Nos Lecteurs ont la Parole

La femme jusqu’au dernier souffle

Hiba KANSO
OLJ
11/07/2017

Rizkallah s'est adressée à la jeune fille d'aujourd'hui, femme du lendemain, pour lui conseiller de penser à elle-même, d'avoir confiance en ses propres choix et sa propre vision de ce qui est bon et ce qui ne l'est pas, et surtout de ne jamais faire la grande faute que « Hazar » a commise. De plus, Carine Rizkallah traite deux autres sujets qui sont d'une importance aussi primordiale dans notre société civile. Le premier est celui du droit de la femme d'accorder sa nationalité à ses enfants et son mari, lorsque ce dernier n'est pas libanais. C'était la situation des réfugiés palestiniens qui était particulièrement mise en évidence. Ces derniers, nés et grandis au Liban, ne sont pas considérés en tant qu'êtres humains vivant avec dignité. Leurs rêves sont détruits, ils vivent sans liberté, sont incapables de prendre les choix qui leur conviennent, et cela parce qu'ils n'ont pas une nationalité, une identité, des papiers officiels grâce auxquels ils peuvent se présenter à la société. La réflexion sur la source de ce problème nous a été laissée : la question qui se pose concerne-t-elle en fait le flux des réfugiés fuyant en grande masse les guerres et conflits auxquels ils n'ont jamais consenti, ou bien la situation de la femme mi-citoyenne qui ne peut jouir d'un des droits les plus fondamentaux reconnus mondialement par les traités et déclarations des droits de l'homme ? Le second sujet était la mort du papier. Avec le développement de la technologie, nous sommes tellement emportés par la lecture électronique que les journaux tournent leurs dernières pages. L'analogie présentée dans le dernier épisode entre la fermeture du quotidien Chamess Beyrouth et la décision de « Hazar » de quitter la ville pour revenir à sa vie quotidienne mortelle peut être perçue comme reflétant l'idée que les mots sans encre rincé, sans papier, perdent leur sens, que la passion de lire n'est plus. Il est nécessaire d'être conscients que le toucher du papier n'est pas sans valeur, il développe l'imagination et rend l'âme aux écrits. Enfin, La ekher nafass révèle le rôle important que présentent les émissions télévisées, ainsi que celui du choix des chaînes télévisées dans leurs propagations. Elles peuvent porter un message de sensibilisation très fort, réveillant les esprits endormis, et jouent un rôle irremplaçable dans le développement des mentalités dans une société tout en reflétant les problèmes auxquels nous faisons face et leurs degrés de gravité.

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après l’ONU, la France, où quatre dossiers seront évoqués entre Aoun et Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.