Rechercher
Rechercher

Liban - Opposition

Gemayel adresse une question écrite au gouvernement sur le « marché » de Ersal

Samy Gemayel s’exprimant lors d’un meeting à Bechmezzine (Koura).

Le chef du parti Kataëb, le député Samy Gemayel, a adressé hier une question écrite au gouvernement concernant l'accord conclu par le biais de la Sûreté générale avec les miliciens du Front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra) pour l'évacuation de ces derniers à travers la frontière et « leur retour sûr dans leur pays, sans procès ».
Voici le texte de la question écrite :
« Considérant que nous avons appris par les médias l'existence d'une clause supplémentaire à cet accord, permettant la libération de quatre détenus d'al-Nosra qui étaient aux mains de la justice libanaise et se trouvaient dans les geôles libanaises, ainsi que d'un Libanais trafiquant de drogue,
« Considérant que ces détenus sont accusés d'appartenance à des organisations terroristes et d'avoir facilité et exécuté des opérations terroristes sur le territoire libanais,
« Considérant que le code de procédure pénale libanais sanctionne ces actes criminels par des travaux forcés à perpétuité ou par la peine capitale,
« Considérant que ces miliciens du Front al-Nosra qui se battaient aux frontières libanaises auraient dû être remis à la justice libanaise, qui aurait dû les juger aux côtés des détenus dans les geôles libanaises, au lieu de les libérer,
« Considérant que le pouvoir judiciaire libanais est un pouvoir indépendant au sein du régime démocratique libanais fondé sur la séparation des pouvoirs, conformément à l'article 5 du préambule de la Constitution, et qu'il n'est en aucun cas soumis au pouvoir politique et aux services de sécurité,
« Considérant que la libération de ces terroristes et le fait d'avoir facilité leur départ du Liban constituent une démarche dangereuse qui encouragera d'autres groupes à kidnapper des citoyens libanais pour les échanger avec d'autres détenus dans les prisons libanaises et menacera la sécurité et la sûreté de la société libanaise,
« Nous adressons (...) les questions suivantes au gouvernement libanais :
« Qui a pris la décision et permis aux criminels combattant dans le jurd de Ersal, qui ont commis des crimes contre les Libanais et exécuté des militaires, de prendre le large et qui a facilité leur retour au pays sans procès ni sanction ? Qui a pris la décision d'outrepasser le pouvoir judiciaire libanais et de libérer des prisons libanaises des criminels accusés de terrorisme et d'appartenance à une organisation terroriste ? Qui a pris la décision de l'ingérence des pouvoirs politiques et sécuritaires dans la justice libanaise, empêchant le jugement des terroristes arrêtés et la justice de prendre son cours ? Quelle est la position sur ces événements du ministre de la Justice, garant du bon déroulement de la justice et de l'indépendance du pouvoir judiciaire? Est-ce la stratégie que le gouvernement entend poursuivre dans ses relations avec chaque terroriste qui porte atteinte à la sécurité et la sûreté du Liban et des Libanais? Comment le gouvernement libanais compte-t-il dissuader d'autres groupes terroristes et criminels, ou chacun de ceux qui s'arrogent le droit de violer la souveraineté libanaise, de kidnapper et de terroriser les citoyens, d'exécuter des militaires et de saper le prestige de l'État libanais dans le but de faire pression sur les autorités pour obtenir la libération d'autres criminels ou de détenus terroristes ? »
M. Gemayel a prié le président de la Chambre de transmettre la question au Premier ministre et aux ministres de la Défense, de l'Intérieur et de la Justice. Si aucune réponse écrite n'a été donnée dans un délai de quinze jours, conformément à l'article 124 du règlement intérieur du Parlement, la question écrite sera transformée en interpellation, en vertu de l'article 126 du règlement intérieur de la Chambre.
Cette question écrite fait écho aux propos que le chef des Kataëb avait tenus hier dans le cadre d'un meeting à Bechmezzine (Koura). Il s'était élevé contre le marché conclu avec les mêmes arguments. « Pouvons-nous savoir qui décide du sort du Liban aujourd'hui ? » s'était-il interrogé, avant d'ajouter : « Si ce gouvernement a démissionné de sa fonction essentielle, en l'occurrence la préservation de la souveraineté et de l'indépendance du Liban, il vaut mieux qu'il démissionne complètement. »
Signalons, sur un autre plan, que le député du Metn a reçu hier à Saïfi une délégation des parents des disparus durant la guerre civile, présidée par Mme Wadad Halawani. La même délégation a également été reçue par le chef du Parti syrien national social, le ministre Ali Kanso.
Samy Gemayel a en outre accordé audience à une délégation de la Fédération générale des syndicats des ouvriers du Liban, présidée par M. Maroun el-Khaouli. L'entretien a porté sur les conséquences catastrophiques des nouvelles mesures fiscales imposées pour financer la grille des salaires.


Le chef du parti Kataëb, le député Samy Gemayel, a adressé hier une question écrite au gouvernement concernant l'accord conclu par le biais de la Sûreté générale avec les miliciens du Front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra) pour l'évacuation de ces derniers à travers la frontière et « leur retour sûr dans leur pays, sans procès ».Voici le texte de la question...

commentaires (3)

Chacun a le droit de se demander pourquoi dans la foule des parents, amis, fans et alliés des trois jeunes libérés par Al Nosra, qui portaient bien haut des drapeaux multicolors, pourquoi le drapeau libanais n'y figurait t-il pas? Et pourquoi la "Mouawama Islamiya fi Loubnan" et non pas la "Mouawama Loubnaniya Islamiya" Bien que ça ne me regarde pas personnellement, je me permets de dire que Monsieur Gemayel est conséquent avec les principes de tout libanais fidèle au Liban Libre, Souverain et Indépendant.... À plus forte raison lui, en sa qualité de député, et, ou peut être, d'avocat. Au moins il est courageux!

Zaarour Beatriz

14 h 45, le 04 août 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Chacun a le droit de se demander pourquoi dans la foule des parents, amis, fans et alliés des trois jeunes libérés par Al Nosra, qui portaient bien haut des drapeaux multicolors, pourquoi le drapeau libanais n'y figurait t-il pas? Et pourquoi la "Mouawama Islamiya fi Loubnan" et non pas la "Mouawama Loubnaniya Islamiya" Bien que ça ne me regarde pas personnellement, je me permets de dire que Monsieur Gemayel est conséquent avec les principes de tout libanais fidèle au Liban Libre, Souverain et Indépendant.... À plus forte raison lui, en sa qualité de député, et, ou peut être, d'avocat. Au moins il est courageux!

    Zaarour Beatriz

    14 h 45, le 04 août 2017

  • Une réponse et une seule : ARMEE-RESISTANCE-PEUPLE ... Mettez vous au parfum mr Gemayel fils ...

    FRIK-A-FRAK

    12 h 43, le 03 août 2017

  • Excellentes questions! Qui n'obtiendront sans doute pas de réponse.

    Yves Prevost

    06 h 36, le 03 août 2017

Retour en haut