X

Moyen Orient et Monde

L’Arabie saoudite, les EAU et les (faux) Frères musulmans...

décryptage
12/06/2017

L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont dénoncé ensemble le soutien apporté par le Qatar à différentes « entreprises terroristes », dont les Frères musulmans. Ces deux pays du Golfe ont mené plusieurs actions, communes ou non, pour endiguer ce mouvement à l'origine égyptien, afin de préserver le leadership du royaume des Saoud dans le monde arabe et de contrer l'expansion de la confrérie. Pourtant, l'histoire entre ces trois visions islamistes n'a pas toujours été aussi houleuse.

 

Guerre du Koweït
L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont longtemps vu en la confrérie d'obédience sunnite un potentiel de prosélytisme religieux dans le monde arabe, et lui ont apporté un soutien politique et logistique non négligeable à l'époque où Gamal Abdel Nasser dirigeait l'Égypte. L'ancien président, qui se présentait comme nationaliste, socialiste et laïc, avait décidé d'éradiquer le mouvement des Frères musulmans, dont le modèle religieux et rigoriste pouvait concurrencer son idée d'une « Égypte moderne ». Il a donc interdit la confrérie en 1954, et une répression violente à son égard s'en est suivie. Craignant d'être mis à l'écart de l'axe Syrie-Égypte qui régissait la région à l'époque, les monarchies du Golfe, et en premier lieu l'Arabie saoudite, ont offert l'asile à de nombreux Ikhwan et soutenu financièrement la transmission de leur idéologie.

L'émigration forcée de la plupart des Frères musulmans sous le régime de Nasser a finalement redistribué les cartes. Alors que la confrérie s'établissait dans différents pays arabes autres que l'Égypte, notamment en Palestine ou en Arabie saoudite, cette dernière l'a observée avec suspicion et méfiance. Le royaume des Saoud tient au modèle de sa monarchie absolue, et le wahhabisme qu'il prône n'autorise pas de représentation politique, au contraire du modèle des Ikhwan, qui promeut aujourd'hui une accession au pouvoir par les urnes. Tant que le mouvement restait dans l'opposition, il n'était qu'à surveiller. Mais, au moment de la guerre du Koweït en 1990, alors que les Frères musulmans ont pris le parti de Saddam Hussein contre l'Arabie saoudite et les États-Unis, ils sont devenus rivaux. Alors que le premier parti d'opposition saoudien, al-Sahwa (la renaissance), était créé en 1991, la confrérie a été directement tenue pour responsable par le royaume de ce mouvement et de cette influence réformiste. D'une menace supposée extérieure jusqu'à la libération du Koweït, les Frères musulmans sont devenus un ennemi de l'intérieur.

 

(Lire aussi : Frères musulmans et pays du Golfe : les liaisons dangereuses)

 

« Tolérance zéro »
Au même titre, les Émirats arabes unis, qui avaient aussi accueilli certains Ikhwan, ont changé de ton dès les années 2000. Alors que les Frères musulmans gagnaient en influence à l'intérieur même de certaines institutions publiques, il était impossible pour l'émirat de tolérer une nouvelle forme d'islam politique en son sein. À partir de 2011 et des soulèvements arabes, la confrérie a été particulièrement réprimée afin d'éviter tout débordement ou toute vague révolutionnaire dans le pays. Depuis, les Émirats ont adopté la stratégie de la « tolérance zéro ». La politique étrangère des Émirats arabes unis s'accorde avec sa politique intérieure.

C'est ainsi qu'Abou Dhabi a suivi Riyad lors du coup d'État du maréchal Abdel Fattah el-Sissi en Égypte, en 2013, qui a démis de ses fonctions Mohammad Morsi et les Frères musulmans, arrivés au pouvoir par les urnes suite aux soulèvements de 2011. Les enjeux étaient trop importants pour laisser la confrérie à la tête d'un pays qui abrite la plus large population sunnite du monde arabe. Sur les dossiers syrien, libyen et yéménite, aucun soutien n'est apporté aux groupes affiliés de près ou de loin aux Frères musulmans, quitte parfois à adopter une stratégie contraire à celle de l'Arabie saoudite.

 

(Lire aussi : Au Koweït, l’art de la « diplomatie non alignée »)

 

 

Ennemis de circonstance
La priorité pour le royaume des Saoud ne tient pas tant à la lutte contre l'islamisme, mais bien plus au maintien de son influence régionale et de son leadership. Plus que de financer des mouvements hostiles aux Frères musulmans, il s'agit plutôt de soutenir des mouvements qui ne remettent pas en question l'ordre politique établi. L'Arabie saoudite défend alors une politique de circonstance plus que d'intransigeance. Si le défunt roi Abdallah inscrivait la confrérie sur la liste des organisations terroristes à combattre en 2014, son demi-frère Salman al-Saoud tempère aujourd'hui la situation. Les enjeux ont changé : l'Arabie saoudite perd du terrain au Yémen et se méfie plus que jamais de l'Iran qui essaie de gagner de l'influence dans la région. À la différence du roi Abdallah, le souverain actuel n'a pas choisi les Frères musulmans comme principaux ennemis, mais Téhéran et ses aspirations expansionnistes. Pour le contrer, la monarchie wahhabite a à cœur de constituer un « front sunnite » fort, quitte à se rapprocher prudemment des Frères musulmans. Si l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis redoutent l'influence des Frères musulmans sur leur opinion publique, il semble que le royaume des Saoud soit un ennemi de circonstance pour ce mouvement. Abou Dhabi, en revanche, a décidé de ne pas fléchir et rejette en bloc toute forme d'islamisme, et, en premier lieu, celui défendu et prôné par les Frères musulmans.

 

 

 

 

Lire aussi

Aucune issue rapide à l’horizon de la crise saoudo-qatarie

Téhéran espère tirer profit de la crise entre Doha et ses voisins

Tensions dans le Golfe : les milieux d'affaires libanais dans l'expectative

La leçon du grand frère saoudien, le commentaire d'Anthony SAMRANI

La presse saoudienne se déchaîne contre Doha, le Qatar tente de rassurer ses habitants

La crise dans le Golfe "met tout le monde dans l'embarras"

In-fortunesl'éditorial de Issa GORAIEB

Quand le funambule qatari vacille, l'édito d'Emilie SUEUR

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.