Rechercher
Rechercher

Liban - Social

L’art comme une bouffée d’air frais pour les enfants défavorisés

L'artiste américain d'origine brésilienne Romero Britto a passé une matinée avec les enfants défavorisés de l'école complémentaire publique mixte d'Achrafieh pour une session artistique.

Un enfant peint l'artiste, sous les yeux de ce dernier.

Dans le cadre de la visite de l'artiste Romero Britto, l'association Teach a Child a organisé une journée artistique pour les enfants défavorisés de l'école complémentaire publique mixte d'Achrafieh.

Dès 9h, Romero Britto a proposé aux enfants et à l'organisation de découvrir son univers qui combine le pop art et le graffiti. Après une brève présentation de sa carrière dans une des petites salles de l'école, les élèves de Teach a Child sont descendus dans la cour de récréation pour mettre en œuvre leur créativité.

Romero Britto a tout d'abord dessiné un premier canevas sur lequel tous les enfants se sont jetés pour le peindre en mille et une couleurs. Les plus petits et les plus grands ont profité ensemble et pleinement de ce moment.

Romero Britto a continué son atelier en dessinant toutes sortes de formes sur différentes toiles à même le sol. Entre le dessin d'un poisson, celui d'un soleil ou une forme abstraite, les enfants étaient plus qu'heureux. Ils s'en sont donné à cœur joie pendant près deux heures, avant de pouvoir se régaler de galettes au thym (manaïche) et de jus de fruits que proposait l'ONG.

« C'est un jour magique pour moi, a déclaré l'artiste à L'Orient-Le Jour, passer la journée ici avec des enfants à qui je peux apporter un peu de joie de vivre. » « L'éducation et le bonheur de ces enfants défavorisés sont tellement importants. Pour moi, le but de cette journée est réellement de leur permettre d'exprimer toute l'imagination qu'ils ont en eux et de passer ce moment tous ensembles, a-t-il ajouté. J'espère pouvoir les inspirer et leur montrer au travers de l'art la quantité de possibilités que recèle une vie. »

 

(Lire aussi : Sur le devant de la scène, les médecins, Romero Britto et un palais andalou pour rêver...)

 

Un style optimiste et porteur de bonheur
Romero Britto a grandi dans une famille de neuf enfants avec un père très peu présent. Dès son jeune âge, il s'est mis à dessiner, d'abord sur tout ce qui lui tombait sous la main puis sur de vraies toiles. Il a vendu sa première œuvre à l'âge de 14 ans pour dix dollars, alors qu'il a appris par lui-même les rudiments du métier de peintre. Rapidement, le succès a été au rendez-vous. Son style très coloré a souvent été qualifié d'optimiste et de porteur de bonheur.

« Je veux avant tout que les enfants, ici présents aujourd'hui, à qui on a donné l'opportunité de recevoir une éducation, bien qu'ils soient issus de milieux défavorisés, n'oublient pas de rêver, comme je l'ai fait, confie-t-il. Je veux qu'ils n'aient pas peur et qu'ils s'amusent dans leur quotidien. »

L'artiste, aujourd'hui internationalement reconnu, humble et généreux, souhaite transmettre sa vision positive de la vie et être un modèle d'inspiration. Il a d'ailleurs eu un fort impact sur le petit Ramzi qui est soutenu par l'ONG Teach a Child.

Ramzi, 8 ans, est le dernier de trois enfants. Son père est gravement atteint de diabète et ne peut pas travailler. Sa mère est dès lors seule à pouvoir subvenir aux besoins de la famille. « Je suis femme de ménage dans l'école de mon fils, précise-t-elle à L'OLJ. Sans mon travail, je ne pourrais pas leur apporter grand-chose. Un jour, le proviseur de l'établissement m'a contactée et m'a fait savoir que l'ONG Teach a Child voulait m'aider et permettre à mes enfants de continuer à aller à l'école. Je n'ai jamais pensé qu'une telle aide me serait accordée. Je leur en suis infiniment reconnaissante. Aujourd'hui, mon aînée est à l'université grâce à eux. Je les sens tous les trois épanouis de pouvoir être à l'école avec leurs copains. »

 

(Pour mémoire : « Teach a child » scolarise les enfants dans la grande misère)

 

Teach a Child est une organisation non gouvernementale à but non lucratif. Elle a été créée en 2011 par des volontaires tous animés par la même cause : l'éducation des enfants démunis au Liban. Son objectif est d'assurer à un maximum d'enfants le droit à l'éducation. Pour cela, l'ONG prend en charge toutes les dépenses liées à celle-ci, qu'il s'agisse des livres, de tenues vestimentaires ou de l'inscription dans un établissement scolaire. En quelques années seulement, Teach a Child a réussi à fortement s'agrandir.

« Aujourd'hui, nous aidons 1 311 élèves partout au Liban et nous comptons vingt-cinq membres actifs, indique la vice-présidente de l'ONG Nayla Bassil. L'organisation travaille en étroite collaboration avec les ministères des Affaires sociales et de l'Éducation ». L'ONG collabore aussi avec d'autres associations.

« Nous sommes ravis de passer ce moment avec Romero Britto. Nous avons eu tous ensemble l'occasion d'embellir la journée des enfants, assure fièrement Nayla Bassil. Le but était vraiment de cultiver le bonheur et l'espoir grâce à l'art. C'est ce que Romero Britto fait à merveille. »


Dans le cadre de la visite de l'artiste Romero Britto, l'association Teach a Child a organisé une journée artistique pour les enfants défavorisés de l'école complémentaire publique mixte d'Achrafieh.
Dès 9h, Romero Britto a proposé aux enfants et à l'organisation de découvrir son univers qui combine le pop art et le graffiti. Après une brève présentation de sa carrière dans une...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut