Liban

Hariri à Washington, sur fond de bataille au jurd

Décryptage
19/07/2017

Le Premier ministre Saad Hariri entame à partir de samedi une visite à Washington au cours de laquelle il devrait être reçu par le président américain Donald Trump. Cette visite est en principe très importante pour le Liban, en raison notamment du rôle des États-Unis dans la région et surtout de l'aide américaine à l'armée libanaise. D'ailleurs, le Premier ministre emmène avec lui à Washington des responsables sécuritaires comme le chef des SR de l'armée et celui des FSI.

Selon des sources diplomatiques, ce serait les Américains eux-mêmes qui auraient demandé que la délégation conduite par le Premier ministre comprenne des responsables sécuritaires pour pouvoir discuter concrètement du thème qui constitue aujourd'hui leur priorité, à savoir la lutte contre le terrorisme. Le commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, ne fera pas partie de la délégation, car il devrait se rendre à Washington le 12 août, dans le cadre d'une visite officielle, sachant que, depuis sa nomination à la tête de l'armée, il s'est déjà rendu aux États-Unis et il aurait même fait une excellente impression à ses différents interlocuteurs au cours de ses précédents séjours.

Avec le Premier ministre, les Américains comptent évoquer le budget accordé à l'armée libanaise. Jusqu'à présent, les aides américaines à l'armée proviennent du département d'État et du Pentagone. Mais en raison de coupes budgétaires décidées par la nouvelle administration, le département d'État souhaiterait réduire les aides à l'armée, d'où l'importance d'aborder ce dossier. Par contre, avec le commandant en chef de l'armée, les discussions devraient être à la fois plus techniques (quels armements donner à l'armée) et stratégiques (quel plan pour combattre le terrorisme).

 

(Lire aussi : Hariri : L’armée mènera une opération bien planifiée dans le jurd de Ersal)

 

Il faut préciser que la visite de Saad Hariri à Washington intervient au moment où il est de plus en plus question de la bataille du jurd du Qalamoun. Celle-ci devrait être menée du côté syrien par l'armée du régime et le Hezbollah, alors que du côté libanais, l'armée libanaise prend des mesures préventives pour, d'une part, sécuriser les frontières et empêcher la fuite des combattants de l'opposition syrienne vers le Liban, et d'autre part, pour éviter que d'éventuels combattants cachés dans les camps de déplacés syriens installés dans le secteur séparant Ersal de la frontière décident de bouger pour venir en aide à leurs compagnons dans le Qalamoun syrien.

Selon des sources proches du Hezbollah, ce dernier a déjà mobilisé deux unités d'élite pour mener la bataille du côté syrien et il compte procéder en deux étapes, en raison de l'ampleur du territoire contrôlé actuellement par les combattants de l'État islamique, de Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra) et d'Ahrar el-Cham, ces deux dernières formations ayant décidé de mener la bataille ensemble en créant une chambre d'opération commune.

La première étape consiste en des bombardements aériens des dépôts et des positions supposées des combattants par l'armée syrienne. Ce qui apparemment est en train de se réaliser depuis quelques jours. Et la seconde étape, après l'affaiblissement des moyens militaires des combattants, donnera lieu à une offensive terrestre.

 

(Lire aussi : Aoun : La guerre contre les terroristes conforme aux directives de l’exécutif)

 

Selon les sources précitées, le Hezbollah avait voulu laisser aux combattants la possibilité de se retirer sans combattre, dans le cadre d'un accord qui leur permettrait de quitter les lieux vers Raqqa ou Idleb. Mais, après avoir pris leur temps pour réfléchir sur les détails de la proposition, les combattants ont fait parvenir, par le biais des canaux de contact, leur refus, préférant combattre jusqu'au bout, sous prétexte qu'à Idleb et Raqqa, ils devront se soumettre aux ordres des grands chefs de leurs organisations respectives, alors que dans le Qalamoun, ils font leur propre loi, avec leurs fonds propres. En d'autres termes, la bataille est désormais non seulement inévitable, elle est aussi imminente.

Le rejet par les combattants de toute offre de compromis pousse le Hezbollah à considérer que la bataille ne sera pas facile à mener, les organisations qualifiées de terroristes ayant l'avantage de la connaissance parfaite des lieux, sachant qu'il s'agit d'une région montagneuse (le fameux jurd) qui abrite d'innombrables cachettes naturelles. De même, les combattants excellent dans l'art de piéger le terrain pour entraver l'avancée de leurs ennemis, tout en ayant la possibilité d'user et d'abuser de kamikazes. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le Hezbollah envoie, avec ses unités d'élite, des équipes de génie pour le déminage.

Les préparatifs de la bataille se font d'ailleurs déjà sentir à Ersal même, où l'armée aurait conseillé aux agriculteurs ayant des terrains dans le jurd d'en retirer leurs équipements, selon le chef de la municipalité de la bourgade. En principe, il y a peu de risques que la bataille déborde de ce côté de la frontière, mais l'armée préfère faire preuve de prudence. La troupe et le Hezbollah refusent de donner des indications sur une possible coordination entre eux d'une frontière à l'autre, même si les experts militaires estiment qu'elle se fera de facto, ne serait-ce que sur le plan de l'échange d'informations au sujet des déplacements des combattants syriens. Pour l'instant, en tout cas, le calme règne à Ersal et dans ses environs, mais les habitants retiennent leur souffle.

 

 

Lire aussi

Geagea : Pour en finir avec le terrorisme, il faut régler le cas Assad

La campagne contre l’armée... et la bataille annoncée de Ersal, le décryptage de Scarlett HADDAD

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Wishfull thinking !!! Haha

ACQUIS À QUI

Des unités de l’armée russe se préparent à s’installer dans les prochains jours, à Quneitra et à prendre position juste en face de la frontière syro-israélienne du Golan.

Leur fonction est de contrôler le respect de la trêve dans la deuxième zone de désescalade du sud-ouest de la Syrie, trêve annoncée par les présidents Trump-pète et Poutine, lorsqu’ils se sont rencontrés en marge du sommet du G20 à Hambourg.

Quneitra se trouve à 5 kilomètres de la frontière d’Israël où sont installées des forces de l’armée de ce régime.

Israël avait dit à Washington et à Moscou qu'il s'opposait à la présence des unités russes à sa frontière.

En allusion aux propos du mardi 18 juillet du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, la clause portant sur la sortie des forces iraniennes et des forces soutenues par ce pays jusqu’à 40 km de Quneitra, avait été retirée sans faire aucun cas des demandes urgentes d’Israël.

L’absence de tout engagement de Poutine et Trump-pète sur ce sujet, laisse Israël pleinement exposé à la présence des forces iraniennes et celles du Hezbollah entre la frontière du Golan et une zone supervisée par leur allié, soit l'armée russe.

Ceci pouvant expliquer cela ..
Merci Scarlett , sans vous on est dans l'obscurité totale.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL N,Y A QUE DES LOUANGES DIVINES DANS CET ARTICLE OU LE BARATIN REGNE COMME D,HABITUDE...

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’inquiétant ADN d’un ministre libanais

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué