah, que reflète sa victoire expresse contre Fateh el-Cham, c'est la force du pouvoir central qui en a pris un coup. Ces personnalités mettent ainsi en relief les nombreuses interrogations que l'opération de Ersal continue de susciter : Qu'est-ce qui a motivé son timing? Pourquoi le Hezb a-t-il lancé son offensive contre les terroristes retranchés dans le jurd de Ersal et pas contre ceux qui occupent le jurd de Qaa et Ras Baalbeck, laissant à l'armée de soin de les refouler en Syrie? Pourquoi le Hezbollah a-t-il accepté de s'engager dans des négociations avec Fateh el-Cham après avoir annoncé qu'il en refusait le principe même ? Comment a-t-il permis à 116 miliciens et à leur chef, Abou Malek el-Tallé, de se retirer avec leur argent et leurs armes, alors qu'ils sont accusés d'avoir tué des militaires et des civils libanais, d'avoir organisé des attentats et planifié d'autres ?

 

(Lire aussi : Cinq combattants du Hezbollah libérés, 8 000 jihadistes et civils syriens en route pour Idleb)

 

Pour ces personnalités, c'est l'armée libanaise qui aurait dû programmer la bataille des jurds, laquelle était supposée nettoyer d'un même coup toute la frontière de la présence de terroristes, suivant son propre agenda et son propre timing et non pas en fonction d'un agenda et d'un timing extérieur, en l'occurrence iranien. D'ailleurs, le chef du gouvernement, Saad Hariri, avait lui-même affirmé, à l'époque où des rumeurs circulaient encore sur une opération militaire à Ersal, que l'armée allait mener « une offensive programmée ». Quelques jours plus tard, l'offensive était lancée par le Hezbollah.
Celui-ci considère que sa victoire à Ersal est nationale et est celle de tous les Libanais alors qu'en fait, il cherche à en tirer profit pour l'exploiter politiquement au double plan interne et externe. Au plan interne, cette bataille lui a permis de reprendre le triptyque « peuple-armée-résistance » – qui a récemment agrémenté les discours de tous ses responsables – parce qu'il considère que c'est grâce à la combinaison des trois qu'il a réussi à chasser les jihadistes de Fateh el-Cham des hauteurs de Ersal. Or ce triptyque est tombé définitivement, à partir du moment où le Hezb a décidé de s'engager dans la guerre en Syrie, sans le consentement de l'État et sans l'appui du peuple.

 

(Lire aussi : Machnouk : L'armée aurait pu mener la bataille du jurd de Ersal si le feu vert politique lui avait été donné)

 

Au plan externe, le parti de Hassan Nasrallah croit pouvoir se hisser au rang du camp qui mène la guerre face au terrorisme. Dans les milieux politiques chrétiens, on assure toutefois que la bataille de Ersal ne permettra pas au Hezbollah d'accroître sa popularité et ne changera pas le regard que le monde extérieur porte sur lui. Son nom ne sera pas rayé de la liste des organisations terroristes et les États-unis ne modifieront pas les sanctions économiques le visant. À ce propos, un responsable arabe, cité par un homme politique libanais, a commenté en ces termes la bataille de Ersal: « Nous sommes partenaires d'une stratégie contre le terrorisme représenté par Daech (État islamique), al-Nosra (Fateh el-Cham) et contre l'Iran et le Hezbollah. »

Le monde occidental souhaite que les capacités de l'État et plus particulièrement l'armée soient renforcées. Il estime qu'il appartient aux forces régulières, seules, de libérer la terre, de la nettoyer des terroristes et de combattre le terrorisme. C'est ce discours que le président américain, Donald Trump, a tenu devant le Premier ministre, Saad Hariri, durant sa récente visite à Washington.

 

Lire aussi

Ersal, une « victoire libanaise globale », affirme Berry

Gemayel adresse une question écrite au gouvernement sur le « marché » de Ersal

Le moral de la fable, l'édito de Issa GORAIEB

Jurd de Ersal : Abou Malek al-Tallé livre sa version de l'accord avec le Hezbollah

Entre réfugiés palestiniens et déplacés syriens, quelle différence pour le Liban ?

 

Reportage

En "tournée" avec le Hezbollah dans le jurd de Ersal

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Les attentats vont commencer comme en 2005, le Hezbollah et Bachar et Assad sont des criminels....

Fredy Hakim

Un paris raté pour le Hezbollah et une grande victoire pour le 14 Mars?

Georges MELKI

Il faut se rendre à l'évidence: ce que le "Guide Suprême" décide de faire au Liban, il le fait....Inutile de se donner du mauvais sang! On se demande s'il ne faudrait pas entonner tous ensemble avec Philémon Wehbé: sanferlo 3assanferien!

Chady

M. P.a.a, les faits sont les faits, que l'interieur ou l'exterieur les acceptent ou pas, les reconnaissent ou pas, le Hezb sen bat les steaks. Arretez de pleurnichez, rejouissez vous que la terre fut liberer, tout le monde sait que le Hezbollah avait l'accord tacite de toutes les parties concernées au Liban, arretez de nous raconter des salades. Merci

Bery tus

une analyse qui tiens la route, heureusement qu'au moins cette mini gue-guerre a permis de rapatrier nos freres emprisonner ..

Une question: hariri avait affirmer que l'armee allait attaquer ces jihadistes .... PQ LE HEZB 2 JOURS APRES CETTE DECLARATION LES ATTAQUER AVANT L'ARMEE !?!?!

Amère Ri(s)que et péril.

Beaucoup de wishfull thinking à des questions déjà posées cette semaine , innovez mr p.a-a .

Alors ça passe comme ça , pour espérer être publié ?

Honneur et Patrie

Le triptyque en bois de chauffage, concerne qui et quoi ? Concerne-t-il le Liban, l'Iran, la Syrie, le Yemen, l'Iraq, le Qatar, Israél ou la Corée-du-Nord ?
Rappelons-nous de la caricature de Stavro, montrant le sinistre Yasser Arafat, dans un cercueil levant ses doigts en V.

Irene Said

Le Hezbollah peut reprendre tous les "triptyques" qu'il juge bons, ça ne lui sert plus à grand'chose, sauf à faire bêler ses troupeaux de moutons-suiveurs.

Et notre soi-disant "Etat libanais" continue de laisser faire...pourquoi ?

Monsieur Michel Aoun, vous faites payer un prix exhorbitant à tout un pays, le Liban, et à son peuple, pour avoir accepté d'obtenir votre élection un certain 31 octobre 2016 grâce à certains appuis pas si patriotiques que cela !
Irène Saïd


gaby sioufi

vous voulez rire oui ?
le hezb n'attendait l'accord de personne , allons donc , encore moins l'encouragement d'autrui.
les reponses aux questions judicieuses posees ds cet article ne seront jamais , au grand jamais obtenues.
parcequ'elles ne sont pas pour honorer le hezb... dans le sens qu'elles devopileraient le peu d'efforts militaires necessaires - sans toutefois oublier le deces des jeunes gens du hezb. morts pour la gloire de l'iran.
sans oublier le malheur de leurs parents.

Houri Ziad

C notre President de la republique qui doit avoir le courage de tenir ce discours....et non le premier ministre.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS LES FAITS... DU MOINS POUR L,INSTANT... EN SONT TOUT AUTRES ! L,ETAT EN DONNANT SON ACCORD A L,INTERVENTION DU HEZB AU JURD DE ERSAL POUR CHASSER LA NOSRA LUI A CONFERE UNE PLACE NATIONALE... OU UN MOT A DIRE A L,IRAN AU LIBAN... DIFFICILE A LA LUI RENIER... LES SOUHAITS SONT UNE CHOSE ET LES FAITS UNE AUTRE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Apprendre à vivre sans les Américains

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants