X

À La Une

Trump le "négociateur" peut-il imposer la paix au Proche-Orient ?

Etats-Unis

Pour des analystes, l'espoir d'un règlement israélo-palestinien passe par une solution "régionale", un front uni entre Israël et les puissances arabes sunnites contre l'Iran.

OLJ/AFP/Nicolas REVISE avec Dave CLARK
06/05/2017

Le nouveau président américain Donald Trump peut-il sauver la paix au Proche-Orient? L'homme d'affaires vante ses talents de "négociateur" hors pair pour imposer un accord israélo-palestinien sur lequel tous ses prédécesseurs se sont cassé les dents.

Malgré les immenses obstacles pour un règlement du conflit, le locataire de la Maison Blanche a affiché son optimisme cette semaine en recevant le président palestinien Mahmoud Abbas, se présentant en "arbitre" d'un éventuel traité de paix.  Le magnat de l'immobilier, qui s'est toujours targué d'être un "faiseur d'accord", a promis qu'il "y arriver(ait)" grâce à la bénédiction d'Israël, des Palestiniens et des pays arabes.

Pour son premier voyage présidentiel à l'étranger, Donald Trump se rendra fin mai en Arabie saoudite, en Israël et peut-être en Cisjordanie pour y rencontrer le roi Salmane, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et M. Abbas. Il a déjà reçu nombre d'acteurs de la crise israélo-palestinienne: en février son "ami" Benjamin Netanyahu, en avril le roi Abdallah II de Jordanie, qui avait salué son "dévouement", et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi dont il avait loué le "travail fantastique".

"Pour l'instant, tout le monde l'aime", souligne Hussein Ibish, chercheur au Arab Gulf States Institute de Washington. "Les Palestiniens l'aiment, les Israéliens l'aiment, les Arabes l'aiment, tous ceux qui doivent prendre part à un accord sont très pro-Trump, c'est une bonne chose", se félicite le politologue.

 

(Lire aussi : « Nous y arriverons ! » lance un Trump optimiste en recevant Abbas)

 

'Approche trumpienne'
Rappelant à l'AFP les échecs de tous les présidents des Etats-Unis, Hussein Ibish pense qu'une "approche trumpienne" vaut la peine d'être essayée.

David Makovsky, du Washington Institute, estime aussi que l'irruption du milliardaire peut permettre de "sortir de l'impasse", bien qu'il ne soit "pas très optimiste sur un grand accord" de paix à court terme.
D'abord parce que les positions d'Israël et des Palestiniens n'ont jamais été aussi éloignées. "Les parties ne se sont jamais autant méfiées l'une de l'autre", déplore M. Ibish. En outre, "la région est à feu et à sang" - Syrie, Irak, Yémen - si bien que "ni les Israéliens, ni des dirigeants arabes ne vont risquer de faire la paix (...) dans des conditions aussi chaotiques".

Pour des analystes, l'espoir d'un règlement israélo-palestinien passe par une solution "régionale", un front uni entre l'Etat hébreu et les puissances arabes sunnites contre l'Iran chiite, leur bête noire commune. C'est ce qu'avaient vanté en février MM. Trump et Netanyahu. "La seule voie de sortie pour Trump, mais c'est très difficile, serait que les Etats-Unis repoussent avec force l'Iran, changent l'équation stratégique, affaiblissent les Iraniens", conseille M. Ibish.

Percée diplomatique majeure au Moyen-Orient, le président américain d'alors, Barack Obama, avait scellé en 2015 l'accord sur le nucléaire iranien, amorçant un très timide rapprochement Washington-Téhéran, au grand dam d'Israël et des monarchies du Golfe.

 

(Lire aussi : Retour sur les 100 premiers jours de Donald Trump au Moyen-Orient)

 

Plan de paix arabe
Car s'ils n'ont pas de relations diplomatiques, l'Etat hébreu et les puissances arabes sunnites se sont officieusement rapprochés sur leur hostilité commune à l'Iran chiite.

Lors de rencontres exceptionnelles en 2015 à Washington et en juillet à Jérusalem-Ouest, deux hauts responsables israélien et saoudien avaient évoqué le processus de paix israélo-palestinien et plaidé pour revigorer un plan de paix saoudien datant 2002: cette initiative proposait une normalisation entre Israël et les pays arabes en échange d'un Etat palestinien dans les frontières de 1967.

David Makovsky y voit là une "occasion d'impliquer les voisins sunnites d'Israël et les Palestiniens face aux menaces communes: l'Iran, l'EI et autres groupes jihadistes". L'Etat hébreu a fait la paix avec l'Egypte et la Jordanie, mais il faudrait que "les Saoudiens, les Emiriens et les Qatariens entrent dans la danse", abonde Hussein Ibish.

Les Palestiniens réclament un Etat indépendant dans les frontières de 1967, ayant pour capitale Jérusalem-Est, ce qui signifierait la fin de 50 ans d'occupation de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de la partie majoritairement palestinienne de la Ville sainte.

Côté palestinien justement, le contexte semble également évoluer avec le changement de ton du Hamas qui contrôle Gaza. Le mouvement islamiste, que Washington qualifie de "terroriste", a présenté cette semaine une nouvelle plateforme qui adoucit la tonalité belliqueuse de son texte fondateur de 1988, notamment sur le caractère politique et non religieux du conflit avec Israël et en acceptant un Etat palestinien limité aux frontières de 1967.

Aux yeux de M. Ibish, "le Hamas a complètement basculé en direction de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine)". Plus "significatif" selon le chercheur, en recevant M. Abbas, le président "Trump a soudainement ressuscité la question palestinienne, lui a sauvé la vie. Politiquement, c'est super".

 

 

Lire aussi

L'Iran et Israël grands vainqueurs du chaos au Moyen-Orient, selon le chef de la Ligue arabe

« Ce qui dérange le plus Netanyahu, c’est que Abbas rencontre Trump »

Les guerres de Trump auront-elles lieu ?

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA BETE NOIRE POUR TOUT CE MONDE, C,EST L,IRAN !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.