Présidentielle française

Victoire de Macron : entre bonheur, mécontentement et colère, ce qu'en pensent des électeurs franco-libanais

L'Orient-Le Jour a recueilli leurs réactions à chaud.

L'Orient-Le Jour a recueilli les réactions à chaud d'électeurs franco-libanais suite à la victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle française. Photo d'Emmanuel Macron : AFP/ Eric FEFERBERG

Depuis dimanche soir, Emmanuel Macron est le 8e président de la Ve République française. Quelques jours avant le premier tour de l'élection, L'Orient-Le Jour avait interrogé des Franco-Libanais sur leur candidat favori... Au lendemain de l'élection du jeune centriste, L'Orient-Le Jour a recueilli leurs réactions à chaud.

 

 Doriane, 21 ans, étudiante à Lille

"J'ai évidemment voté pour Emmanuel Macron. Je suis heureuse que les Français montrent au monde entier qu'ils ne sont pas des extrémistes !"

 

 Gilbert Jabre, 67 ans, retraité, habite au Liban.

"Je ne suis pas content de la victoire de Monsieur Emmanuel Macron, mais je suis au fond de moi-même satisfait d'avoir participé par ma voix à l'élimination de la candidate du Front national. Si Marine Le Pen avait gagné, elle aurait définitivement précipité la France dans le chaos et la destruction définitive de son tissu social déjà bien altéré. Mon candidat était François Fillon qui était le seul des 11 candidats à avoir un programme valable pour sauver la France. La cabale injuste lancée par le fameux 'cabinet noir' *, certains esprits machiavéliques et officines de presse contre ce candidat ont contribué à son échec au 1er tour de l'élection. De ce fait, j'étais acculé à voter à contre cœur et sans conviction en faveur de M. Macron qui était la solution du moindre mal pour la France."

 

Aimée Massabki, 66 ans, femme au foyer, habite au Liban.

"Je tiens à préciser que mon favori était François Fillon avec un programme de redressement valable pour notre pays. C'était la bouée de sauvetage pour une France forte économiquement et ayant une place prépondérante et efficace dans le concert des nations.
Les allusions non fondés de détournement des deniers publics propagées par une presse à scandale et la fameuse officine de l’Élysée, ont enfin eu le dessus sur mon candidat qui, j'en suis sûre, bénéficiera d'un  non-lieu.
Cependant, j'aurais pu ne pas voter ou mettre un bulletin blanc ce qui aurait augmenté les chances de la candidate du fascisme. Alors, la mort dans l'âme, j'ai voté pour le moindre mal en la personne de M. Emmanuel Macron, pour bloquer l'arrivée de Mme Le Pen à la plus haute fonction de l’État."

 

Emilie Eddé, 27 ans, travaille dans le financement d'infrastructures et habite à Paris.

"J'ai encore voté pour Macron. Pourquoi ? Il me ressemble, il pense comme moi, respecte les minorités et les différences. J'aime particulièrement la partie de son programme qui promet d'investir dans l'éducation, donner leur chance aux jeunes, surtout dans des milieux défavorisés. Dans tous les cas, il va y avoir énormément de boulot. Les Français, y compris moi, attendent beaucoup de lui. Et je lui fais confiance. Je suis heureuse du résultat. Je vais pouvoir continuer à chanter "wililililili" quand je suis heureuse et manger des manakich en public sans avoir peur de me faire expulser. Meilleur résultat que ce que j'espérais, mais 35% de voix pour un parti profondément raciste, haineux et anti Europe est un indicateur de la situation difficile qui attend Macron à l'Elysée. Allez, au boulot Manu !"

 

José Aoudé, 33 ans, marié, un enfant, ingénieur informatique. Il quitte le Liban en 2006 pour faire son Master à Paris. De là, il s'envole pour Bamako en 2013 où il vit depuis.

"J'ai voté Macron sans hésitation. Même si Macron n'était pas mon premier choix, personnellement je trouve incroyable que 4 millions de Français aient voté blanc. C'est idiot de croire que Macron ou Le Pen, c'est la même chose. Comment peut-on ​voter pour les idées de Mélenchon et ne pas faire barrage à l'extrême droite ? Concernant les électeurs de droite qui ont voté Fillon, comment peut-on prétendre s'appeler Les Républicains et ne pas participer au front républicain. Bref, on a évité le pire..."

 

 

Sandra, 42 ans, Marseille, France, directrice administrative et financière (DAF)

"J'ai voté blanc. J'étais pour Fillon. Aucun des deux candidats du 2e tour ne me convenait. Je ne pouvais pas voter Macron pour contrer Marine Le Pen (MLP) comme beaucoup m'ont incitée à le faire. J'étais convaincue depuis le 1er tour que Macron serait président et que Le Pen n'avait aucune chance, surtout suite au dernier débat. La plupart des gens parlent de la sorcière et du psychopathe avec sa mère... Je trouve mesquin de parler ainsi. Quelques idées de Marine Le Pen sont intéressantes mais elle ne connaît rien, apparemment, à l'économie, la finance, le droit du travail, l'international... Et concernant la sortie de l'euro avec le retour au franc en gardant l'euro pour les échanges internationaux, elle n'a vraiment pas étudié la question. Ça serait un massacre. Macron est très intelligent, jeune et dynamique, mais il m'inquiète pour le bien collectif, surtout lorsqu'on connaît les dessous des affaires Alstom, SFR et autres... C'est un très bon investisseur qui connaît bien les montages des sociétés mais pour qui sont-ils bénéfiques? Gauche ou droite, le ras le bol des Français est bien palpable par le vote des extrêmes. À Marseille, c'est Mélenchon qui l'a emporté. Alors j'espère que notre nouveau président sera à la hauteur de sa lourde tâche..."

 

X (a souhaité rester anonyme), 50 ans, ingénieur en acoustique, vit au Liban

"Mon vote fut pour Marine le Pen, parce qu'il nous faut un changement radical. Mais les Français ont choisi la continuation du programme Hollande. Bof, c'est la démocratie. Apparemment, le bout du tunnel est encore loin."

 

Linda Awad, 26 ans, Project Manager / Agence Digitale, habite à Achrafieh

"J'ai voté Macron même s'il s'agissait plutôt de faire barrage à Marine le Pen qui reste une candidate portée un parti fasciste et raciste. Le logo même du FN est inspiré d'un parti néofasciste italien et les fondateurs du FN étaient des collaborateurs et/ou membres de l'Organisation armée secrète (OAS). Marine Le Pen et son parti sont dangereux et même si je ne soutiens pas Macron, je le préfère à Le Pen.
Les résultats ne me surprennent pas. Je suis juste soulagée que Le Pen n'ait pas gagné mais j'attends avec impatience les législatives en juin afin de contrebalancer Macron au pouvoir."

 

Naji el-Mir, 36 ans, graphiste indépendant, arrivé en France en 2003, marié, un enfant.

"Je n'ai pas voté. Par principe, je ne voulais pas laisser la peur guider ma motivation pour aller voter pour qui que ce soit. Entre l'ultra-libéralisme et le fascisme, je n'avais pas de choix à faire, et voter par obligation n'est de toute façon pas ma vision de la démocratie. Félicitations à celui qui a intelligemment orchestré la campagne de M. Macron, très bien joué. Maintenant passons aux choses sérieuses : les législatives, qui pour moi ont commencé au soir du 23 avril, sont le véritable prochain défi... En marche les insoumis !"

 

Bilal Tarabey, 34 ans. Photographe et musicien. Vit à Beyrouth. Né et élevé à Paris.

"J'ai voté Macron. Je suis carrément rentré de Paris pour voter à Beyrouth. L'important, c'était que Marine Le Pen ne passe pas. Là je suis fier de la France qui a montré au reste de l'Occident et au reste du monde que la voie de l'isolationnisme et du nationalisme à la Trump / Brexit ne faisait pas partie de sa culture. La France n'est pas un pays d'extrême droite. Maintenant, pour citer Benoît Hamon, Macron reste pour moi un adversaire politique. Mais je préfère me battre contre un adversaire politique plutôt que contre un ennemi de la République."

 

Paul Khouri, 22 ans, habite à Tripoli, travaille au Levantine Institute of Tripoli à Zehrieh.

"L'élection de Macron est une excellente nouvelle. Les lois dont il était l'architecte rendent son mandat prévisible. Ce petit Thatcher à la française qui compte gouverner par ordonnance ne pourra qu'achever l'idéologie qu'il porte. L'indigence de son "projet" accélère la fin de la politique libéralo-austéritaire appliquée depuis 30 ans.
Jamais un président n'aura été autant détesté avant son intronisation: c'est une fenêtre de tir exceptionnelle pour la reconstitution d'une vraie gauche, maintenant que le parti socialiste est au bureau des objets trouvés. L'héritage intellectuel du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, dont le manque s'est fait cruellement sentir lors du pathétique débat du second tour, nous assure une émulation politique intense pour les 5 prochaines années. M. Macron sciera la branche sur laquelle il est assis, personne ne sera là pour amortir sa chute."

 

Xavier, 24 ans, vit à Paris, travaille dans l'audit financier

"Je suis très content que Marine Le Pen ne soit pas passée car elle n'avait pas du tout les idées et les valeurs pour faire avancer la France. Et je suis très content pour Macron qui va représenter un renouvellement et un nouveau départ."

 

Patrice Aoun, 27 ans, vit à Tours, ingénieur chargé d'affaires dans le bâtiment

"Je n'ai pas voté au deuxième tour. J'ai préféré l'abstention. Je suis quelqu'un de droite qui avait voté Fillon au premier tour. J'ai été très déçu de l'affiche du deuxième tour. Je pensais que les Français étaient moins manipulables et plus sensés. Je pense qu'aucun des deux candidats ne méritait d'être élu président de la République. Aucun ne représente ma ligne politique et mes valeurs. Aucun n'a de stature présidentielle. Aucun ne peut vraiment redresser le pays. L'une est médiocre et l'autre inexpérimenté et pas à la hauteur. Je pense que la France est tombée bien bas. J'espère maintenant que les élections législatives nous offriront une cohabitation car, oui, je souhaite voir Les Républicains (LR) triompher et je pense que leurs chances sont grandes. Les résultats de ce scrutin ne me surprennent pas du tout. Avec tout le matraquage médiatique et politique anti-Le Pen de ces derniers jours, on ne pouvait pas s'attendre à autre chose. Il est vrai aussi que Mme Le Pen n'a pas vraiment brillé pendant le débat, ce qui a diminué encore plus ses chances de victoire."

 

David Bou Doumit, 52 ans, habite à Paris, commerçant

"J'ai voté Marine Le Pen et je voterai toujours pour elle car je n'ai pas envie de voir la France vivre le même destin que celui du Liban. Je pense que ce résultat est nul, je n'ai pas du tout confiance en ce monsieur. Il est incapable de gérer un pays comme la France, au niveau sécurité et économie. On a déjà vu ce qu'il a fait lorsqu'il était ministre, les résultats sont parfaitement connus."

 

 

*Lors de la campagne, François Fillon avait directement accusé le président François Hollande d'organiser à la tête d'un "cabinet noir" les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires.

 

 

Lire aussi

Si jeunesse savait..., l'édito de Ziyad MAKHOUL

Élection de Macron : réactions de la presse étrangère

Emmanuel Macron, une victoire nette, mais tellement fragile

Repères

 

Portrait
L'insaisissable M. Macron

 

Interview
Emmanuel Macron à « L'OLJ » : Les intérêts des chrétiens d'Orient ne sont pas liés à Assad


Depuis dimanche soir, Emmanuel Macron est le 8e président de la Ve République française. Quelques jours avant le premier tour de l'élection, L'Orient-Le Jour

commentaires (2)

J'AI VOTÉ F.FILLON AU 1ER TOUR ET JE N'AI PAS VÔTÉ AU 2ÈME.

Gebran Eid

21 h 14, le 08 mai 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • J'AI VOTÉ F.FILLON AU 1ER TOUR ET JE N'AI PAS VÔTÉ AU 2ÈME.

    Gebran Eid

    21 h 14, le 08 mai 2017

  • J'ai voté Marine Le Pen...pour empêcher que la nomenklatura socialiste au pouvoir en France , n'obtienne via Macron ,une prorogation du mandat socialiste ...hélas c'est raté...reste les régionales en juin pour compenser ...

    M.V.

    13 h 54, le 08 mai 2017