Liban

Chypre disposé à aider le Liban dans le litige qui l’oppose à Israël

Dans les coulisses de la diplomatie
13/06/2017

En visite officielle au Liban, le ministre chypriote des Affaires étrangères, Ioannis Kasoulides, a déclaré que son pays acceptera les résultats des négociations entreprises par les États-Unis relatives au différend territorial entre le Liban et Israël sur la délimitation des frontières maritimes au niveau de la zone économique exclusive (ZEE) au large des côtes libanaises. La zone recèlerait à ce niveau d'importantes réserves de pétrole et de gaz naturel.

Lors d'un entretien accordé à L'Orient-Le Jour, M. Kasoulides a affirmé que les États-Unis « déploient des efforts sérieux pour trouver une solution au conflit opposant le Liban à Israël autour d'une superficie de 870 km² faisant partie du bloc commun entre les deux pays sur laquelle Israël a empiété ». Le ministre chypriote a assuré que son pays est disposé à accepter tout accord auquel les parties parviendraient à l'issue de la médiation américaine. « Chypre serait même prête à modifier l'accord conclu avec Israël à ce sujet à condition que le Liban et Israël acceptent les demandes du gouvernement chypriote. »

À la question de savoir quel rôle joue l'île de Chypre pour rectifier la situation, M. Kasoulides a répondu : « Nous avons déployé des efforts dans le passé. Nous sommes toujours prêts à les poursuivre, sauf qu'actuellement, ce sont les États-Unis qui mènent les négociations. » Et de rappeler que Chypre et Israël ont déjà signé un accord portant sur l'extraction des richesses se trouvant en Méditerranée. « L'entente a porté sur la délimitation de la zone concernée, laquelle s'est avérée se trouver vraisemblablement dans le bassin commun au Liban et à Israël. »

Une source informée a par ailleurs précisé que Chypre a exprimé sa disposition à aider le Liban pour extraire ses ressources naturelles (eau, pétrole, gaz). D'où l'accord auquel sont parvenues les deux parties hier à Baabda, à savoir que les pourparlers doivent se poursuivre entre les ministres concernés.

À ce sujet, rappelons que Washington est intervenu pour calmer les esprits après que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, eut menacé de bombarder les plateformes d'extraction israéliennes dans la zone économique exclusive. À ce jour, deux médiateurs ont été envoyés dans la région, Frederik Hoke et Amos Hochstein, dont la proposition a été acceptée par les deux parties. Celle-ci consiste à confier les bloc 8,9,10 à des sociétés américaines, et les blocs 1, 2, 3 à des sociétés russes.

 

Remarque :  Cet article a été corrigé le 13/6/2017 à 11h50, suite à une coquille dans la traduction au sujet de l’interlocuteur principal. Il s'agit bien du ministre des Affaires étrangères et non du président chypriote.

 

Lire aussi

Aoun appelle à une coopération avec Chypre dans les domaines du pétrole et du gaz

Les Chypriotes maronites rêvent d'une réunification de l'île pour sauver leur langue

 

Pour mémoire

Le Liban, Chypre et la Grèce élargissent le champ de leur partenariat

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!