X

À La Une

Guerre totale dans les médias et sur les réseaux sociaux du Golfe

Qatar

Le hashtag en arabe #rompreavecleQatar s'est retrouvé en tête des tendances mondiales sur Twitter, un indicateur du haut niveau d'utilisation des réseaux sociaux dans la région.

OLJ/AFP
14/06/2017

La crise entre le Qatar et d'autres pays arabes est restée pacifique jusqu'ici, mais une guerre totale a éclaté dans les médias et sur les réseaux sociaux de la région.

Avant même que l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ne rompent leurs relations le 5 juin avec le Qatar en l'accusant de "soutenir le terrorisme", les grands médias de ces pays étaient passés à l'offensive pour critiquer et isoler leur richissime petit voisin.

L'accès à la chaîne de télévision qatarie al-Jazeera a été bloqué dans ces pays, qui dénoncent son orientation "islamiste", et les autorités saoudiennes et émiraties ont même pris des mesures contre beIn Sports.

Dans les heures ayant suivi le début de la crise, des messages, parfois virulents, ont explosé sur Twitter, Facebook et Snapchat. Le hashtag en arabe #rompreavecleQatar s'est retrouvé en tête des tendances mondiales sur Twitter, un indicateur du haut niveau d'utilisation des réseaux sociaux dans le Golfe.

Aux Émirats, un hashtag en arabe affirmant que ce pays allait ravir au Qatar l'organisation de la Coupe du Monde de football 2022 a atteint un fort degré de notoriété, bien au-delà de la région. "Vous rêvez", a-t-on répondu au Qatar.

Un autre message populaire -"le Qatar finance le terrorisme"- s'est propagé en ligne, en écho à la principale raison avancée par l'Arabie saoudite et ses alliés pour rompre avec Doha. "Qu'attendez-vous d'un mini-État qui a une histoire (...) de trahison?", a demandé un utilisateur en colère aux Émirats.

Un autre utilisateur saoudien s'est moqué du Qatar, "avec (ses) trois rues et deux restaurants". "Même le quartier d'al-Souweidi est plus grand que le Qatar qui deviendra une ville saoudienne. C'est juste une question de semaines", a-t-il écrit sur Twitter.

 

(Lire aussi : Paris, le « messager » européen du Golfe ?)

 

 

"Tamim, la gloire"
Au Qatar, le message "Dieu, préserve le Qatar" a eu un franc succès, ainsi que "I love Qatar" parmi la population anglophone de l'émirat.

A Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, une enquête en ligne a été supprimée après que 65% des personnes sondées ont répondu qu'il n'était pas approprié de rompre les liens avec Doha.
Et des utilisateurs de Twitter ont tourné en dérision des propos de Jamil al-Ziabi, rédacteur en chef d'un journal saoudien, qui s'est inquiété du recours par les Qatariotes à de la nourriture envoyée par l'Iran et la Turquie après la fermeture de la frontière par l'Arabie.
"Je suis vraiment inquiet parce que je ne pense pas que des estomacs qataris puissent s'habituer si vite à de tels produits", a-t-il affirmé. Un hashtag #estomacqatari est vite devenu "tendance" en arabe.

A Doha, le slogan le plus fort lancé jusqu'ici a été "Tamim, la gloire", du nom de l'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, accompagné d'un dessin de profil du jeune leader. On le voit partout dans la capitale depuis une semaine, sur des voitures et des t-shirts.

Un autre slogan "Nous sommes tous Tamim" est apparu sur de grands panneaux d'affichage à Doha et a même été aperçu au Kerala en Inde. De nombreux Indiens travaillent au Qatar.

 

(Lire aussi : Quelles répercussions de la crise du Golfe sur les relations israélo-qataries ?)


Preuve que la crise s'est jouée pour une bonne partie en ligne et dans les médias: dès le 24 mai, soit dix jours avant la rupture des relations diplomatiques par l'Arabie saoudite et ses alliés, le Qatar a annoncé que son agence de presse avait été "piratée par une entité inconnue" et que de "fausses" déclarations avaient été attribuées à son émir.

Mais des médias du Golfe ont continué à relayer les propos, malgré les démentis de Doha. Parmi les sujets cités figuraient notamment l'Iran, le Hezbollah, le Hamas et les Frères musulmans.

Pour Khaled Hroub, professeur à la Northwestern University sur la politique au Moyen-Orient et les médias, les organes d'information ne sont plus seulement "un outil de propagande", ils font aussi "partie intégrante de l'arsenal de guerre de nombreux États dans la région", notamment les chaînes de télévision et les réseaux sociaux.

Les autorités dans le camp hostile à Doha ont averti les internautes qu'ils encouraient de lourdes peines de prison s'ils montraient de "la sympathie envers le Qatar".

 

 

Lire aussi

Le Qatar voudra-t-il rompre avec les Frères musulmans ?

L'Arabie saoudite, les EAU et les (faux) Frères musulmans...

Au Koweït, l'art de la « diplomatie non alignée »

Aucune issue rapide à l’horizon de la crise saoudo-qatarie

Téhéran espère tirer profit de la crise entre Doha et ses voisins

Tensions dans le Golfe : les milieux d'affaires libanais dans l'expectative

La leçon du grand frère saoudien, le commentaire d'Anthony SAMRANI

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA COURSE DES CHAMEAUX ! LA BETISE SE PAIE AUSSI ! MAIS QUI VA DEDOMMAGER TOUS LES PEUPLES QUI EN ONT SOUFFERT, REGIONAUX AVANT TOUT ?

Amère Ri(s)que et péril.

QU'IL SE METTENT A SE COMBATTRE , QU'ILS UTILISENT LEUR TEMPS, LEUR ARGENT ET LEURS RELATIONS A SE NEUTRALISER CONCOURRA A DEBARASSER L'ISLAM ET LE MONDE DE LEUR POUVOIR DE NUISANCE .
DE DIVERS COTES , ON TENTE EN CE MOMENT MEME DE CALMER LES ESPRITS ET DE REINSTAURER L'ENTENTE . LA PASSION QUI A SUSCITE LE CONFLIT FREINERA CES TENTATIVES .

QUE LE CLOWN A LA MECHE JAUNIE PRENNE PARTI POUR L'UN DES 2 ET L'AUTORISE A ASSAILLIR L'AUTRE NE PEUT QUE NOUS REJOUIR .
EUX ET LUI S'AFFAIBLISSENT ET SE DECONSIDERENT , , COMME TOUS CEUX QUI S'ENGAGERONT DANS CE COMBAT ENTRE 2 FORCES DU MAL .
LAISSONS LES S'AFFRONTER ET SE DETRUIRE , EN VEILLANT A NE SURTOUT PAS NOUS IMPLIQUER DANS CETTE QUERELLE DONT L'EVOLUTION NOUS CONCERNE .... MAIS NE NOUS REGARDE PAS .
VERITABLE 2 FACES D'UNE MEME PIECE .

Dernières infos

Les signatures du jour

Billet de Kenza OUAZZANI

Le mauvais pari du gouvernement

Un peu plus de Médéa AZOURI

Power to the People

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants