X

Liban

Deux délégations françaises souhaitent renforcer leur coopération avec Baalbeck et Jeïta

Régions
24/07/2017

En visite ce week-end, des représentants de la municipalité d'Aix-en Provence et de la Communauté de communes de la vallée de l'Hérault ont réaffirmé leur volonté de collaborer avec Baalbeck en matière de développement touristique et d'aménagement du territoire. Ils ont signé en outre un accord d'intention de coopérer avec la municipalité de Jeïta.

« Sachons être des partenaires utiles, nous gagnons tous à échanger. » Le président de la communauté de communes de la vallée de l'Hérault, Louis Villaret, a donné le ton de sa visite au Liban lors d'une conférence de presse qui s'est tenue samedi matin à Baalbeck. Accompagné de Francis Oudot et Michèle Couetmeur, représentants de la municipalité d'Aix-en-Provence, l'élu héraultais a réaffirmé, devant une assemblée constituée d'élus locaux, de députés, de personnalités religieuses mais aussi de ministres, son souhait de pérenniser la coopération entre sa collectivité et la région de Baalbeck, engagée en 2011.

Leur collaboration avait abouti, l'an dernier, à l'élaboration d'un « projet de territoires » qui vise à dynamiser la fédération de municipalités dans la région de Baalbeck. Le document s'appuyait sur l'expertise des techniciens français, venus travailler au contact des acteurs locaux pendant plusieurs années. Son objectif ? Rendre l'agglomération plus compétente en matière de services publics, d'aménagement du territoire et de protection de l'environnement. Louis Villaret a profité de sa visite pour évaluer l'avancement de ce plan stratégique de développement local, dont les travaux n'ont pas encore commencé. « La région a retenu certains domaines, d'autres seront repoussés, lâche-t-il sans jugement. C'est à eux de décider, nous sommes là pour les conseiller, nous n'allons rien leur imposer. »

Les équipes du président de la municipalité de Baalbeck, le général Hussein Lakkis, doivent présenter ce matin leur stratégie de mise en œuvre du projet. « Nous prendrons des notes visant à juger la faisabilité des travaux, précise Louis Villaret. Nous leur rendrons prochainement notre évaluation. »

 

À Jeïta
Louis Villaret s'est également rendu à Jeïta, hier, pour s'entretenir avec le président de la municipalité, Walid Baroud. Cette réunion a été l'occasion pour la municipalité de Jeïta de signer son premier « protocole d'intention de coopérer » avec la Communauté de communes de la vallée de l'Hérault, visant à mettre en place une forme de coopération entre la grotte de Jeïta et la grotte de Clamouse, deux sites naturels de grande importance au Liban et en France.

« Nous avons à cœur de fournir une aide, a-t-il par ailleurs souligné. Mais nous ne pouvons aller plus loin pour le moment. Nous allons devoir travailler pour rendre ce partenariat possible mais surtout efficace. Trop d'accords sont conclus sans jamais être mis en œuvre. »

La cérémonie a eu lieu au siège de la municipalité en présence d'une délégation de la vallée de l'Hérault, d'une délégation d'Aix-en-Provence, du président du conseil municipal de Baalbeck, et des députés de la région et des ministres concernés. Elle a été précédée d'une visite à la grotte de Jeïta. Les invités ont ensuite été reçus au palais municipal de Jeïta où s'est tenue une conférence de presse en présence, notamment, de Mme Abir Khoury Jbeily, chargée des relations internationales à la municipalité de Jeïta. Mme Jbeily a évoqué l'avancement et le développement des actions qui ont conduit à la signature du protocole bilatéral, soulignant la pertinence d'une collaboration entre les deux parties.

De son côté, le président du Réseau des Villes historiques et archéologiques, le général Lakkis, parrain de la coopération, a valorisé le rôle des autorités locales dans le développement. Il a ensuite invité les villes qui remplissent les conditions à adhérer au Réseau des Villes historiques et archéologiques qu'il préside et qu'il compte redynamiser prochainement. Enfin, M. Lakkis a salué les divers acteurs impliqués dans le rayonnement international de Jeïta, notamment le président Villaret et le président Walid Baroud.

M. Baroud, quant à lui, a invité l'audience à penser à des opportunités d'investissement qui permettraient à Jeïta de se développer, profitant de la coopération entre le ministère du Tourisme et la municipalité.

 

Améliorer l'image de Baalbeck, région « à risques »
Les représentants de la municipalité d'Aix-en-Provence, Francis Oudot et Michèle Couetmeur, étaient quant à eux venus observer l'avancement des projets issus de leur collaboration avec Baalbeck. Ils ont visité, samedi matin, le site de la future bibliothèque qui ouvrira ses portes dans deux ans. Les deux élus s'entretiendront avec les équipes de la municipalité, aujourd'hui, pour déterminer les axes de développement de la ville. « Baalbeck doit augmenter son attractivité économique par le renforcement de son développement touristique », souligne Francis Oudot. La réorganisation du réseau routier devrait notamment être au programme des discussions.

Mais au-delà des réunions de travail, cette visite revêtait une portée symbolique pour l'ensemble de la délégation française. « Nous sommes venus témoigner de la qualité de l'accueil à Baalbeck, confie Francis Oudot. Les conditions sociologiques et sécuritaires sont réunies pour le séjour des touristes. » La région est considérée comme « à risques » par de nombreux pays occidentaux, dont la France, qui déconseille à ses ressortissants de se rendre à Baalbeck. « Le gouvernement français est satisfait car nous faisons des choses qu'il ne peut pas se permettre, déclare Louis Villaret. Nous contribuons, à notre niveau, au maintien de la francophonie. »
Comme un symbole, les deux délégations ont assisté, samedi soir, au concert du chanteur libano-français Ibrahim Maalouf. L'artiste avait choisi le Festival de Baalbeck pour fêter ses dix ans de tournées. Et avec eux, la pérennité des relations entre la France et le Liban.

 

Lire aussi

Entre le Conseil régional d'Île-de-France et l'USJ, le partenariat va se renforcer

Valérie Pécresse au CNAM-Liban pour soutenir l'aménagement durable du territoire

Aoun : La collaboration entre l’IDF et la municipalité est un exemple à suivre

Entre l’Île-de-France et Beyrouth, une coopération redynamisée

Valérie Pécresse : Avec la municipalité, nous allons relancer le projet d’aménagement de la rue de Damas

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué