Liban

Deux délégations françaises en visite ce week-end pour renforcer les liens avec le Liban

Patrimoine
21/07/2017

Deux délégations françaises, l'une de la municipalité d'Aix-en-Provence, l'autre de la communauté de communes de la vallée de l'Hérault, seront au Liban ce week-end pour renforcer les relations entretenues avec Baalbeck et Jeïta. Elles ont répondu favorablement à l'invitation du général Hussein Lakkis Hussein, président du conseil municipal de la « Ville du Soleil » et président du Réseau des villes historiques et archéologiques (RVHA). Chargée de la promotion du patrimoine culturel libanais, cette organisation bénéficie du soutien de la ville d'Aix-en-Provence, qui en assure la vice-présidence.

« Nous venons ici pour redéfinir le contenu de nos actions avec Baalbeck, confie Michèle Couetmeur, directrice de l'attractivité et de la coopération internationale à la mairie d'Aix-en-Provence. Il sera important d'expliquer à son nouveau maire (il a été élu en mars 2016) ce qui se faisait avant son arrivée et de connaître sa position sur cette relation. »
Depuis plusieurs années, la ville des Bouches-du-Rhône accueille des agents du RHVA pour les former au développement touristique. Elle organise aussi des événements culturels auxquels sont conviés les dirigeants de l'organisation. Le général Lakkis a notamment participé, les 6 et 7 mars dernier, au Salon du livre libanais francophone.

 

(Lire aussi : Entre le Conseil régional d'Île-de-France et l'USJ, le partenariat va se renforcer)

 

« Nous travaillons dans une logique de progression commune », précise Michèle Couetmeur. L'étude de la gestion du patrimoine culturel de Baalbeck permet à la ville d'Aix-en-Provence d'améliorer ses compétences en matière de développement touristique. Et de se prévaloir d'une collaboration prestigieuse : « Baalbeck possède une renommée internationale, ce partenariat est une fierté pour nous. »
Cette rencontre ne sera pas la seule organisée pendant le week-end. Le président de la communauté de communes de la vallée de l'Hérault, Louis Villaret, sera reçu dimanche au palais municipal de Jeïta par le président du conseil municipal, Walid Baroud. Un accord de coopération sera signé entre la grotte de Jeïta et Clamouse (Hérault) pour promouvoir les sites en France et au Liban, « au travers d'actions variées » qui restent pour l'heure non définies.

« Ces deux sites affichent de grandes similitudes, confie Abir Khoury Jbeily, directrice des relations internationales pour le projet. Cette collaboration leur sera bénéfique. »
Les délégations françaises et les élus locaux se rendront samedi soir au Festival international de Baalbeck. Ils assisteront au concert du trompettiste et pianiste franco-libanais Ibrahim Maalouf, symbole des liens culturels entretenus par les deux pays.

 

Lire aussi

Valérie Pécresse au CNAM-Liban pour soutenir l'aménagement durable du territoire

Aoun : La collaboration entre l’IDF et la municipalité est un exemple à suivre

Entre l’Île-de-France et Beyrouth, une coopération redynamisée

Valérie Pécresse : Avec la municipalité, nous allons relancer le projet d’aménagement de la rue de Damas

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les matchs d’aujourd’hui

  • Portugal
    Maroc

    20/06

    15h00 (GMT+3)

  • Uruguay
    Arabie Saoudite

    20/06

    18h00 (GMT+3)

  • Iran
    Espagne

    20/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué