X

Liban

Le retrait des combattants du Hezbollah, « un signe de confiance »

Décryptage
13/05/2017

Chaque fois qu'il prend la parole, le secrétaire général du Hezbollah fait la une de l'actualité. Ses discours, qui comportent toujours des messages destinés à l'intérieur et d'autres à l'extérieur, notamment aux Israéliens, sont décortiqués et suscitent de nombreuses réactions.

Concernant le volet libanais du discours de jeudi, deux points ont été mis en évidence. Le premier porte sur son appel à l'ouverture d'une session extraordinaire du Parlement (la session ordinaire se termine le 31 mai) pour donner plus de temps aux discussions sur un nouveau projet de loi électorale. Celles-ci pourront ainsi se prolonger jusqu'au 19 juin, dernier délai avant l'expiration du mandat prorogé du Parlement actuel. Une telle décision du gouvernement serait aussi de nature à faire baisser la tension entre l'exécutif et le législatif, tout en rassurant le Parlement et son chef sur la volonté de ne pas aboutir à un vide au niveau de la Chambre.

Sans évoquer les tiraillements actuels et les pointes politiques qui remplissent désormais le quotidien politique, le secrétaire général du Hezbollah a invité les différentes parties à l'apaisement et à faire un signe de bonne volonté les unes envers les autres. Le gouvernement ouvrirait une session extraordinaire de la Chambre et celle-ci ferait des efforts pour adopter une nouvelle loi électorale, dans les délais, tout en s'engageant à ne pas profiter de la session extraordinaire pour adopter une nouvelle prorogation. Mais si, passé le 20 juin, aucune nouvelle loi n'a été adoptée, rien ne pourra empêcher le vide parlementaire, sauf si l'accord n'est pas respecté et une nouvelle prorogation est votée. Les milieux politiques estiment d'ailleurs aujourd'hui, se basant sur une bourse politique changeante, que le scénario le plus probable reste l'adoption d'une nouvelle loi avant le 19 juin, mais à la dernière minute...

 

(Lire aussi : Le Liban serait-il entré lui aussi dans un processus de « désescalade » ?)

 

Le second point qui a été repris dans le discours de Hassan Nasrallah, c'est son annonce de la fin de la mission de « la résistance » le long de la frontière avec la Syrie et la décision de retirer ses combattants de cette zone et de remettre les positions du Hezb à l'armée libanaise. Pour les alliés du Hezbollah, cette annonce spectaculaire est une initiative positive. Elle exprime d'une part la « confiance » du parti dans l'armée libanaise, « qui est en mesure d'assumer la responsabilité du contrôle de la frontière avec la Syrie », et d'autre part, elle vise à retirer aux détracteurs du Hezbollah un sujet de polémique, à savoir la présence du parti aux côtés de l'armée, dans cette zone particulièrement à hauts risques.

Dans son discours, Hassan Nasrallah a déclaré que ses hommes « ont accompli la mission qui leur était confiée, puisque la frontière est devenue sûre dans sa plus grande partie et leur présence n'a plus de raison d'être. Aujourd'hui, la protection de cette frontière relève de la responsabilité de l'État que nous ne voulons pas remplacer ». M. Nasrallah cherche ainsi à démentir toutes les allégations sur la volonté de son parti de prendre la place de l'État dans ses fiefs populaires, tout en balayant les accusations qui lui ont été lancées de vouloir provoquer un changement démographique dans la Békaa-Nord, en cherchant à provoquer le départ des chrétiens et des sunnites pour les remplacer par des chiites. Au passage, il a rappelé que lorsque les hommes du Hezbollah se sont déployés le long de la frontière pour la protéger d'éventuelles incursions des combattants de Daech et de Nosra, ils n'ont pas fait une sélection confessionnelle des villages à défendre, se déployant « là où ils devaient le faire pour protéger le pays dans son ensemble ».


(Lire aussi : Le Hezbollah a « accompli sa mission » à la frontière : le début d’un « retrait tactique » de Syrie ?)

 

Dans son discours, le chef du Hezbollah a également expliqué qu'avec les progrès enregistrés par les forces du régime autour de la capitale syrienne, les combattants extrémistes encore présents au Qalamoun-Ouest, qui s'inscrit dans le prolongement du jurd libanais de Ersal, n'ont plus une grande liberté d'action et ne peuvent plus provoquer des changements stratégiques dans cette zone. C'est pourquoi la présence des hommes du Hezbollah n'est plus nécessaire.

Du côté libanais, c'est désormais à l'armée d'assurer la sécurité des frontières et depuis quelques semaines, elle est en train de mener des opérations ponctuelles, ciblées et régulières pour neutraliser les combattants de Nosra et de Daech. Pour ceux qui suivent de près les développements du terrain syrien, la décision de M. Nasrallah paraît ainsi logique. Elle n'est donc pas liée à des considérations politiques, d'autant que le chef du Hezbollah a bien précisé que son parti poursuivra sa mission en Syrie, « là où il estime qu'il doit être présent », ajoutant qu'on lui demande régulièrement d'envoyer plus de forces sur tel ou tel front, mais au final, c'est lui qui décide où sa présence est le plus utile...

Sur le plan purement libanais, l'annonce de Nasrallah intervient après la nomination d'un nouveau commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, un homme de terrain qui a servi un peu partout au Liban et en particulier dans la région de Ersal. Le général Aoun bénéficie aujourd'hui d'un grand capital de confiance et d'une réputation d'efficacité. Il s'est d'ailleurs rendu récemment à Washington sur la base d'une invitation officielle, et il aurait fait bonne impression à ses interlocuteurs américains. La décision du chef du Hezbollah de laisser l'armée seule maîtresse des frontières avec la Syrie est donc une façon indirecte de rendre hommage au nouveau commandant en chef, tout en mettant en évidence ce que tout le monde savait sans en parler... C'est-à-dire qu'il y avait un partage tacite des responsabilités le long de la frontière avec la Syrie. Aujourd'hui, grâce notamment à l'appui américain et européen, l'armée est en mesure d'assumer seule la sécurité à la frontière libanaise... et le Hezbollah, lui, peut poursuivre d'autres missions ailleurs.

 

Lire aussi
Israël derrière des appels suspects pendant le discours de Nasrallah

Loi électorale : l’optimisme se propage, mais rien de concret encore

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Donc, le retour de ces "soldats" va augmenter le contingent des Zaaran et des voyous/camises noires au Liban..... Quelle belle "victoire" en effet!

Bery tus

Dite donc aucun mot sur le fait qu'il a parler de l'Arabie saoudite et du retour du Mehdi madame ?!?!?!

J'espère être publier !!

Marionet

Le Hezbollah est (momentanément?) affaibli. Lire à ce sujet mon commentaire de l'article de Yara Abi-Akl. Et comme à chaque fois qu'il se sent en difficulté, M. Nasrallah joue (avec son talent habituel) la carte libanaise. Scarlett Haddad a bien raison d'écrire qu'il fait la une chaque fois qu'il s'exprime car cet homme-là est une bête politique comme il n'y en a plus beaucoup sur la scène locale. À mon avis, les autres fractions libanaises, et notamment les partis "chrétiens" devraient sauter à pieds joints sur cette occadion de s'entendre sur une nouvelle loi électorale au lieu d'atermoyer ou de durcir le ton. Les cartes sont rebattues à une telle vitesse dans cette région du monde...

Jaber Kamel

Comme j'ai l'impression que l'olj est cool ce samedi avec mes commentaires , pouvez vous me laisser passer cette idée que enfin ON A DÉCIDÉ DE CARESSER LA BÊTE HEZB RÉSISTANT DANS LE SENS DU POIL.

CROSS FINGERS .
AMEN .

Soeur Yvette

Discutable...rien n'est sur...esperons que les donnees changent pour notr bien ....que Dieu ait pitie de nous..

Jaber Kamel

Cet article DEVRAIT remplir de joie tout libanais frustré de n'avoir jamais pu rêver avoir une force militaire aussi performante .

Pouvez vous au moins me publier quand je dis ça , je suis frustré par tant de censure pour des choses aussi simples qui ne font que le louange d'une force libanaise qui nous fait gagner en sécurité.

Merci quand même.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES LOUANGES DE MAUVAIS GOUT...

Tabet Ibrahim

"...et le Hezbollah, lui, peut poursuivre d'autres missions ailleurs" Espérons que Nasrallah n'entreprendra pas de provocation suicidaire envers Israel pour complaire a ses suzerains iraniens.

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.